25 février 2012

Louis de Potter, acteur de la grande (et de la petite) histoire de la Révolution belge

Par ses nombreux écrits et ses idées évolutives, Louis de Potter a été le véritable instigateur intellectuel de la révolution de 1830 

De_potter.gif

Noble mais républicain, catholique mais laïque, libéral mais social, Flamand mais francophone, pro Hollandais puis Belge, Louis de Potter de Droogenwalle était un intellectuel assumant ses paradoxes. Homme du 18è s. sa vie s'est déroulée en majeure partie au 19è s. Dès son plus jeune âge, il  a effectué plusieurs longs séjours dans d'autres pays européens ; ceci a contribué à façonner sa passion pour la res publica.


Jeune, il fuit l'armée française avec sa famille pour s'installer en Allemagne. Il séjourne ensuite une douzaine d'années en Italie, ce qui n'est pas pour déplaire à sa famille vu ses idées progressistes naissantes qui déjà le poussent à s'écarter du chemin bien-pensant de sa caste. A Rome et en Toscane, son apprentissage des rouages de l'Eglise le conforte dans son anticléricalisme, son anti-jésuitisme.

Révolutionnaire, il combat par les idées

La politique prend alors de plus en plus le dessus sur son métier de publiciste (journaliste). Louis de Potter penche vers un libéralisme social. N'écrit-il pas : "Le sort m'a destiné à vivre sous des institutions libérales qui, par des principes de modération et d'équité, ne mettent aucune barrière à la pensée". Dans un de ses livres les plus connus, L'Union des catholiques et des libéraux dans les Pays-Bas, il prône l'unionisme entre factions opposées. 

373399_172157512881461_1902912597_n.jpg

Réclamant plus de libertés dans tous les domaines et accusé d'appeler à renverser le gouvernement, de Potter est condamné une première fois à la prison, une deuxième fois au bannissement. Ephémère mais réelle, sa popularité est devenue telle qu'à son arrivée le 28 septembre 1830 dans les rues de Bruxelles libérée des Hollandais, il est porté en triomphe par les révolutionnaires vers l'hôtel de ville. Acclamé par 20 000 concitoyens, il anticipe la devise du pays en s'exclamant depuis le balcon "Soyons unis, mes chers concitoyens, et nous serons invincibles" avant de lancer un solennel "Vive la Belgique !"

A peine au pouvoir, il démissionne 

Gouvernement-provisoire-1830.jpg

Intégré dans le Gouvernement provisoire, de Potter y défend l'instauration d'une république des provinces belges face aux tenants de la monarchie. Doyen d'âge, il prononce le 10 novembre 1830 le discours d'ouverture du Congrès national belge  (Parlement). Coup de théâtre : le 15 novembre, désillusionné par le choix d'un régime monarchique et du vote censitaire pour la désignation des membres du Congrès national, Louis de Potter annonce son retrait de la vie politique active.

Il s'exile à Paris et continue à promouvoir ses opinions démocratiques et républicaines dans de nombreux articles et ouvrages. L'un d'entre eux est particulièrement intéressant pour ceux qui cherchent à comprendre les enjeux et débats cruciaux des premières semaines de l'indépendance belge : Souvenirs personnels.

Personnalité écorchée mais sincère, esprit libre, Louis de Potter meurt le 22 juillet 1859 en ayant réalisé un de ses rêves et pas le moindre : la séparation du nord et du midi comme le Gouvernement provisoire l'avait stipulé dans son ordonnance du 4 octobre 1830 : "Les provinces de la Belgique, violemment (il tenait à cet adverbe) détachées de la Hollande, constitueront un Etat indépendant."

Trois experts 

372812_224179290958005_498691338_n.jpg

Nicolas, l'auteur, et Louis, le révolutionnaire

L'idée de ce livre est née de la rencontre entre Nicolas de Potter et René Dalemans au cours d'une conférence donnée par ce dernier. Issu de la même souche familiale que Louis, Nicolas de Potter a travaillé pour le gouvernement québecois et des médias européens. Depuis 5 ans, il mène des recherches intensives sur le révolutionnaire de sa famille.

René Dalemans, licencié en philosophie et lettres et en histoire de l'art, a publié plusieurs opus et donne des conférences sur l'art et l'histoire. "Il est considéré, selon Pierre Bertrand, patron des éditions Couleur livres, comme un des meilleurs vulgarisateurs de l'histoire de Belgique." La posface du livre est de la main du professeur d'histoire à l'université de Liège et spécialiste de la monarchie belge, Francis Balace. 

depotter-cover1-rvb.jpg

Louis de Potter, révolutionnaire belge en 1830 est un ouvrage court qui se lit d'une traite tant il éveille la curiosité du lecteur par les informations et détails qui font la grande Histoire. Il rappelle les faits, courants et tractations qui ont sous-tendu la révolution de 1830. En cela, il complète avantageusement les cours d'histoire de l'enseignement secondaire hélas lacunaires à ce sujet.

People

Mais, direz-vous, pourquoi évoquer ce livre dans Sudinfo Waterloo ? Quel est le rapport avec la cité du Lion ? Outre que cette biographie de Louis de Potter est assez fascinante, elle a un côté plus croustillant, plus people dirait-on aujourd'hui. Il semblerait en effet que Louis de Potter ait eu un fils naturel, Pierre Louis Armand Victor de Potter de Droogenwalle dit d'Elseghem, né en 1807.

Pour des raisons compréhensibles dans certains milieux à l'époque, Pierre Louis Armand Victor aurait été élevé discrètement dans le château d'Elseghem en province de Flandre orientale où demeuraient Charles de Ghellinck et son épouse, née Reine de Potter. 

521_001.jpg

Pourquoi donc à Elseghem ? Pierre Louis Armand Victor, fils naturel supposé de Louis de Potter, serait-il né d'une liaison secrète entre ce dernier et Reine p. ex.? A corroborer, cette pure hypothèse est envisagée par les descendantes américaines de Pierre Louis Armand Victor. Or, comme les Ghellinck descendent de Charles et Reine de Ghellinck, l'auteur waterlootois de ces lignes (dont, soit dit en passant, le grand-père paternel a été bourgmestre... d'Elseghem) se serait dès lors découvert une aïeule commune avec le père de la révolution belge.... CQFD.

Chez les de Potter, on écrit

Ajoutons que la descendante actuelle du fils naturel de Louis est la réputée auteure américaine Joanna Scott. Membre de l'Académie américaine des Arts et des Sciences et professeur de littérature anglaise à l'université de Rochester dans l'Etat de New York, elle a été finaliste du prix Pulitzer et a reçu le prix Aga Khan de fiction et la bourse Guggenheim.

joanna_scott.jpg

Joanna Scott vend ses romans et nouvelles par dizaines de milliers d'exemplaires et surtout elle prévoit de publier cette année l'histoire de son aïeul Pierre Louis Armand Victor de Potter. Révélations en vue, y compris sur Louis de Potter ? Tanguy de Ghellinck, correspondant Sudinfo Waterloo

 

Informations pratiques

Louis de Potter, révolutionnaire belge en 1830

par Nicolas de Potter, René Dalemans

Postface : Francis Balace

Editions Couleur livres, 165 p., 17,00 €

Commentaires

Monsieur de Ghellinck d'Elseghem,

Au nom de l'équipe rédactionnelle du livre, je vous félicite et vous remercie pour cet excellent article, aussi précis que sympa à lire!

Vous avez contribué indirectement à notre souhait de mieux faire
connaître cette petite partie de l'histoire de la Belgique, surtout en ces moments de nationalisme exacerbé, un phénomène qui pèse aussi, comme vous le dites très justement, sur un enseignement affaibli.

Bonne contituation à SudInfo Waterloo, du nom de cette belle campagne verdoyante à la lisière de la forêt de Soignes. Ce lieu mythique où Napoléon fût tout naturellement arrêté en 1815, tout en suscitant de nouvelles vocations. L'une d'elles fût la révolte de son soldat Alex Rodenbach et ... son ami Louis de Potter, notamment. Pendant ce temps, son fils naturel Armand de Potter dit d'Elseghem rejoignait le vieux général Lafayette à Paris!

Vive l'Histoire!

Vive la Belgique!

Vive l'Histoire de Belgique!

Bien cordialement à toute l'équipe de SudInfo Waterloo!

Nicolas de Potter

Écrit par : Nicolas de Potter d'Indoye | 25 février 2012

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup apprécié l'article.Une histoire passionante .L'écrivain éveille notre curiosité à chaque ligne de cet article.Merci à l'auteur.

Écrit par : Melloul Elaldja | 25 février 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 

Nos rubriques