Incroyable, il faut refaire toute la chaussée de Bruxelles dans le centre !

La commune n'ose pas encore l'annoncer : la chaussée de Bruxelles doit être  complètement refaite dans le centre-ville

travaux,chantier,chaussée,bruxelles,waterloo,bourgmestre,joli bois,biggs,réasphaltage,égout,odeur,toilette,gaspillage,travail,wallonie,wallon

DSC_0596.JPG

En 2010, le tronçon de la chaussée de Bruxelles compris entre l'avenue Reine Astrid et la drève Richelle avait été complètement réasphalté. Le centre avait aussi subi une cure d'embellissement. Les trottoirs avaient été rénovés : revêtement en pavés klinkers rouges, placement d'un nouveau mobilier urbain (poubelles, bancs) et plantation d'arbustes. Ce chantier avait généré de gros embarras à tout point de vue pour les Waterlootois.

Non seulement les automobilistes étaient contraints à de fastidieux détours mais la circulation percolait dans toutes les rues environnantes,  perturbant sérieusement la quiétude des riverains. Mécontents, les commerçants du centre avaient vu leur chiffre d'affaires diminuer pendant la durée des travaux.

Travaux prévus entre Joli-Bois et l'ancien Biggs

A l'occasion d'une séance d'information, le bourgmestre, entouré de l'échevin des travaux, du commissaire de police et d'un représentant de la Wallonie, a présenté le prochain chantier de réasphaltage de la chaussée de Bruxelles entre la place Vandervelde ("de Joli-Bois") et le rond-point Château Cheval ("du Biggs").

asphaltage_joli-bois.jpg

asphaltage_deviationa.jpg

Les travaux commenceront le 17 avril et prendront 30 jours ouvrables. Une seule bande de circulation sera accessible ensens unique dans le sens Charleroi-Bruxelles. Le bourgmestre s'est empressé d'ajouter que le maître d'oeuvre de ce chantier encombrant est le Service Public de Wallonie puisque la N5 est une voirie régionale....

Révélation

Cependant, grâce à une source communale digne de foi (elle préfère rester anonyme), Sudinfo Waterloo est en mesure de révéler une information explosive que les autorités waterlootoises éclipsent pour l'instant : la partie de la chaussée de Bruxelles sise dans le centre et rénovée à grands frais en 2010 devra être ouverte puis refaite.

En effet, des commerçants et des riverains se plaignent depuis plusieurs mois d'odeurs pestilentielles, "de fortes odeurs de m..." nous ont dit certains. Celles-ci s'infiltrent dans les arrière-boutiques et les étages des immeubles bordant la chaussée. D'après les spécialistes du SPW et du service des travaux de Waterloo, il semblerait que les égouts aient été incorrectement raccordés lors des travaux de 2010. Ils ne seraient pas complètement étanches, laissant passer des effluves d'étron.

DSC_0595.JPG

Bonjour les ennuis !

Pour corriger le problème, il n'y a qu'une solution : ouvrir la chaussée et les trottoirs pour accéder aux égouts et étanchéifier les raccordements entre le collecteur principal sous la chaussée et les tuyaux d'évacuation de chaque maison. Outre les nouveaux désagréments pour les habitants et les pertes de revenus pour les commerces, l'enjeu financier est de taille : en 2010, les travaux avaient coûté 1,2 million d'euros répartis entre la commune et la Région. Le budget nécessaire pour tout refaire sera donc au moins équivalent.

travaux,chantier,chaussée,bruxelles,waterloo,bourgmestre,joli bois,biggs,réasphaltage,égout,odeur,toilette,gaspillage,travail,wallonie,wallonC'est pourquoi Waterloo et Wallonie se rejettent mutuellement la res-ponsabilité. La première reproche à la seconde la mauvaise réalisation des travaux. De son côté, la Région explique qu'elle a subi une telle pression de la commune pour raccourcir la durée du chantier que le cahier de charges et le contrôle des travaux ont dû être effectués de manière accélérée.

Aucune date n'a encore été fixée en 2012 pour tout recommencer. Tant qu'à faire, on parle même de construire un rond-point au carrefour problématique de la chaussée avec l'avenue Reine Astrid et la rue de la Station. Voilà donc une bien mauvaise nouvelle pour les Waterlootois et ceux qui y sont de passage. En cette période de pré-campagne électorale, on comprend pourquoi le pouvoir communal en place n'a pas encore communiqué à ce sujet. Il ne sait probablement pas comment s'y prendre.

Gaspillage bienvenu

Indépendamment du gaspillage honteux des deniers publics, voyons le côté positif des choses. L'expression ne dit-elle pas faire et défaire, c'est travailler. Au vu de son nombre de chômeurs et d'inactifs et pour autant que les Wallons en aient la volonté, voilà le remède pour la Wallonie : travailler ! En ce sens, la malfaçon qui affecte le segment waterlootois de la N5 est donc une bonne nouvelle.... Tanguy de Ghellinck

0 commentaire Catégories : Politique, SCOOP ! Imprimer

Les commentaires sont fermés.