Waterloo 2015 risque le fiasco complet selon Knack !

La discorde règne entre les protagonistes publics ou privés qui sont ou veulent être parties prenantes dans l'organisation du bicentenaire de la bataille de Waterloo

Bataille 1470157124.jpg

Les uns se présentent comme les G.O. des manifestations de juin 2015, les autres possèdent le nerf de la guerre. Entre eux, les entreprises soumissionnaires, déstabilisées ou intéressées, déposent des recours. Mais que pensent nos concitoyens flamands de cette déplorable cacophonie wallonno-wallonne ?

L'événement  Waterloo 2015 revêt pourtant une importance vitale pour améliorer, voire même créer, l'image internationale de la Wallonie. Knack, le newsmagazine de référence en Flandre, vient de publier un article sur le sujet dans son édition du 3 juillet 2013.

Knack_logo.jpg

Votre serviteur s'est offert la traduction de l'article en vue d'informer ses lecteurs, y compris ceux qui ne maîtrisent que peu ou prou la langue de Hugo Claus. Lisez l'article ci-dessous. Son contenu est brut de décoffrage mais édifiant (cliquez sur l'article en néerlandais ou lisez notre traduction plus bas)

2013_07_03 Article Knack sur bicentenaire.jpg

Traduction française de l'article paru le 3 juillet 2013 dans Knack :

Waterloo 2015, objet d’une bataille fébrile au sein du gouvernement wallon

Waterloo 2015, la plus grande commémoration de la bataille de Waterloo jamais mise sur pied, menace d’être un fiasco complet

Dans deux ans, il y aura précisément 200 ans que l’armée française de Napoléon Bonaparte a été battue par une coalition d’armées européennes sous le commandement du duc de Wellington. Le gouvernement wallon a débloqué une somme astronomique de 40 millions d’euros au bas mot pour célébrer cette commémoration de grandiose manière et pour faire de Waterloo une "Rolls-Royce" touristique, comme l’avait exprimé le ministre du tourisme d’alors, Benoît Lutgen.

La déception pourrait être au rendez-vous, comme le rapporte notre confrère francophone Le Vif/L’Express. L’objectif était de construire un musée souterrain au pied de la butte artificielle sur laquelle frime le lion de Waterloo. A l’intérieur du musée, des scènes seraient présentées,  tendance oblige, en 4D, conçues par l’enfant prodige wallon, Franco Dragone, récemment discrédité il est vrai. Vous savez, l’homme qui réalise aussi les shows de Céline Dion. Où en est-on à ce jour ? Dragone a depuis renoncé, le musée accuse un sérieux retard et le gouvernement wallon a réduit le budget des spectacles de 10 à 6 millions d’euros. Pour couronner le tout, par suite d’irrégularités successives, l’appel d’offres doit être relancé pour la troisième fois. Entre-temps, certains dirigeants wallons deviennent nerveux vu l’importance de Waterloo 2015 pour le rayonnement international de la Wallonie. L’enveloppe de 40 millions d’euros représente un quart du budget total que la Wallonie consacre au tourisme durant la législature en cours. L’espoir est de faire progresser le nombre de visiteurs de 300 000 aujourd’hui à 500 000. Mais depuis un certain temps, on n’est pas sûr qu’un seul cent revienne à la Wallonie en cas d’éventuel succès. Des responsables politiques locaux, Serge Kubla (MR), bourgmestre de Waterloo, en tête, ont élaboré le projet de telle manière que la Région wallonne en supporte uniquement les charges.

Sur ce point, on s’attend encore à une belle bagarre dans un proche avenir. Il semble donc que la commémoration de la mondialement célèbre bataille infligera une lourde défaite à la politique wallonne. Han Renard

Hébé, pas de bon augure tout ça ! On espère seulement que le journaliste n'est pas devin. A moins que, titillés, les responsables wallons se décident enfin à agir vigoureusement pour prendre le dossier à bras le corps. La récré politico-économique est finie. Tanguy de Ghellinck, correspondant de Sudinfo Waterloo

5 commentaires Catégories : Bataille de Waterloo, Culture et histoire, Evénements Imprimer

Commentaires

  • Pourquoi dépenser tant d'argent à fêter une bataille dont les conséquences ont été la séparation de la France de ses départements de la Dyle, de la Senne, des forêts, de la Vesdre etc, la création des provinces du Brabant, de Namur, de Liège, du Luxembourg, et la création d'une Belgique, actuellement gouvernée par la Flandre.
    La région Wallonne devrait plutôt consacrer ces sommes à tout ce qui pourrait rendre à la Wallonie son indépendance (au moins économique) des deux autres régions, celles qui lui ont sucé le sang depuis 1830.

  • Un article très mal informé et surtout tourné de manière à discréditer le projet.

    Monsieur Baudoux.: à mon avis, ce projet Waterloo répond précisément à vos voeux.

  • La domination Française n'a duré qu'une vingtaine d'année, sous la révolution avec au départ la chasse aux nobles et au curés avec expropriation ou destruction de leurs biens..Avant cela nous étions Autrichiens. Napoléon a calmé les ardeurs révolutionnaires et a véritablement "boosté" l'indusrie e le commerce dans tout le pays.
    La Belgique le jour de la bataille était partie des Pays bas concédés à Willhem 1er Roi de hollande par le Congrès de Vienne après l'exil à l'ile d'Elbe.
    Le jour de la bataille ,il y avait des Belges des deux cotés...
    La Belgique n'a été crée qu'en 1830 par le départ focé des Neerlandais.
    L'industrie Wallonne florissante à l'époque faisait massivement appel aux travailleurs à bas prix venus de Flandre d'ou les Spitaels, les VanCauwenbergh, les Cools, les Onckelinxc,etc...Il est donc inadéquat de mettre le déclin wallon sur le dos des flamands..Que chacun balaie devant sa porte.

  • Salut!
    J'espère être de la fête, même si l'organisation n'est pas parfaite, car l'enthousiasme l'emportera sur les inexactitudes et fautes anachroniques!

  • Effectivement il y avait des Belges des deux cotés.Aussi est-il incongru et mensonger de vouloir les intégrer tous dans des Hollando-Belges
    En 1815,rappelons-le 10cantons et le duché de Bouillon étaient encore Français.Les citoyens issus de ces territoires sont-ils des belges à part entière?
    On fait sortir d'un chapeau de magicien la filiation de notre 1er Lanciers à ce 5me dragons dont les pertes sont dues à une erreur !!! des troupes de Picton qui les auraient confondus avec des Français!
    De plus on passe sous silence le refus de charger de l'escadron du capitaine Mertens,futur général dans l'armée belge.
    N'attrapez pas le fou-rire!L'insigne du 1er Lanciers porte le nom:Vaillant de le Burch,colonel d'opérette qui fut remplacé par le colonel de Merckx.

Les commentaires sont fermés.