Champ de bataille de Waterloo : ça tire sur tous les fronts !

La société française Culturespaces réclame 1,7 millions d'euros à l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815 

Bataille de Waterloo 191568203.jpg

L'information a été révélée mardi soir par le journal La Capitale Brabant wallon sur son site internet. L'opérateur culturel et touristique Culturespaces assurait l'exploitation commerciale du site de la bataille depuis 2004 conformément à une convention signée pour une durée de 25 ans avec l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815.

Bataille Woo-Nathalie du Parc et Scourneau DSC_1049.jpg

Nathalie du Parc, présidente de l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815 et Vincent Scourneau, bourgmestre de Braine-l'Alleud et administrateur délégué de l'ASBL Bataille de Waterloo 1815

L'intercommunale, présidée par la Brainoise Nathalie du Parc, est la propriétaire des biens immobilier du champ de bataille de Waterloo. En octobre 2013, Culturespaces a rendu les armes pour trois raisons :

  • le choix stratégique de réaliser un mémorial enterré de 6 000 m2 sans mettre parallèlement en valeur le site historique en surface
  • le projet scénographique prévu dans le contrat initial pour le mémorial n’a pas été respecté
  • il a été choisi d’installer un nouveau parking le long du Ring à plus de 500m de la Butte du Lion

Rentabilité insuffisante

Les travaux de réaménagement du hameau du Lion et de construction souterraine du nouveau mémorial de la bataille auraient également entraîné une diminution des recettes qui mettait à mal la rentabilité de Culturespaces. Depuis octobre 2013, l'intercommunale a repris les activités de l'opérateur français. 

Mémorial 1301462496.jpg

Ce dernier assigne l'intercommunale en justice pour lui réclamer 1,7 million d'euros. Cette somme  représente des stocks de livres et de produits de la librairie, du matériel bureautique, des avances pour le futur mémorial et des indemnités de départ.

Départs et procès

Décidément, le champ de bataille de Waterloo et le bicentenaire de 2015 présentent tous les signes annonciateurs d'un séisme que personne ne souhaite :

  • le départ du directeur de Culturespaces, Emmanuel Bacquet, en charge du site de la bataille. Il dirigerait maintenant un musée d'oldtimers en Allemagne

Bataille Woo-Ancien directeur Culturespaces DSC_1073.jpg

Emmanuel Bacquet

  • le lancement par le ministre wallon du tourisme, Paul Furlan, d'un deuxième appel d'offres pour la scénographie du nouveau mémorial. La Belle Alliance est choisi. Tempora, qui avait emporté le premier marché, contre-attaque en justice
  • Culturespaces abandonne le champ de bataille
  • Yves Vander Cruysen, directeur de l'ASBL Bataille de Waterloo 1815 (promotion du site et organisation du bicentenaire), annonce qu'il quitte son poste. On attend son (ses ?) remplaçant(s)
  • Culturespaces réclame 1,7 million d'euros à l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815

On est en plein surréalisme belge. Y a-t-il un pilote dans l'avion ? Tanguy de Ghellinck, correspondant de Sudinfo Waterloo

3 commentaires Catégories : Bataille de Waterloo, Culture et histoire Imprimer

Commentaires

  • Tout ceci est navrant, l'intercommunale a cherché semble -t-il un juste compromis avec CulturEspace...Ceux-ci avaient d'ailleurs déja annoncé il y a près d'un an leur désir de rompre le contrat par manque de rentabilité.
    Etonnant de voir celui qui rompt le contrat demander des indemnités pharaoniques.
    Le proès promet d'être long. D'ici là il y a le 18 juin 2015.
    Tous ceux qui préparent le bicentenaire, tous ceux qui considèrent cette bataille comme un élément d'éducation et de souvenirs de ce que la guerre peut provoquer comme morts et comme blessures pour les combattants et pour les pays concernés, tous ceux-là ne peuvent qu'espérer que l'on trouvera au sein des communes et de la région Wallonne les forces vives nécessaires au succès de ce rendez-vous historique.

  • L'enchaînement des problèmes qui arrivent aujourd'hui est aussi logique qu'il était prévisible.

    Nous n'en serions pas là si l'Administration wallonne avait donné suite dans un délai raisonnable au résultat de l'appel d'offre de 2006, remporté par Tempora et Franco Dragone, et, avant cela, donné le feu vert à la construction du mémorial. Bon an mal an, tout aurait du être en place pour 2007 ou 2008...

    Le résultat de ces signatures qui traînent (euphémisme) en est que presque 8 ans plus tard (depuis 2006) , aucun accord pris alors n'a pu être respecté mais pire, que rien n'est encore en place pour que ces accords puissent l'être. Tout au contraire... Comment pourrait-il en être autrement !!!

    Bref, on en a les bras qui tombent... Vont-ils enfin émerger à Namur?

  • Just don't screw it up for the people that have put 30 years plus in to making it happen

Les commentaires sont fermés.