Des dragons font ripaille à Waterloo avant la lutte finale !

Il existe à Waterloo un endroit dont un des murs intérieurs est recouvert de pugnaces dragons Dragons P1179934a1_1_1_1.jpg

Il s'agit de La Trattoria de l'hôtel Ibis décorée par une photo géante (2009) représentant les cavaliers du 2e Régiment de Dragons de l'armée française. Passionnés d'histoire, ils reconstituent année après année les batailles napoléoniennes dans toute l'Europe.

C'est donc ce lieu qu'ont choisi très logiquement les officiers, sous-officiers, soldats et lavandières du 2e Régiment de Dragons de l'armée française pour tenir début janvier leur assemblée générale et faire bombance avant les choses sérieuses du mois de juin 2015 sur le champ de bataille.

Dragons P1179925a.jpg

Ils sont de tous les bicentenaires

En fait, depuis le bicentenaire de la bataille de Marengo en juin 2000, les dragons ont participé à la plupart des bicentenaires de l'épopée napoléonienne. Ils étaient présents à Austerlitz, Iéna, Friedland, Porto, Borodino, Leipzig et d'autres endroits où l'Empereur a laissé sa trace.

Le mois de juin prochain sera le point fort de la saison. La tactique est connue : les cavaliers devront rester unis, de préférence au botte à botte pour rassurer les chevaux, et présenter un front compact à l'adversaire. Représentant les 583 hommes du régiment en 1815, douze dragons d'aujourd'hui reconstitueront au mieux les différentes actions de la cavalerie à Waterloo.

Après les durs combats, la bienveillance de la lavandière

Malgré le fait que les Britanniques et leurs alliés seront en grand nombre sur la morne plaine, les dragons nourrissent l'espoir d'enfin remporter cette bataille. Leur atout : ils joueront à domicile sur un terrain qu'ils connaissent par cœur, sans compter les succulents repas préparés par leur vivandière !

Chacun espère se couvrir de gloire et recevoir la célèbre légion d'honneur instaurée par Napoléon. Il faudra néanmoins tenir compte du grand nombre de reconstitueurs présents (5000 dont 300 cavaliers) et de la déclivité du terrain. Si la vitesse des  chevaux est contrôlable dans les montées, il en va différemment dans les descentes lorsque les chevaux sont lancés au galop. Pour le public, le spectacle est garanti.

Dragons chargez.jpg

Le sabre plutôt que l'arme à feu

Le dragon est équipé  d'un fusil, d'un pistolet et d'un sabre. À cheval, le chargement du fusil ou du pistolet prend près d'une minute. C'est pourquoi le combat au sabre est toujours privilégié. Le spectacle n'en est que plus intéressant.

Enfin une victoire française à Waterloo ?

Si le scénario est parfaitement défini dans ses grandes lignes, les différentes unités disposeront d'une certaine autonomie sur le terrain. Elles évolueront en fonction des circonstances en respectant les tactiques de l'époque. Une victoire française reste donc toujours possible !

En juin, le 2e Régiment de Dragons sera présent sur le champ de bataille et au bivouac de la cavalerie. Les dragons attendent votre visite et se feront un plaisir de répondre à vos questions. Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo

Plus d'infos :www.2dragons.be

0 commentaire Catégories : Bataille de Waterloo Imprimer

Les commentaires sont fermés.