Dysharmonie entre la Musique de la Garde impériale de Waterloo et son tambour-major !

On a appris il y a quelques jours que le comité de la Musique du 1er régiment des grenadiers à pied de la Garde impériale s'était séparée de son tambour-major

Emanation de L'Indépendance musicale de Waterloo, la Musique de la Garde a été créée en 1974 en vue de perpétuer le souvenir de cette phalange prestigieuse que fut La Musique de la Garde impériale. C'est d'ailleurs elle qui accompagna les grognards lors de leur ultime combat au soir du 18 juin 1815.

 

Grâce à ses répétitions, entraînement et uniformes, la Musique du 1er régiment des grenadiers à pied de la Garde impériale a acquis au cours des années une estimable réputation si bien qu'elle est régulièrement sollicitée pour des prestations dans toute l'Europe.

DSC_6052a.jpg

Un tambour-major (pré)retraité

Musicien depuis 15 ans tant dans la Musique de la Garde que dans L'Indépendance musicale, Thierry Detilloux était devenu, il y a une dizaine d'années, le tambour-major emblématique qui conduisait avec prestance et classe les défilés et les prestations de la première nommée. Depuis deux ans, il était aussi le directeur musical de l'Indépendance musicale de Waterloo.

"Certaines choses n'allaient pas"

Thierry Detilloux-Musique de la Garde DSC_8070.jpg"Après les élections statutaires de décembre 2015, le nouveau comité de la Musique du 1er régiment des grenadiers à pied de la Garde impériale et de l'Indépendance Musicale a décidé de me démettre de mes fonctions (NDLR : respectivement de tambour-major et de directeur musical) après 15 ans de bons et loyaux services musicaux, relate Thierry Detilloux. Mais il faut savoir qu'il y a deux ans, j'avais déjà démissionné  du comité avec lequel je n'étais pas d'accord. J'estimais en effet que certaines choses n'allaient pas comme le fait que les deux ensembles qui n'en forment qu'un sont toujours une association de fait malgré les sommes en jeu. Devenir une ASBL protégerait non seulement les membres mais autoriserait aussi le mécénat. On devrait aussi plus mettre en concurrence certains fournisseurs de l'association. Enfin, quand j'ai quitté le comité, il y avait 30 000 euros en caisse, aujourd'hui presque plus rien. En conséquence, j'ai décidé logiquement de ne plus jouer avec la Musique de la Garde et L'Indépendance mais je continuerai à pratiquer ma passion de la musique ailleurs "

Un nouveau tambour-major et une nouvelle directrice musicale

David Vandeuren-Directeur musical Musique de la Garde.jpgParallèlement, David Vandeuren, chef de musique de la Musique de la Garde et membre du nouveau comité, donne son opinion : "Aux élections de décembre 2015, notre équipe a recueilli 34 votes sur 52 membres, les concurrents beaucoup moins. Le nouveau comité n'a pas prolongé Thierry Detilloux dans ses fonctions pour une question de divergence de vues. D'ailleurs, depuis janvier, nous avons récupéré cinq musiciens alors qu'un seul est parti. Le rôle de tambour-major est repris par un membre du groupe et nous avons confié la direction musicale de L'Indépendance à une professeur professionnelle. Oui, nous sommes une association de fait et chacun est responsable des dettes mais cette structure est plus simple et les contraintes administratives et comptables sont moins lourdes que pour une ASBL. Pour ce qui concerne les finances, il est vrai qu'on a eu une grosse dépense d'environ 30 000 euros en 2015 pour renouveler les uniformes de la Musique de la Garde. Actuellement, on est en positif et on va s'efforcer de conserver une réserve de 5000 euros, plus normale que celle de 20 000 à 30 000 euros auparavant pour une association comme la nôtre. Après une super année 2015 durant laquelle nous avons participé à 33 événements, regardons vers l'avenir, notamment le centenaire de L'Indépendance musicale de Waterloo en 2020."

Espérons que cette fausse note au sein du groupe s'envole rapidement pour qu'il se mette en ordre de bataille en vue d'encore parfaire ses prestations. Pour terminer sur une note plus légère, rappelons ce fait d'armes étonnant de la Musique du 1er régiment à pied des grenadiers de la Garde impériale lors du bicentenaire de la bataille de Waterloo en juin 2015.

Audacieux pied de nez

Devant l'avis négatif d'un(e) membre de l'organisation de Waterloo 2015 pour que la Musique de la Garde joue dans le bivouac français sous le prétexte incertain qu'elle n'est pas composée de véritables reconstituants, l'impensable s'est produit : la Musique de la Garde est apparue sans crier gare en plein milieu du bivouac allié bondé de reconstituants et de visiteurs essentiellement anglophones et germanophones !

DSC_6794a.jpg

La Musique de la Garde française se produit au milieu du bivouac allié

Défilant et jouant sous la conduite du magistral tambour-major Thierry Detilloux, la Musique du 1er régiment à pied des grenadiers de la Garde impériale y a rencontré un joli et mérité succès. Quel pied de nez mémorable et pacifique ! Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo

Photo de tête : Facebook

3 commentaires Catégories : Bataille de Waterloo, Culture et histoire, SCOOP ! Imprimer

Commentaires

  • Je suis choqué par ce licenciement J'avais entendu des remarques il y a un certain temps d'un membre de l'Indépendance musicale faisant apparaître une dissension avec Thierry Detilloux et ne faisant pas partie du groupe je ne veux pas prendre partie sur le fonctionnement interne mais je me dois de constater la qualité du tambour-major et du chef d'orchestre.
    Plusieurs fois j'ai assisté à des concerts où l'humour et la connaissance musicale m'ont permis de les apprécier J'étais aussi présent en juin 2015 au bivouac allié et j'ai aussi constaté le succès de la prestation Enfin le plus émouvant ce fut en décembre dernier à l'église Saint-Joseph où l'indépendance musicale rendait un dernier hommage à un résistant de Waterloo avec des morceaux particulièrement bien choisis Dès lors il me semble que l'on a un peu oublié la compétence par rapport à des querelles internes
    En résumé personne n'est indispensable mais chacun est utile comme Thierry detilloux

  • Bonjour, Je suis aussi déçue par cette cassure dans la belle formation musicale qui m'avait enchantée lors des reconstitutions, où j'assistais pour présenter mon beau roman sur Napoléon et Marie Walewska. Ce qui n'est pas clair dans l'article, c'est que Thierry semble être tombé en désaccord et qu'il quitte sans regret, alors qu'on dit qu'il a été "éjecté". Il avait déjà démissionné du Comité, cette disharmonie n'est donc pas si grave pour lui. J'imagine qu'on le retrouvera à d'autres occasions.

  • Un rupture dans un groupe de ce genre est toujours une déchirure,surtout quand la personnalité qui choisit de quitter le groupe était une personne de valeur.On trouvera un remplaçant...on l'espère à la hauteur du démissionnaire de qualité...on pourra alors ce dire que pour la musique impériale..Cette dispute sera beaucoup de bruit pour rien.

Les commentaires sont fermés.