"Nous ne toucherons pas à une fleur ni à une tige du bois des Bruyères !"

L'intégrité du bois des Bruyères sera préservée selon les dires de la bourgmestre de Waterloo Florence Reuter

Ce lundi soir, au conseil communal, elle a confirmé cette information qu'elle avait communiqué le matin-même lors d'une conférence de presse de dernière minute dans la maison communale.

Rappelons que le bois des Bruyères, l'ancien parking Fiat et le zoning artisanal font partie du plan communal d'aménagement (PCA) Gare-Infante (voir articles ici et ). Une partie du bois appartenant au promoteur Immobel est constructible : la nouvelle implantation de l'institut des Sacrés-Coeurs et sa salle de sport devaient en manger apparemment 1,3 hectares.

Bonne nouvelle

"J'ai une bonne nouvelle, a annoncé la bourgmestre au début du conseil communal. Nous ne toucherons pas à une fleur ni à une tige du bois des Bruyères. La zone sera complètement préservée. J'ai négocié cela avec le propriétaire privé qui n'introduira pas de recours malgré que sa propriété soit en zone rouge constructible. On sort l'institut des Sacrés-Coeurs et sa salle de sport du bois des Bruyères. Ils seront construit sur l'ancien parking Fiat."

Bois 2 Capture.JPG

Rappelons que, dans un souci de transparence, Florence Reuter, qui a entre autres l'aménagement du territoire dans ses compétences, a toujours affirmé qu'elle menait ce type de discussion en présence d'un membre du personnel de l'administration communale.

Mobilité compliquée en vue

Bernard Catala de la formation Mieux Vivre à Waterloo (MVW) a estimé qu'il s'agissait d'une bonne nouvelle même si "l'arrivée de plus de 1000 élèves à cet endroit posera de gros problèmes de mobilité dans le quartier. Il faudra les résoudre anticipativement. En outre, avec les autres immeubles prévus, on passera à une densité de 45 logements par hectare alors qu'on est à 12 dans le quartier actuellement ".

Procédure respectée ?

Jean-Louis Verboomen (Ecolo) s'est réjoui de la bonne nouvelle. "Je me réjouis aussi de la mobilisation des habitants pour protéger le bois. Cependant, la procédure prévoit que la commission consultative communale d'aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM) soit régulièrement tenue au courant du rapport d'incidences environnementales (RIE), ce qui n'a pas été le cas."

La plupart des Waterlootois seront heureux d'apprendre que la surface du bois des Bruyères dans lequel ils aiment se promener ou faire du sport ne sera pas réduite par la réalisation de projets immobiliers. La contrepartie accordée au propriétaire en échange de l'intégrité de sa partie de bois devrait se préciser à l'avenir. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

2 commentaires Catégories : Dans les quartiers, Loisirs et temps libre, Politique, SCOOP ! Imprimer

Commentaires

  • C'est en effet une bonne nouvelle, malgré les incertitudes qui planent encore.
    Merci à Bernard Catala qui a fait pas mal de démarches pour obtenir cette solution alternative.

  • En quoi donc cela serait une bonne nouvelle.
    La vraie question est : que chache encore cette manipulation ?
    En effet parmis les très (trop) nombreux mandats de la bourgmestre il y à celui d'administrateur depuis début 2017 chez infrabel.
    Infrabel qui n'est autre que le propriétaire de la majorité des terrains dont question !
    Alors on négocie pour la commune de Waterloo avec un propriétaire qui est aussi l'employeur ...
    Une mauvaise langue ferait une prose sur l'embrouille qui semble grosse comme un bulding !

    Bon les élections approchent il faut contenter les habitants mais ... combien voteront encore MR ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel