Projet immobilier Unibra à Waterloo : recours des riverains rejeté pour... 25 euros impayés !

En mai 2016, la société Unibra projetait de construire 47 appartements répartis en trois blocs sur la chaussée de Louvain au nord de Waterloo

Le projet impliquait la destruction de quatre maisons, l'aménagement d'un rez commercial et d'un parking souterrain de 78 places. Mais, sous la pression des habitants du quartier et de l'ASBL Waterloo Environnement, Unibra avait retiré sa demande de permis (voir article ici).

Unibra 1 Capture.JPG

Unibra est un groupe familial axé sur la production de bière en Afrique d'une part et la gestion et la promotion immobilières d'autre part. Unibra est logiquement revenu à la charge au début de cette année avec "des modifications de détail" selon Peter Booth, coordinateur des habitants opposés au projet dont tous ceux de l'avenue du Longchamp.

Trois immeubles avec 38 appartements

La version finale du promoteur comprend cette fois trois immeubles de trois et deux étages comptant 38 appartements et 58 places de parking en sous-sol. En outre, les trois bâtiments ont été rapprochés de la chaussée de Louvain.

Unibra 2017 IMG_20170112_103852643.jpg

Cliquez sur le plan pour l'agrandir

En dépit des remarques (densification de l'habitat, bâtiments dépassant la hauteur de l'habitat existant dans un quartier de villas unifamiliales à quatre façades, augmentation de la circulation et des problèmes de parking dans l'avenue du Longchamp et sur la chaussée de Louvain) et, conséquemment, de l'opposition des habitants de l'avenue du Longchamp, le Collège communal de Waterloo a accordé le permis à Unibra sans les avertir. Peter Booth regrette d'ailleurs le "manque de transparence des autorités communales dans la communication tout au long de cette affaire".

Recours à la Région wallonne

Ces habitants ont alors décidé à l'unanimité d'adresser dans les délais requis, soit le 9 mai 2017, un recours au Service public de Wallonie (cliquez sur l'icône en bas à droite pour agrandir le document) :

Même le Très Vénérable Phramaha Wisuddhi Chotipratoom du temple bouddhiste Wat Thai Dhammaram de la chaussée de Louvain a exprimé sa vive opposition. La présence d’un important complexe rendrait en effet la pratique de sa foi, basée sur la méditation dans le calme et la sérénité, impossible.

En conclusion de leur recours, les riverains du projet Unibra espèrent "que la Région Wallonne pourra palier aux manquements de la Commune de Waterloo qui, non contente d’avoir pris une décision allant à l’encontre de l’avis unanime des habitants, a accordé ce permis sans nous en avertir, compromettant de ce fait nos possibilités de recours (nous avons été avertis par un conseiller communal de l’opposition !)" (NDLR : ce dernier étant Bernard Catala de la formation Mieux Vivre à Waterloo).

Il manque un versement de... 25 euros !

Le SPW a accusé réception du recours le 11 mai en précisant "qu'il n'est pas suspensif" et "qu'il sera instruit"Peu après cependant, l'administration wallonne a fait savoir au coordinateur des opposants au projet immobilier qu'elle ne donnera pas suite au recours introduit, invoquant l’article 95, §2, aliéna 1er, du décret PE : "Sous peine d'irrecevabilité, le recours est accompagné de la preuve du versement du droit de dossier visé à l'article 177 et est envoyé à l'administration de l'environnement dans un délai de vingt jours"Ce droit de dossier, que les riverains ignoraient et qu'aucune autorité ne leur a renseigné, s'élève à seulement... 25 euros !

Pas de victoire mais des résultats

En juillet dernier, le Service public de Wallonie a informé Peter Booth que le feu vert a été donné pour la construction des immeubles Unibra sur la chaussée de Louvain. "Ceci ne va pas dans le sens que nous aurions souhaité, loin s'en faut, assène Peter Brooth, mais nos actions n'auront pas été inutiles : le plan final ne comprend plus que trois immeubles de trois et deux étages pour 38 logements. Le bâtiment en fond de propriété sera celui ne comprenant que deux étages. Les bâtiments ont été regroupés plus en avant de la propriété vers la chaussée de Louvain. La rangée de peupliers qui assure le drainage du terrain devrait être préservée. Les plates-formes supérieures des bâtiments devront être végétalisées. Les bâtiments n'auront plus l'aspect "veuves noires" tels ceux à la place de l'ancien contrôle technique sur la chaussée de Bruxelles car le crépi devra être remplacé par une brique de parement."

Comme quoi errare humanum est, perseverare diabolicum (se tromper est humain, persévérer est diabolique). Enfin, ça dépend pour qui... Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

0 commentaire Catégories : Dans les quartiers, Politique Imprimer

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel