Dans quelles domaines la SNCB va-t-elle investir dans les prochaines années ?

Le nouveau plan d’investissement de la SNCB prévoit d'investir 3,2 milliards d'euros entre 2018 et 2022

Ligne directrice du plan : des voyageurs emmenés à destination de manière sûre, ponctuelle et confortable. C'est pourquoi ces investissements se concentreront sur trois activités de base : le transport des voyageurs, leur accueil dans des gares fonctionnelles ainsi que la gestion et l’entretien du matériel.

Actuellement, 40% de la flotte des voitures et locomotives a plus de 30 ans. Afin de la moderniser et de réduire cette part du matériel ancien à 20% d’ici 2023, la SNCB va investir deux milliards d’euros sur la période 2018-2022, soit deux tiers du budget global du plan.

Nouvelles voitures à double étage

Concrètement, le matériel obsolète sera remplacé par des nouvelles voitures M7 à double étage pour permettre de répondre à la croissance de l’offre de trains et du nombre de voyageurs attendus (20 000 places supplémentaires offertes en 2022 dont 10 000 en 2020). Le matériel arrivé à mi-vie sera, lui, modernisé. Pour améliorer la sécurité d’exploitation, l’ensemble du parc de matériel sera équipé de l’ETCS (European Train Control System) à l’horizon 2023.

SNCB 22908244_1530506020376636_1900234274_o.jpg

Renforçant la qualité du service, un accent particulier sera mis sur les nouvelles technologies dans le domaine de l’information aux voyageurs pour leur fournir en temps réel une information précise et cohérente. Un nouveau site internet de vente verra aussi le jour en 2018.

Des gares conviviales et fonctionnelles

Afin d’accueillir ses clients dans les meilleures conditions, près de 600 millions d’euros seront investis dans l’accueil aux voyageurs pendant la période 2018-2022. Les travaux entamés dans les grandes gares (Gand-Saint-Pierre, Mons, Malines, etc.) seront poursuivis.

Pour les nouveaux projets, les investissements seront correctement dimensionnés au bénéficie d’un plus grand nombre de gares et points d’arrêt. Les infrastructures de gare seront optimalisées et plus fonctionnelles, notamment par l’introduction du concept de gares standard et l’amélioration de la signalétique pour faciliter le trajet du client. Une attention particulière sera accordée aux haltes et quais du RER bruxellois et des autres réseaux suburbains.

Plus de parkings pour les quatre et deux-roues

Les places de parking jouant rôle clé dans l’intermodalité, la SNCB veille à développer son offre de parking en plus de son offre de trains (le 10 décembre prochain, le plan de transport sera renforcé de 5,1%) avec 10 000 places de parking supplémentaires d’ici 2022. Davantage de parkings seront équipés de barrières d’accès.

Par ailleurs, la SNCB va augmenter le nombre de places de parking pour les deux roues. D’ici 2022, 10 000 places supplémentaires seront créées, pour atteindre 104 000 places.

La SNCB va également procéder à l'aménagement des quais. Au cours des cinq prochaines années, les quais de sept gares ou points d’arrêt seront rehaussés chaque année. A l’horizon 2022, les quais seront à une hauteur de 76 cm dans plus de 200 gares.

SNCB 23023255_1530506030376635_1527424713_o.jpg

Afin de permettre aux voyageurs d’accéder facilement aux quais, la SNCB va augmenter le nombre d’ascenseurs (de 250 actuellement à 350 en 2022) et le nombre d’escalators (de 310 à 385 unités) dans ses gares.

Des investissements spécifiques pour les personnes à mobilité réduite seront effectués : d’ici 2022, 25 gares supplémentaires seront totalement accessibles aux PMR.

Adaptation des ateliers

Un budget de 300 millions est prévu pour les investissements dans les ateliers. Des (extensions d') ateliers sont en cours d’achèvement. Les autres ateliers seront adaptés aux évolutions des technologies et du matériel à entretenir. Des installations ayant un impact direct pour le voyageur (car-wash, nettoyage intérieur des trains, etc.), sont inclues dans le plan.

L'informatique revue en profondeur

La SNCB va revoir en profondeur les processus de l’entreprise et les digitaliser : la révision de la planification du personnel roulant, d’entretien du matériel, de gestion des bâtiments, des ressources humaines, etc. L’organisation, l’architecture et les applications IT seront fondamentalement revues et optimisées.

Un ministre satisfait

Ce plan d’investissement de la SNCB, approuvé le 27 octobre par son conseil d’administration, va être soumis aux instances compétentes et devra être approuvé par le gouvernement fédéral.

Le ministre fédéral de la mobilité François Bellot a déclaré : "Je me réjouis que ces investissements répondent à la demande du gouvernement de mettre le client au centre des préoccupations de la SNCB. Nous allons nettement améliorer le confort et le quotidien du voyageur et l’attractivité de la SNCB en investissant dans du nouveau matériel roulant, dans des gares fonctionnelles, plus agréables et plus sûres, des parkings pour les voitures et les vélos. Outre l'augmentation de 5% du nombre de trains/km, ceci démontre que le client est le principal bénéficiaire d’une utilisation plus efficace des moyens".

Et Infrabel ?

Il reste à connaître les investissements du gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel visant à placer ses propres clients (les opérateurs ferroviaires dont la SNCB) et donc les voyageurs en tête de ses priorités.

En effet, si la SNCB est responsable de 35% des retards et de 43% des suppressions de trains, Infrabel en est la cause dans respectivement 21% et 11% des cas. Soulignons que les "tiers"  (accidents aux passages à niveau, heurts de personnes, faits de malveillance, agressions, conditions météo entre autres) génèrent la majorité des problèmes : 41% des retards et de 43% des suppressions de trains. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

1 commentaire Catégories : Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Commentaires

  • Tout cela est très positif Maintenant la question qui fâche : Comment convaincre les inconditionnels de la voiture qui contribuent à encombrer nos routes En effet beaucoup n'ont pas encore compris l'efficacité de l'intermodalité des moyens de transport et ceux et celles qui ont une voiture de société sont-ils prêts d'abandonner leur voiture alors que d'autres automobilistes sont obligés de pendre leur voiture et en plus en payant l'achat, l'essence et l'entretien En cela notre pays se distincte négativement de nos voisins

Les commentaires sont fermés.