Les nouvelles activités de Serge Kubla : le financement du logement public et les humanoïdes !

En février 2015, la population waterlootoise est abasourdie par la nouvelle : son bourgmestre Serge Kubla était incarcéré dans la prison de Saint-Gilles

Celui-ci était inculpé de corruption concernant une personne qui exerce une fonction publique dans un état étranger, à savoir la République démocratique du Congo.

 

Deux inculpations

Kubla est soupçonné d’avoir remis un acompte de 20 000 euros à l’épouse d'un ancien premier ministre congolais dans l'hôtel bruxellois Président. Le premier cité aurait lui-même reçu plusieurs centaines de milliers d’euros de l’entreprise sidérurgique Duferco. Cette affaire a amené Kubla à démissionner de son poste de bourgmestre de Waterloo en février 2015.

Comme si cela ne suffisait pas, en août 2017, la justice décidait, après plusieurs perquisitions, de le poursuivre aussi pour blanchiment d'argent placé sur un compte bancaire suisse.

Depuis, l'ex-bourgmestre de Waterloo a gardé le silence que nos tentatives par personnes interposées ne sont pas parvenues à rompre. Jusqu'au 19 décembre 2017 où il a accordé une intéressante interview de trois heures au journaliste Philippe Lawson du quotidien L'Écho.

Accédant à notre demande, la rédaction de L'Écho nous a transmis l'article en question et a accepté que nous le publiions sur ce blog (voir plus bas).

Deux activités

Serge Kubla DSC_1773a.jpgOn y apprend que Kubla a créé So Consult, une société de consultance basée et imposée en Belgique cette fois. "Tant pis si on gagne moins", commente-t-il. Conseillant le courtier Willink (assurances, placements, immobilier) qui cherche à financer des logements sociaux, il fait "de la prospection en Wallonie auprès de partenaires publics potentiels (communes, villes, CPAS, etc.) ." Il s'agit de "capter l’épargne privée pour financer le logement public."

Autre activité de l'ancien député et ministre wallon : il a signé un contrat d’exclusivité avec la société ostendaise Zora Robotics qui développe des programmes pour des petits robots humanoïdes qui parlent et fournissent des services aux humains.

Le CPAS et son humanoïde

Zora Robotics est l'entreprise qui a fournit le robot Nora, subsidié par la province, à la maison de repos et de soins Le Gibloux qui dépend du CPAS de Waterloo (voir notre article du 18 octobre 2017 ici).

Etienne Verdin DSC_3839.JPGTiltant sur cette information de L'Écho, nous avons interrogé le président du CPAS Etienne Verdin. "Dans le cadre de mes fonctions, je suis constamment en recherche de ce que la technologie peut apporter au CPAS et aux relations entre le service d'aides aux familles et aux aînés (Safa) et les isolés, répond-il. Ayant lu une étude française sur les avantages des robots, je rencontre un responsable de la SA Zora Robotics en juillet 2017. Le CPAS a introduit une demande de subsides à la province du Brabant wallon et, comme le prévoit la législation pour ce type de marché, a rédigé un petit cahier de charges et a fait appel à trois fournisseurs. C'est le robot de Zora Robotics qui a été choisi. Pour le reste, j'ignore depuis quand Serge Kubla travaille pour cette société."

Parallèlement, nous avons questionné Zora Robotics : depuis quand Serge Kubla a-t-il l'exclusivité des produits de Zora Robotics ? Sur quelle zone ? A-t-il joué un rôle dans la vente du robot au CPAS de Waterloo ? Si non, comment s'est déroulé cette vente ?

Le contrat de Kubla est confidentiel

Après plusieurs rappels, nous avons finalement été recontacté par le responsable des relations médias de Zora Robotics : "Nous avons déjà vendu un millier de robots, y compris à l'étranger. Zora Robotics étant apolitique, il n'y donc pas de lien politique dans la vente de notre robot au CPAS de Waterloo. Un appel d'offres a été lancé par le CPAS, Zora Robotics y a répondu et a été choisi. Quant à Serge Kubla, il s'intéressee à la robotique. Vous comprendrez que les termes et détails de son contrat d'exclusivité avec notre société sont confidentiels." Dont acte. Peut-être que Zora Robotics pourrait penser à faire une opération de rebranding de son produit...

Zorabots Goldorak_vocabulaire.jpg

Kubla sur Reuter

En fin d'article, Serge Kubla confie : "Je vis toujours à Waterloo et je ne me cache pas. Quant à Florence Reuter, je ne la vois presque jamais, elle a son indépendance, elle ne me consulte pas, je ne la conseille pas. Elle a des plans d’aménagement du centre de Waterloo qui sont très différents de ceux que j’avais en tête, mais c’est elle qui est au pouvoir."

Commentant son article publié dans L'Écho, le journaliste Philippe Lawson a déclaré : "Je sais qu’il suit encore la politique de près, même s’il ne veut plus en faire. Il a son avis sur Waterloo, notamment sur l’aménagement du centre. Il m’a raconté qu’il n’aurait pas fait comme cela mais que Florence Reuter était la patronne." Tanguy de Ghellinck, blogueur

 

Interview intégrale de Serge Kubla dans L'Écho du 19 décembre 2017 (cliquez sur la petite icône en bas à droite de l'article pour l'agrandir) :

 

1 commentaire Catégories : Entreprendre - Immobilier, Politique, WIP - Waterloo's Important Persons Imprimer

Commentaires

  • Allons monsieur Verdin, soyez courageux pour une fois, reconnaissez que vous avez dérapé en faisant du business avec un inculpé pour blanchiment d’argent ! C’est moralement et éthiquement inadmissible avec des deniers publics. Soulagez votre conscience. Faute avouée est à moitié pardonnée. A 65 ans vous devriez le savoir.

Les commentaires sont fermés.