Le champ de bataille de Waterloo bientôt exploité par un opérateur privé !

Depuis 2013, le champ de bataille de Waterloo était géré par la SA Panorama et l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815

Mais là n'est pas la mission première de ces deux structures qui ne disposent pas réellement des moyens et des outils pour assurer l'exploitation touristique du lieu de la bataille après le départ tumultueux de la société française Culturespaces (voir article ici).

 

Pour sortir de cette situation, le ministre wallon du tourisme René Collin s'est rendu ce mercredi au Mémorial 1815 pour signer une convention avec la province du Brabant wallon, représentée par le député provincial waterlootois Tanguy Stuckens, et l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815 présidée par la Brainoise Nathalie du Parc.

DSC_0240.JPG

Cette convention a pour objet la gestion immobilière et la concession de l'exploitation commerciale et historique du site historique de la bataille de Waterloo. Ce dernier englobe le Mémorial 1815, la butte du Lion, le panorama et la ferme d'Hougoumont.

43 millions investis

Depuis 2001, la Wallonie et l'intercommunale ont investi respectivement 37 103 000 et 6 676 000 euros dans le site. Des comptages ont démontré que 460 000 personnes (y compris les promeneurs, vététistes, clients du restaurant Le Bivouac de l'empereur, etc) ont fréquenté le champ de bataille en 2017 dont 160 000 ont visité le Mémorial 1815. Or, ce dernier aurait un potentiel beaucoup plus élevé : de 260 000 à 300 000 visiteurs annuels d'après une étude récente.

Pour parvenir à les attirer dans le Mémorial, la convention signée aujourd'hui entre la Wallonie, le Brabant wallon et l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815 permet de lancer dès aujourd'hui un marché public de mise en concession du hameau du Lion en vue d'en confier la gestion jusqu'en 2035 à un opérateur privé.

DSC_0250.JPG

Cahier des charges du futur exploitant

Le ministre René Collin a précisé les balises intégrées dans le cahier spécial des charges du futur concessionnaire : exploitation commerciale et touristique du site, ouverture toute l'année, respects des tarifs et du ticket combiné, organisation d'animations, d'événements, d'une commémoration annuelle et d'une grande reconstitution tous les cinq ans, maintenance des infrastructures, reprise du personnel existant, offre de produits locaux et régionaux dans le restaurant entre autres. Le futur opérateur sera contrôlé par l'intercommunale et encadré par un comité d'accompagnement.

Combien pour les institutions publiques ?

Sur le plan financier, on estime raisonnablement que l'opérateur retenu pourrait réaliser un chiffre d'affaires de 4,5 millions d'euros par an. Il devra constituer une garantie bancaire d'un million d'euros et devra s'acquitter annuellement d'une redevance minimale de 300 000 euros + 10% des recettes de la billettique + 7,5% des autres recettes (horeca p. ex.). La Wallonie recevra 81,5% des recettes et l'intercommunale 18,5% avec un minimum de 170 000 euros pour couvrir ses charges.

"L'arrivée d'un opérateur privé solidement entouré par les pouvoirs publics, assurera à ce site d'envergure internationale un développement ambitieux en termes d'attractivité touristique et économique au profit de toute la Wallonie", a insisté René Collin.

DSC_0253.JPG

Return on investment

De son côté, Tanguy Stuckens a observé que "sur ce site, il y a différents propriétaires et droits réels mais aujourd'hui, tout est prêt pour confier la gestion de celui-ci à un opérateur privé. La Région a investi dans un projet qui aura un double effet : un retour économique et touristique mais aussi un juste retour sur investissement. C'est une première à ma connaissance."

"Un site en parfait état"

Nathalie du Parc enfin s'est montrée enthousiaste : "On est ravi de l'arrivée d'un vrai opérateur professionnel. Depuis 2013, nous avons géré le site et ce ne fut pas facile. On a accompli un travail d'amélioration permanente : signalétique uniformisée, navette vers Hougoumont, dispositif de réalité virtuelle en 3D au sommet de la butte du Lion, démarchage commercial et animations multiples. A l'avenir, l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815 va continuer à protéger son patrimoine (toit et avant-scène du panorama, aménagement du parking à la ferme d'Hougoumont, ...). Notre action et notre maîtrise des coûts nous permettent de remettre un site en parfait état au nouvel opérateur."

Ce dernier devrait débuter ses activités en été 2018. Il aura du pain sur la planche car après l'engouement du bicentenaire de la bataille en 2015 et les attentats de Bruxelles en 2016, on ne peut nier que l'afflux des touristes n'est pas vraiment à la hauteur des espoirs. Rappelons que peu avant la construction du Mémorial 1815, Paul Furlan, le ministre wallon du tourisme de l'époque, évoquait le chiffre de... 500 000 visiteurs. Tanguy de Ghellinck, blogueur

3 commentaires Catégories : Bataille de Waterloo, Culture et histoire, Entreprendre - Immobilier Imprimer

Commentaires

  • Tout le patrimoine passe au privé! Il est déjà devenu une affaire commerciale. Sa modernisation (d'un site historique) n'a plus de consistance. J'espère que le cahier des charges est drastique.

  • Aux dernières nouvelles, le patrimoine en lui-même reste toujours la propriété du Public. Nous parlons bien ici de la GESTION de ce patrimoine par un exploitant privé.
    J'espère pour ma part que le cahier des charges est non pas drastique, mais simplement lucide et propre à susciter l'enthousiasme et non le découragement.

  • Le site du lion est bien devenu morne plaine et sans âme! Tout ce qui faisait son charme a été démoli au nom du modernisme!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel