Visites domiciliaires : la bourgmestre de Waterloo répond à la lettre ouverte d'Ecolo et porte plainte !

Le débat sur la motion d'Ecolo Waterloo sur le projet de loi autorisant les visites domiciliaires poursuit son cours

Après nos récents articles sur la présentation de la motion par Ecolo lors du Conseil communal du 26 février (article ici) et sur la lettre ouverte d'Ecolo à la bourgmestre Florence Reuter (article ici), celle-ci réplique et annonce qu'elle porte plainte pour...

... calomnie et diffamation. Voici la réponse in extenso de la bourgmestre aux deux coprésidents d'Ecolo Waterloo : 

Madame et Monsieur les co-Présidents, 

C'est avec stupéfaction que j'ai pris connaissance de votre lettre ouverte relative à la motion déposée par votre groupe au Conseil communal de Waterloo de ce 26 février 2018 et portant sur le projet de loi fédérale en matière de visites domiciliaires. 

Ce courrier m’a profondément heurtée ! 

Je suis très surprise du ton adopté et du procès d'intention qui m'y est fait. Cette lettre comporte des propos intolérables et injurieux que je ne peux accepter. 

Passons sur le "déni de démocratie" ou le "faux-fuyant" : j'ai été particulièrement choquée par les références claires aux "bruits de bottes" et au "fascisme". 

Je pense avoir démontré à plusieurs reprises mon profond respect des diverses sensibilités et opinions. Je mets un point d’honneur à laisser à chacun l’opportunité de s’exprimer. Toutefois, vos propos ont aujourd’hui dépassé une limite inacceptable. 

J'ai donc décidé de porter plainte pour calomnie et diffamation. 

Cette motion n’a pas été rejetée purement et simplement, mais, conformément à la loi, l’assemblée ne s’est pas exprimée sur le fond d’un dossier relevant d’une matière fédérale. 

En tant que présidente du Conseil communal, et afin de ne pas exposer la Commune de Waterloo, j’ai appliqué les recommandations juridiques de l’Union des Villes et Communes de Wallonie sur le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation. J’ai dès lors proposé au Conseil communal de Waterloo de se déclarer incompétent. 

À titre purement personnel, j'ai, en revanche, reconnu que ce projet de loi posait question, comme le confirme le compte rendu de ce débat dans les pages du quotidien L'Avenir – Brabant wallon de ce mercredi 28 février 2018. J'ai également affirmé publiquement qu'il était important de débattre de ce sujet, que chacun d'entre nous avait le devoir de faire son examen de conscience et de relayer son avis et ses inquiétudes tant vers sa formation politique qu'auprès du pouvoir fédéral. 

J'estime donc parfaitement calomnieux de suggérer que j'aurais "refusé d'entendre cet appel, relayé par des milliers de citoyens impliqués pour le bien commun" ou que j'aurais "perdu l'occasion d'affirmer mon amour de la démocratie et des valeurs essentielles de solidarité".

Ces attaques personnelles sont une atteinte aux valeurs humaines que je défends depuis toujours. 

J'ose espérer que, dans votre déception, vous n’avez pas pleinement mesuré l'ampleur de vos propos. 

Recevez, Madame et Monsieur les co-Présidents, mes salutations distinguées. 

Florence REUTER

Le débat qui n'a pas vraiment eu lieu pendant le dernier Conseil communal s'enflamme par écrits interposés et se judiciarise. Tanguy de Ghellinck, blogueur

10 commentaires Catégories : Politique, Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Commentaires

  • Encore une belle façon d’esquiver de parler du fond! « Passons sur le "déni de démocratie" ou le "faux-fuyant" : pourquoi n’en parlez-vous pas madame là bourgmestre? Si vous n’aviez pas choisi l’axe de l’incompétence , qu’auraient voté chacun de vos élus en leurs âmes et consciences? Pourquoi avoir biaisé cette discussion importante? Pourquoi ne pas oser ce débat? Et de manière publique, au conseil, sans consignes préalables du parti?

  • Madame, je vous invite à méditer ceci,

    "Il est toujours possible de dire NON... L'histoire n'est pas fatale. Elle est aux mains des hommes qui la vivent et qui ne sont pas toujours contraints de la subir.
    Le prix de la liberté,c'est de demeurer en alerte, de connaître le passé,de s'informer avec esprit critique du présent et de lutter activement contre toutes les formes d'intolérance."

    Prof. Leon-Ernest HALKIN
    Résistant 1940-1945, compagnon de résistance de mon grand-père Marcel THONET. Service Socrate.

  • Faut l'excuser elle a passé sa carrière à lire des prompteurs, celui de RTL autrefois, celui du MR maintenant....

  • ...vous vouliez dire le prompteur de la Haine-VA, je suppose...

  • Une façon d'éviter que telle situation ne se répète dans l'avenir est d'avoir au conseil communal un président de séance qui n'est pas la bourgmestre En effet cette personne choisie dans le conseil communal permettrait d'éviter les débats passionnés
    Dans le même ordre d'idées en son temps Serge Kubla qui avait refusé cela n'a pas non plus accepté d'avoir un médiateur communal comme je l'avais suggéré lors d'une séance d'un conseil communal il y a 5 ans Voilà peut-être une idée pour les programmes électoraux à venir

  • "J'ai donc décidé de porter plainte pour calomnie et diffamation."

    Moi, j'aurais saisi le TPI, le Tribunal des Plaintes Inutiles....

  • D'accord avec vous. MDR !

  • Cette motion était sans fondements. Quelle lamentable opposition nous devons subir.

  • L'article du 03/03 co-signé par Tanguy dans Sud Presse reprend la réaction de Mme Reuter, d'accord. Mais ne se donne pas la peine d'attirer l'attention sur le texte lui-même, qui n'accuse personne de fascisme. Je vous invite à relire le texte original s'il vous plaît.
    Quant à "une attaque personnelle", je n'en vois pas non plus. Le communiqué a critiqué la bourgmestre sur le plan politique (vous avez raté l'occasion...), non personnelle.
    La réaction de Mme Reuter "j'ai donc décidé de porter plainte pour calomnie et diffamation" , me semble pour le moins excessive. La lettre ouverte de Ecolo lui donnait l'occasion de donner son point de vue. Pour la paraphraser, j'ose espérer que, dans sa contrariété, elle n'a pas pleinement mesuré l'ampleur de ses propos.

  • Merci, cher Patrick De Cock, pour ce beau texte du Professeur Halkin auquel j'adhère totalement !

Les commentaires sont fermés.