Souriez, voici les quatre as de "LA" BD qui cartonne !

Il était une fois un communicateur passionné de BD...

A côté de son vrai métier dans la communication, il est amoureux du 9e art au point d'avoir produit 1500 d'articles à son sujet sur le site internet spécialisé ActuaBD.

DSC_0550a.jpgMais de simple lecteur et critique de bandes dessinées, il rêvait d'en être un acteur. Le pas à franchir était audacieux mais le Lasnois Nicolas Anspach l'a fait : il est devenu éditeur de BD.

L'occasion lui en fut donnée en 2015 quand le Bruxellois Baudouin Deville, dessinateur de BD (Continental Circus, Rider on the storm, ...) et illustrateur dans son studio graphique Traits, a eu l'idée de réaliser un album sur les 60 ans de l'Atomium.

Mot d'ordre : sourire !

"D'accord mais il nous faut un scénariste qui respire Bruxelles" affirmait alors Nicolas Anspach. Et ce fut Patrick Weber, écrivain et chroniqueur royal de RTL notamment, qui fut choisi. Le scénariste a aussi trouvé le titre de l'album : Sourire 58, sourire étant le mot d'ordre donné aux hôtesses de l'inoubliable Expo 58 au Heysel.

Patrick Weber.JPG

Le scénariste Patrick Weber

Pour l'aspect financier, le néo-éditeur Anspach a fait appel à la plateforme de crowdfunding (financement participatif) Sandawe fondée à Waterloo par l'ancien rédacteur en chef de Spirou Patrick Pinchart. Le projet de la BD Sourire 58 est parvenu à convaincre 460 édinautes (dont votre serviteur) d'y investir puisqu'il a rapporté la fort belle somme de 41 000 euros !

Il y a 60 ans : l'Expo 58 et l'Atomium

L'histoire se passe pendant l'Expo 58 qui a marqué la Belgique et les Belges il y a juste 60 ans. Elle a attiré 42 millions de visiteurs curieux de découvrir les innovations techniques de l’époque dans un esprit festif. L'exposition universelle de 1958 généra aussi d’importants travaux dans Bruxelles (autoroutes urbaines, petite ceinture). Construit pour l'occasion, l’Atomium est devenu un des monuments emblématiques de Bruxelles.

Espionnage et suspense

Sourire 58_06.jpg

Kathleen, une jeune femme célibataire, est une des 280 hôtesses de l'exposition choisies parmi 3000 candidates. Malgré elle, elle se retrouve mêlée à des incidents qui menacent le bon déroulement de l’Expo 58 : vol dans le pavillon du Vatican, sabotage au pavillon de l'URSS, … Dépassée, elle est au cœur d’une lutte entre espions en pleine guerre froide pour faire échouer des négociations pour la paix.

Des documents et des difficultés

Baudouin_Deville_(c) Bénédicte Maindiaux 01.jpg"On s'est basé sur énormément de documents dont ceux de la fille de Georges Moens de Fernig, commissaire général de l'exposition universelle, explique le dessinateur Baudouin Deville. Quand j'ai commencé l'album fin 2016, j'ai refait quatre fois les six premières planches. Par la suite, j'ai avancé plus régulièrement malgré certaines difficultés : p.. ex. trouver des photos de l'intérieur du pavillon du Vatican ou dessiner la place de Brouckère avec tous ses détails. Pour mon dessin, j'use de la ligne claire à ma manière, en jouant sur l'épaisseur du trait. Par contre, une chose est sûre : je ne ferai plus jamais les couleurs, c'est un travail trop lourd !"

La ligne rouge

DSC_0542a.jpgA côté du Lasnois et des deux Bruxellois précités, une talentueuse Waterlootoise a aussi mis sa touche à l'album : la graphiste Anne Gérard qui a réalisé la maquette de l'album. "Après mes recherches, notamment sur les polices de caractères employées à l'époque, j'ai proposé sept ou huit projets à Baudouin qui a finalement choisi le premier, précise celle qui est sa compagne. J'ai composé le titre, placé les noms des auteurs sur la couverture et inventé la ligne rouge sur le côté supérieur de l'album. Celle-ci empêche le titre de flotter dans les nuages et permet de repérer l'album dans les librairies."

"Que du bon !"

On adhère sans modération au commentaire élogieux à tout point de vue de Patrick Pinchart, fondateur et patron de la plateforme de crowdfunding Sandawe utilisée pour le financement de l'ouvrage : "Sourire 58 est un bel exemple de financement participatif réussi pour une bande dessinée : il a été impeccablement préparé par l'éditeur et les auteurs, tant au niveau de la communication que de l’animation du projet. Ce sont deux points essentiels que les initiateurs d'un crowdfunding ne comprennent pas forcément. Sourire 58 est un projet libre : l’éditeur réalise le livre avec le soutien financier des lecteurs. En échange, les donateurs reçoivent le livre et de beaux collectors. Ce modèle est de plus un plus utilisé par les auteurs et les éditeurs de BD pour boucler leur budget. Le livre Sourire 58 est un très bel objet, cohérent et graphiquement réussi. On se retrouve dans l’univers de la ligne claire de E.P. Jacobs (Blake et Mortimer). La présence du livre dans la boutique de l’Atomium est intelligente : elle lui donne une pérennité que très peu de livres ont à cause de la surproduction actuelle qui assassine la bande dessinée et noie les libraires. Pour cette première réalisation, l’éditeur Nicolas Anspach a réussi un sans-faute : un partenariat avec l’Atomium pour son 60e anniversaire, un livre très réussi qui a le potentiel d’intéresser les producteurs de cinéma et un duo d’auteurs très complémentaires et brillants. Bref, que du bon !" 

Sourire 58_13.jpg

L'éditeur Nicolas Anspach est confiant dans l'avenir de Sourire 58, album officiel des 60 ans de l'Atomium, puisqu'il a commandé un premier tirage de 10 500 exemplaires en français et 1500 en néerlandais (Glimlach 58) qui impressionne les professionnels du secteur.

Parmi les blockbusters

Il n'a pas eu tort apparemment : sortie le 22 mars, la BD a droit à une large et positive couverture médiatique de la presse généraliste et spécialisée  et à une mise en place favorable dans les vitrines et présentoirs. Elle se classe dans les blockbusters de la Fnac, Cora, Brüsel (Bruxelles), Scientia (Mons), Decallonne (Tournai), ...

Vous l'avez compris, on a un coup de coeur pour cet album et de l'admiration pour l'équipe qui l'a porté sur les fonds baptismaux. La ligne claire du dessin enchante en ce qu'elle ramène aux fondamentaux de la BD belgo-française, le soin extrême (hormis une petite erreur factuelle à dénicher) apporté aux détails et particularités de la fin des fifties  épate et le scénario est empreint d'un suspense réel sans être alambiqué.

DSC_0551a.jpg

Nicolas Anspach, Baudouin Deville et Anne Gérard

Une BD pour toutes les générations

Sourire 58 est une histoire à mettre entre toutes les mains : les jeunes y découvriront l'Expo 58, la guerre froide et les prémices des golden sixties, les quinquagénaires reconnaîtront les récits et photos de leurs parents et les seniors replongeront dans le décor et l'ambiance d'un événement qu'il fréquentaient les week-ends au temps de la Belgique Joyeuse.

Sourire58_Couverture_300DPI_20180206.jpg

Le quatuor ne veut pas en rester là puisqu'il réfléchit déjà à son prochain projet qui pourrait bien évoquer une grande compagnie aérienne et une grande colonie, toutes les deux belges autrefois... Never change a winning teamTanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

Plus d'infos :

https://www.facebook.com/sourire58/

https://www.facebook.com/Editionsanspach/

A noter : la galerie Champaka (rue Ernest Allard 27 à 1000 Bruxelles, près du Sablon) expose les planches originales de l'album et des illustrations de Baudouin Deville du 13 avril au 5 mai 2018

1 commentaire Catégories : Culture et histoire, Entreprendre - Immobilier Imprimer

Commentaires

  • A noter que l'album est 100% Belge ! Il a été imprimé chez Lesaffre à Tournai ;-).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel