Le directeur du Waterloo Historical Film Festival abdique !

Alors que les équipes du WaHFF prépare la 7e édition du festival, son directeur Cédric Monnoye annonce son départ

Patron de l'agence de création d'événements C'est tout com, il parsème la Wallonie et le Brabant wallon de festivals et de spectacles : Festival du film policier de Liège, Scène sur Sambre, Gospel for life, Statues en marche, ...

 

A Waterloo, outre le Waterloo Historical Film Festival (WaHFF), Cédric Monnoye a aussi posé des spectacles mobiles réussis et distrayants : les Boîtes du jazz, à images et à cancan.

Après six ans à la direction du WaHFF, il décidé de quitter la fonction, fier du travail accompli avec les équipes waterlootoises et persuadé que le festival est aujourd’hui sur les rails du succès.

"Je me sens moins utile"

Cédric Monnoye 2958848362_2.jpg

"Le WaHFF est maintenant bien en place et j'en suis heureux, explique son ex-directeur Cédric Monnoye. Fin décembre 2018, j'ai pris la décision de quitter son organisation parce qu'il y a beaucoup de gens autour de la table et je me sens moins utile. Je n'ai plus envie de connaître des situations compliquées et de travailler sans plaisir. J'ai bien sûr communiqué tous les dossiers et informations utiles aux organisateurs de la 7e édition. Pour l'instant, j'écris la Boîte à chansons (françaises) et j'ai bon espoir de la poser à Waterloo. Pour ce qui concerne les Scottish Days à la ferme d'Hougoumont, nous ne connaissons pas les intentions du nouvel opérateur touristique mais nous sommes sollicités par d'autres lieux."

Nouveau défi : Zygomaticomaca

Excité par les challenges, Cédric Monnoye s'en est fixé un nouveau depuis peu : reprendre le défunt Festival du rire de Bierges. "Le dossier est déjà bien avancé : nous relançons l'événement en février 2020. Il aura lieu pendant cinq jours dans la nouvelle salle de spectacle de Wavre La Sucrerie. Son nom : Zygomaticomaca, Maca étant un adolescent espiègle, symbole de Wavre. Cependant, il est vrai que je n'aurais pas repris le Festival du rire de Bierges si Waterlol avait continué à Waterloo."

En route vers la 7e édition

L'échevin de la culture Yves Vander Cruysen a commenté ce départ : "C’était prévisible et on s'y était préparé à partir du moment où Cédric Monnoye avait d'autres projets à créer. Il a d'ailleurs parfaitement assuré le transfert de son savoir à mes équipes et à celle de Patrick Piret (propriétaire des Cinés Wellington). On a déjà eu plusieurs réunions avec l'ex-directeur du WaHFF pour préparer la 7e édition et cela se passe super bien, notamment avec l’équipe de CinéWaEt puis, on continuera à travailler ensemble sur d'autres projets comme c'est le cas depuis plus de 20 ans."

51195235_1035152806672105_4975504477504143360_o.jpg

La transition entre les équipes du Waterloo Historical Film Festival se déroule heureusement de manière responsable et collaborative. Tant mieux pour un festival dont la thématique historique, en comparaison des blockbusters commerciaux, est admirablement ambitieuse. A force de conviction et de persévérance, l'événement s'impose avec un succès croissant à Waterloo et dans le paysage cinématographique. Retenez les dates de l'édition 2019 : du 17 au 20 octobre.

On regrette toutefois qu'après Gérard Pullicino qui arrête Waterlol et Etienne Claude qui s'en va du musée Wellington et du Mémorial 1815, Cédric Monnoye quitte le WaHFF. Mais qu'ont-ils tous ces acteurs culturels à quitter la scène waterlootoise ? Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

3 commentaires Catégories : Culture et histoire, Evénements, Loisirs et temps libre Imprimer

Commentaires

  • En effet , trois acteurs culturels qui s'en vont c'est inquiétant; mais aucun doute sur la capacité de notre échevin de la culture Y vdc de trouver la parade ; nos lui faisons confiance

    Alain Geûens

  • Sans oublier le départ de la directrice de l'Espace Bernier le 30 avril dernier !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel