Un nouvel état-major français à la manoeuvre sur le champ de bataille de Waterloo !

Le nouvel opérateur touristique Kléber Rossillon a reçu les clés du site historique où s'est déroulée la bataille du 18 juin 1815

En janvier 2017, le ministre wallon du tourisme René Collin a signé avec l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815 et la province du Brabant wallon une convention portant sur...

... la gestion immobilière et la concession de l'exploitation touristique et commerciale par un partenaire privé du site historique de la bataille de Waterloo comprenant la butte du Lion, le Mémorial 1815, le Panorama, la ferme d'Hougoumont et l'hôtel du Musée (voir article ici).

Deux candidats à l'appel d'offres

En janvier 2018, un appel d'offres européen était lancé à cet effet. Treize dossiers ont été demandés par des candidats intéressés mais seulement... deux ont répondu : la société belge Tempora et la française Kléber Rossillon à qui a été finalement attribuée la concession jusqu'au 22 mars 2035 (voir article ici).

Créée en 1995, la société familiale française Kléber Rossillon est un opérateur spécialisé dans la gestion de sites patrimoniaux et touristiques. Elle gère neuf sites patrimoniaux et touristiques en France (1,6 million de visiteurs) et désormais un à l'étranger : le Mémorial 1815. 

Présidente de l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815, Nathalie du Parc s'est réjouie "de confier la gestion du site à des professionnels qui ont prouvé leurs capacités dans les domaines touristique et historique. L'intercommunale peut maintenant se recentrer sur la protection du patrimoine avec deux dossiers en cours qui concernent le Panorama et la ferme d'Hougoumont".

Augmenter la fréquentation

DSC_0801.JPG

Le ministre Collin a rappelé que "la Wallonie a investi 40 millions d'euros sur le site. Le champ de bataille de Waterloo est produit d'appel non seulement pour le Brabant wallon et la Route Napoléon mais aussi pour les autres sites touristiques wallons. Kléber Rossillon apportera sa plus-value en termes de scénographie et d'animation. Nous avons en effet l'ambition d'augmenter la fréquentation du site de manière spectaculaire."

Les récents chiffres de fréquentation du site se présentent comme suit :

visiteurs payants :

2017 : 150 000

2018 : 160 000

visiteurs non payants :

2017 : 368 000

2018 : 389 000

DSC_0804.JPG

La différence entre visiteurs payants et non payants saute aux yeux. C'est là que se situe le gisement potentiel pour accroître la fréquentation. Le défi pour le nouvel opérateur consistera donc à séduire et convaincre les visiteurs non payants, en fait les simples promeneurs et photographes, d'acheter des billets d'entrée ou des articles de la boutique et de manger et boire dans les deux restaurants réaménagés de l'ex-hameau du Lion.

Rémunération des pouvoirs publics

La SA Kléber Rossillon Waterloo a été nouvellement créée pour associer les deux partenaires (Kléber Rossillon 90% du capital, intercommunale Bataille de Waterloo 10%). Par an, Kléber Rossillon versera annuellement 365 000 euros plus un pourcentage sur la billetterie, la boutique et les autres activités commerciales à la Wallonie (qui recevra 81,4% du montant total) et à l'intercommunale (qui recevra 18,6% du montant total avec un minimum de 170 000 euros par an).

Le député provincial Tanguy Stuckens a souligné combien les partenaires publics se sont investis dans le dossier pour rendre la grandeur et l'attractivité au champ de bataille de Waterloo, porte d'entrée du tourisme wallon. "Ce partenariat public-privé est l'opportunité d'un juste retour sur les investissements concédés parles pouvoirs publics depuis 2001. J'espère que ce partenariat public-privé va inspirer d'autres secteurs."

Objectif : 300 000 visiteurs payants

DSC_0807.JPGLa gérante de Kléber Rossillon a ensuite présenté les projets et objectifs de son entreprise : "Notre objectif est d'accroître le rayonnement et la notoriété du site en vue d'atteindre à terme 300 000 visiteurs payants (160 000 en 2018). Notre projet culturel vise à l'immersion du visiteur dans le champ de bataille par l'émotion, l'interactivité, des animations quotidiennes en haute saison, des visites menées par les Guides 1815 et des événements. Une mise en scène autour de la butte du Lion rappellera l'atmosphère, la vie des soldats et l'état des lieux après la bataille. Quant aux deux restaurants, ils seront réaménagés : le Wellington sera décoré à la manière d'une auberge de troupe avec une offre de type brasserie. Le Bivouac, aménagé comme un cercle militaire, proposera une cuisine semi-gastronomique. Les salles à l'étage sont destinées aux séminaires et réceptions. Enfin, un partenariat est prévu avec le musée Wellington, le Dernier quartier général de Napoléon et la ferme de Mont-Saint-Jean. Pour réaliser notre projet, nous conservons le personnel existant et prévoyons de recruter une quinzaine de personnes supplémentaires et une quarantaine de saisonniers"

Premières activités en 2019

Les événements déjà programmés en 2019 :

- 18 et 19 mai : 250e anniversaire du duc de Wellington, vainqueur de la bataille de Waterloo, avec la présence de troupes alliées

- 22 et 23 juin : reconstitution de la bataille du 18 juin 1815 avec des centaines de reconstituants

- 17 et 18 août : la jeunesse de Napoléon et de Wellington plongeant les visiteurs dans la vie civile et militaire de l'époque

Suppression du prix réduit pour les habitants des 4 communes

La grille des tarifs a été simplifiée mais il n'est malheureusement plus prévu que les habitants des quatre communes du champ de bataille (Waterloo, Braine-l'Alleud, Lasne et Genappe) bénéficient de tarifs avantageux. "Il est en effet difficile de proposer des tarifs avantageux pour certains alors que l'ensemble des Wallons ont contribué aux investissements sur le site ces dernières années, argumente le ministre Collin. La même politique tarifaire est pratiquée au Bastogne War Museum et sur les sites miniers dans lesquels nous avons aussi beaucoup investi."

L'infrastructure et les outils sont en place, les objectifs et les défis sont connus, le Mémorial 1815 est en ordre de bataille. On souhaite dès lors sincèrement que l'action du nouvel opérateur, en partenariat avec les pouvoirs publics, soit un succès et permette le décollage mérité de la fréquentation du champ de bataille. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

DSC_0792.JPG

8 commentaires Catégories : Bataille de Waterloo, Culture et histoire, Entreprendre - Immobilier, Loisirs et temps libre Imprimer

Commentaires

  • The article is excellent and the investment into the site is fantastic as a re enactor I have visited many times for events and thank all those envolved with its up keep also as an ancestor of one that fought there thank you so very much for what you do.

  • Bien d'accord avec vous, madame Focant. Aucune concertation n'a été prise auprès des voisins direct du site. Ce qui était un quartier "résidentiel" deviendra une foire aux touristes. (Je suis choquée tout spécialement par ce que seront les nuisances sonores - reconstitution de tirs aux canons TOUS LES JOURS DE L'ETE!)

  • il est loin le temps où, en bande & par les champs, on faisait - La Hulpe ->Waterloo - à bicyclette .

    1 glace, bien méritée, au pied de la butte et hop ! on repartait en sens envers .

    la "bande" actuelle de la commune ne connaît rien à l'histoire de notre Brabant (…) ;-)

  • Encore une fois je m'étonne que l'on doive faire appel a un groupe étranger, n'y a-t-il pas de véritables talents en Belgique ??
    Enfin soyons certains que les Francais proclameront haut et fort qu'ils ont récupéré Waterloo !!!!

  • 1) Profitez du mauvais temps pour lire les Règles et Procédures Européennes (appels d'offres) …

    2) Et pour la petite histoire, qd en 1815 "ils" se tapaient dessus, dans le Sud Brabant, la Belgique (1830) n'existait pas … ;-)

  • Et bien voilà, les terres aux descendants de Wellington, le site dans les mains françaises !

    Donc comme d'habitude Belgium, 0 points !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel