Projet de supermarché Lidl : recours de l'Association Interquartiers de Waterloo ! (26 septembre 2020)

Comme chacun sait, le permis a été accordé à Lidl Belgium pour son projet combinant un supermarché, un parking souterrain et 34 appartements

Conformément au décret wallon relatif aux implantations commerciales, la décision favorable concernant le permis intégré du projet sur la chaussée de Bruxelles 376-378 (voir article ici et article là) a été soumise à d'éventuels recours.

Lidl 3160055079.jpg

Comme la commune et une quinzaine de Waterlootois, l'Association Interquartiers de Waterloo (AIQW) a envoyé un recours à la Cellule des recours sur implantations commerciales du Service public de Wallonie.

Recours de l'AIQW

Pour information, nous reproduisons ci-dessous le courrier de recours argumenté de l'AIQW :

"Concerne : Recours contre la décision d’accorder un permis intégré conjointement par les fonctionnaires des implantations commerciales, déléguée et technique pour la construction d’un ensemble bâti composé d’une surface commerciale, de 34 appartements et de 190 places de parkings au n° 376 et 378 de la chaussée de Bruxelles à Waterloo

Voici nos principales remarques concernant ce projet initié par la firme Lidl :

Waterloo est la ville la plus dense du Brabant wallon avec 1400 habitants/km² (moins de 400 en moyenne en Brabant wallon). Situé sur la N5 à la porte de Bruxelles, il y a chaque jour plus de 100 000 véhicules qui transitent par Waterloo dont 40 000 véhicules sur le N5 dans le centre de Waterloo.

Avant d’accepter un lotissement d’une telle ampleur avec un supermarché de plus de 2000 m² et 34 appartements qui généreront un trafic supplémentaire de plusieurs centaines de voitures l’AIQW (Association Interquartiers de Waterloo) demande que le plan communal de mobilité de 2009 soit d’abord réactualisé afin d’améliorer la fluidité du trafic par les aménagements de voiries.

AIQW demande aussi que le SDC (Schéma de développement communal) soit finalisé afin de déterminer quels types de logements et de commerces sont acceptables dans chaque rue ou quartier de Waterloo. En effet une gestion planifiée à long terme du territoire et de la mobilité communale est indispensable à Waterloo car près de 52% du territoire est urbanisé contre seulement 19% en moyenne pour les communes du Brabant wallon.

A Waterloo, il reste moins de 8% du territoire urbanisable (versus 23% en Brabant wallon) Le projet détruira aussi un bâtiment de style "maison de maître" à front de chaussée, dégradant ainsi le tissu urbain ancien de Waterloo.

Le commerce et les appartements auront un effet de massification de la chaussée et l’enclavement d’une grande surface de plus de 2000m² détériorera un peu plus le tissu urbain actuel. L’implantation d’une grande surface et de 34 appartements à cet endroit provoquera aussi de sérieux problèmes de mobilité supplémentaires car l’insertion de centaines de véhicules chaque jour, notamment par des tourne-à-gauche, provoquera inévitablement des bouchons, une pollution accrue et des accidents.

Les mobilités, l’environnement et la qualité de vie des citoyens seraient préservés par ce refus. Il y a d’autres endroits mieux appropriés à Waterloo pour les mobilités et pour le service aux citoyens de Waterloo pour implanter un Lidl, notamment au Chenois dépourvu de ce type de magasin.

Pour les appartements le gabarit gigantesque du projet ne s’intègre pas dans la bâti existant et est de plus destructeur de zone tampon "verte" entre les quartiers résidentiels et la chaussée de Bruxelles. Les centaines de véhicules qui rentreront et sortiront de ce complexe seront un danger et une source d’encombrement et de pollutions supplémentaires pour les habitants et les dizaines de milliers de véhicules passant chaque jour sur la N5 à cet endroit.

Nous demandons donc aux différentes autorités publiques responsables, et particulièrement au Service public de Wallonie, de refuser la décision conjointe des fonctionnaires des implantations commerciales, déléguée et technique autorisant ce lotissement et ce commerce à cet endroit très mal situé car accidentogène pour les mobilités dans Waterloo et d’approuver la décision prise du refus de ce lotissement par le collège communal de Waterloo et une majorité de citoyens.

Pour l’AIQW,

Luc Noulet et Jean Claude Lapthorn, administrateurs à l'AIQW

Association Interquartiers de Waterloo ASBL, avenue des Lilas 10, 1410 Waterloo"

AIQW et commune main dans la main

L'Association Interquartiers de Waterloo se demande si son recours, après ceux de la commune et de certains habitants de Waterloo, portera ses fruits ou "si les lobbys spéculatifs auront gain de cause ?"

Observons que ce n'est pas tous les jours qu'à Waterloo, on voit l'AIQW et la commune agir dans la même direction. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

| Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook | |  Imprimer | |