Histoire d'O

Une activité unique en Wallonie : une cyber-galerie d'art. Mais sans nudité représentée...

DSC09447.JPG

 

DSC09421.JPG

Francophone bilingue d'Anvers, il a accompli des humanités gréco-latines en français avant d'obtenir son diplôme en sciences économiques et - bien sûr - maritimes. Comme tout Anversois qui se respecte, il travaille pendant 30 ans dans l'affrêtement de navires transportant de la tourbe, du bois ou du sable. Sans prévenir, il est condamné à la prépension au jeune âge de 56 ans.

Improbable, son nom résonne comme une onomatopée exprimant la surprise : il s'appelle O, oui, René O. Et c'est vrai que son activité étonne : il tient une galerie d'art virtuelle. A sa retraite, il avait commencé par collaborer bénévolement avec les Musées Royaux des Beaux-Arts à Bruxelles. Il a aussi donné des cours de néerlandais dans une école rixensartoise. 

Il a laissé tombé car, affirme-t-il, les seules choses graves dans la vie sont la mort, un déménagement et... enseigner la langue de Vondel à des francophones ! En 1999, sa deuxième femme, Hélène Keufgens, directrice d'une société de traduction à Nivelles, lui suggère d'ouvrir une galerie d'art virtuelle. Objectif : faire connaître les artistes belges par internet. Premier tilt. E-ArtSource.com voit le jour. 

DSC09419.JPG

  DSC09433.JPG

 Tout simplement

Comment s'y prendre pour démarrer ? J'ai tout simplement écrit aux quatre plus importantes académies des Beaux-Arts de Belgique en leur demandant les coordonnées de leurs meilleurs élèves, explique René O. Certaines ont répondu et son écurie d'artistes peintres en devenir s'est petit à petit constituée.

 DSC09458.JPG

Mais vendre de l'art par écran interposé, sans que les candidats acheteurs puissent faire appel à tous leurs sens, n'est pas une sinécure. D'autant que seulement 1% de la population achète de l'art. C'est alors qu'il décide de développer la location à prix raisonnable d'oeuvres picturales (peintures, gravures, dessins), de quelques sculptures aussi. Deuxième tilt.

A ce jour en effet, 400 tableaux, réalisés par une vingtaine de ses artistes, sont accrochés aux cimaises d'entreprises et d'institutions. Les commandes doivent compter au moins 10 tableaux pour une location minimale de 6 mois. Les artistes reçoivent 50% du revenu locatif. René O fait tout lui-même : l'approche commerciale des clients, l'accrochage des tableaux et leur rotation trois ou quatre fois par an.

selor-stephane.jpg

 Cohabitation heureuse

Avec l'expérience, ajoute-t-il, j'ai pu observer que les clients ne souhaitent pas de nu et pas de tableaux trop sombres. C'est d'ailleurs pourquoi il apprécie les peintures lumineuses d'Inez Olude da Silva dont l'exposition vient de s'achever aux Ecuries à Waterloo.

Amateur d'art depuis son enfance, René O émet un avis franc sur certaines installations ou vidéos propres à l'art contemporain. Beaucoup d'entre elles vont se retrouver dans la poubelle 2030, affirme-t-il. Moi, je suis intéressé par ce que j'appelle le "no-nonsense art" que je veux promouvoir. L'activité innovante d'E-Art-Source.com - unique entreprise en son genre en Wallonie, il faut le souligner - démontre qu'art et business peuvent faire bon ménage, mieux encore, devenir une démarche win-win. TdG

Informations utiles

René O
Galerie d'art virtuelle E-ArtSource.com
Site internet : http://www.e-artsource.com/index.php
E-mail : art@e-artsource.com
Tél.: 02 357 53 13 

 1acf0dc.jpg

 

DSC09454.JPGDSC09437.JPG

DSC09465.JPG

 

0 commentaire Catégories : Culture et histoire, WIP - Waterloo's Important Persons Imprimer

Les commentaires sont fermés.