Super Festi'Pi, 1er festival pop-rock des pionniers ! Cha-peau !

Joli coup d'essai ce 22 juin pour le festival pop-rock des pionniers de Saint-François à Waterloo

DSC_0866.JPG

Impossible de deviner que c'était la première édition du Festi'Pi tant l'efficacité - on a envie de dire le professionnalisme - était perceptible. L'événement se voulait aussi mâtiné d'esprit scout : autonomie, engagement, sens des responsabilités et du service. Au programme du Festi'Pi figurait 5 groupes et une chanteuse judicieusement choisis. Appartenant à la mouvance pop-(hard) rock, voire punk, ils ont répondu aux attentes des 200 jeunes présents.

Préparation impec'

La préparation de l'événement a été peaufinée dans les détails : affiche attractive, page Facebook, sponsors, (Délitraiteur, Forever, Manfroy, Césam Nature et le coiffeur Paul), bracelets à l'entrée, console technique opérée par des ingés son, tente-loge, 2 jeunes chargés de la sécurité, service aux 2 bars, échoppe hot dogs. Last but not least, un service de taxi ramenait les spectateurs non véhiculés ou ayant forcé sur le jus de houblon.

DSC_0693.JPG

Seul petit bug, à cause d'un problème de câblage électrique, les concerts ont commencé avec une heure de retard. Qu'à cela ne tienne, à 19h00, Obvious a entamé les choses sérieuses. Les 4 amis d'Ophain-Bois-Seigneur-Isaac ont débuté en tant que cover band avant d'écrire leur propres morceaux en 2007 et de sortir leur premier CD en 2010.

Obvious, très rock... évidemment

Entretemps, ils ont gagné le Dee Moon BW Festival, un tremplin pour groupes amateurs. Ils qualifient leur musique de punk-rock ou pop-punk. Nous, on trouve qu'ils ont livré une prestation très rock tcontrastant avec leur attitude très décontractée sur scène. On a découvert, on aime.

DSC_0673.JPG

En tout cas, ils ont parfaitement réussi leur tâche (difficile) d'ouvrir le festival et de déclencher l'ambiance. Tout compte fait, jouer avec une heure de retard a permis de rassembler un public plus nombreux et impatient.

Caroline B, où s'arrêtera-t-elle ?

Enchaînement ardu pour Caroline Bloukiaux, jeune chanteuse issue de The Voice Belgique. Elle n'a pas gagné l'émission,  dont elle est quand même une des 12 finalistes qui ont droit à la tournée, mais elle poursuit son petit bout de chemin inexorablement. Son agenda est d'ailleurs bien rempli.

DSC_0726.JPG

De sa voix rauque et bluesy, elle a interprété à sa manière une douzaine de chansons pop-rock et R'n B', faisant passer émotion et sensibilité à un public enthousiaste qu'elle maîtrise de mieux en mieux. On sent la parfaite complicité entre Caroline et ses musiciens. Assis dessus, le batteur frappe une caisse de ses mains ainsi que les idiophones. Dans la salle, Pascal avait le regard plein d'admiration pour Caroline, sa fille et unique femme à se produire ce soir.  Elle ne dénotait aucunement sur cette scène, disons-le, quand même très rock 'n roll et mâle.

Copyright, on promet de vous voir !

Actualité sur plusieurs fronts oblige, nous avons abandonné le Festi'Pi, le temps d'assister au récital de Michel Fugain. Dès lors, nous n'avons hélas pu assister à la prestation de Copyright, groupe rock formé de 5 Waterlootois. Inspirés par Radiohead, Guns 'n Roses, Queen, Genesis, U2, Dire Straits entre autres, ils ont joué plusieurs de leurs compositions et ont été excellents, de l'avis même d'un autre groupe et d'une organisatrice. Tant mieux ! A suivre d'autant qu'ils veulent maintenant enregistrer.

Play Off blasts off

Puis est venu le tour de Play Off qu'on ne voulait en aucun cas rater, positivement étonné par leur prestation lors de la fête de la musique  à Waterloo en 2011. Groupe franco-belge, dont 2 Waterlootois, Play Off a opéré des changements pas neutres depuis un an : un nouveau batteur a été recruté qui, sous des dehors détachés, percute superbement.

DSC_0873.JPG

Et donc T-Rox, le précédent batteur, peut (re)faire ce qu'il aime : balancer des riffs de sa gratte et chanter en front stage. Le "tyrannosaure" a même plagié Cloclo à Forest National en 1974 en exécutant un saut de l'ange dans le public ! En un an, de progressif, leur rock a versé, même si les claviers restent bien présents, dans le genre alternatif à la guitare sale et traversé de post punk. Leur progression en bouche un coin ! Ils ont d'ailleurs mis le feu à la salle. Gagnant de plusieurs concours, il reste à Play Off à sortir de l'underground pour percer. Il en a tous les atouts.

Les Meridians jouent déjà avec les grands

DSC_0910.JPG

A l'image de leur nom, les Meridians traversent les courants alternatif, pop et rock. Formé en 2010, le trio, devenu entretemps quatuor, non content de remporter des concours, s'est déjà produit une centaine de fois en seulement 2 ans. Ils ont joué avec Suarez, Jali, Puggy et les britanniques de The Boxer Rebellion et sorti un EP. Excusez du peu ! Le soir du 22 juin, ils ont produit une excellente musique. Le public a été conquis par leur prestation assurément pop-rock.

W.A.N.E. , What A Neo-punk Experience !

DSC_0944.JPG

Last but not least, les Bruxellois de W.A.N.E. ont méchamment empli les oreilles de Notre-Dame et de l'assistance. Leur hard rock enflammé soutient une voix punky - ou l'inverse - sortie de nulle part sinon des tripes du chanteur. Leur jeu de scène s'accorde parfairement à leur style. Sortant du commun, les W.A.N.E. ont littéralement arraché.Festi Pi 2013 IMG_3110[2].jpg

 

Stephanie et Margaux

A la barre de cette organisation impeccable, on trouve au four et au moulin Stephanie (sic) de Vries assistée de Margaux Vanuwel, François Detroz, Jack Mc Lean, Quentin de Vries et des 22 pionniers de l'unité Saint-François basée au Chenois. "On s'est lancé dans l'organisation de ce festival, explique Stephanie, pour boucler le budget de notre camp humanitaire de 14 jours au Maroc. Il nous fallait 150 entrées pour couvrir les frais du Festi'Pi. Or, on dépasse les 200 spectateurs."

Forces vives

Comment les pionniers s'y sont-ils pris pour mobiliser les artistes et les volontaires ? "Simple, répond Steph. Pour la scène, on a tout simplement invité des groupes et chanteurs qu'on suit parce qu'on les apprécie. Les ingés son sont des amis des amis. Des parents se sont proposés pour assurer le service taxi qui devrait reconduire chez eux une vingtaine de personnes."

Le Festi'Pi est né, et bien né. On applaudit, on félicite, on encourage, on like tant l'organisation et of course la 'zik de ces jeunes étaient nickel. Il est interdit de ne pas réitérer cette 1ère expérience chaque année. Trop bien ! Tanguy de Ghellinck, correspondant Sudinfo Waterloo

La 1ère partie des photos est ici ou dans les albums-photo à droite de l'écran. La suite arrive bientôt.

0 commentaire Catégories : Culture et histoire, Evénements, The Voice Belgique Imprimer

Les commentaires sont fermés.