Résistants belges et kamikazes, thèmes de deux nouveaux livres aux éditions Jourdan

Basées à Waterloo, les éditions Jourdan viennent de sortir deux nouveaux livres sur la deuxième guerre mondiale

Ed Jourdan 1-sans-titre.jpeg

Qui ne connaît les sinistres noms de Breendonk, Buchenwald, Dachau ou Dora ? Ces camps nazis ont été les lieux de détention inhumains de nombre d'opposants politiques et de résistants dont des Belges. Dès le début de la guerre, ils ont refusé de considérer l'occupation allemande comme une fatalité et n'ont eu de cesse de la combattre.

Faits prisonniers, ils ont persévéré dans la résistance pour pouvoir survivre. Les résistants belges dans les camps est un recueil de témoignages authentiques décrivant leur quotidien infernal dans les camps. Qu'ils soient Wallons, Flamands ou Bruxellois, ces êtres d'exception ont fait montre jusqu'au bout d'un courage et d'une abnégation admirables. Une seule idée les obsédait : la liberté, la leur, celle de leur famille, celle de leurs concitoyens et celle des générations futures, la nôtre.

Vent divin

L'autre ouvrage des éditions Jourdan emmène le lecteur sur l'autre théâtre des opérations : l'océan Pacifique. Quasiment tous les territoires le bordant et ses archipels ont été envahis par le Japon à l'exception de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et des Etats-Unis. Une fois leur puissance maritime reconstruite après le désastre de Pearl Harbor, ces derniers vont inexorablement reprendre le dessus sur le pays du Soleil Levant.

Ed Jourdan 2- sans-titre.jpeg

Se sentant acculé, l'état-major nippon décide alors de sacrifier des centaines de pilotes : les kamikazes (vent divin en japonais). Avec une probabilité maximale d'atteinte, ils ont pour mission de projeter leur Zeros, transformés en bombes volantes,  sur les porte-avions et cuirassés américains. Nonobstant leur conditionnement psychologique, pour accroître leur "motivation",  les kamikazes sont interdits de parachute dans leur avion....

Recruté à 15 ans par la force aérienne de son pays, Yasuo Kuwahara est formé comme kamikaze. Il voit décoller tous ses camarades pour un vol sans retour. Par chance, la capitulation japonaise intervient avant que lui-même doive s'envoler pour une mission-suicide. Il livre son récit dans J'étais un kamikaze.

Eclairant

Parus dans la collection 39-45 Carnets de guerre des éditions Jourdan, voilà deux livres qui, au travers du vécu d'individus sortant de l'ordinaire, éclairent sur des aspects insuffisamment connus de la seconde guerre mondiale. Même s'ils ne font pas vraiment partie de la catégorie des livres de vacances (on peut aussi les lire à la rentrée), ils ont l'avantage d'être courts, narratifs et proposés à bon prix. Bonne et intéressante lecture. Tanguy de Ghellinck, correspondant Sudinfo Waterloo

0 commentaire Catégories : Culture et histoire, Evénements Imprimer

Les commentaires sont fermés.