Rapt d'enfant à Waterloo : la petite Nicole kidnappée par sa mère !

Nicole , âgée de 6 ans, a été enlevée par sa mère en janvier 2012

Nicole 2 CAPITALE_20120801_BRWA_ACTUALITE_8.jpg

Depuis, son papa, le Waterlootois Hugues Vandeckerckhove, remue ciel et terre pour retrouver Nicole. Même s'il jugeait sa femme Maria-Fernanda capable de beaucoup de choses, il n'aurait jamais imaginé qu'elle aille jusqu'à cette extrémité.

"La police m'a confirmé que ma fille et sa mère se sont rendues à Disneyland Paris aux alentours du 22 janvier 2012, indique le papa. Elles seraient rentrées en Belgique le 25 janvier, puis reparties le lendemain à bord d’un taxi. Après cette date, plus rien." Son ex-femme et Nicole ont été ensuite localisées au Mexique, probablement dans la famille de Maria-Fernanda puisqu'elle originaire de ce pays.

Il a tout essayé

Nicole 1 CAPITALE_20120801_BRWA_ACTUALITE_8.jpgMais pourquoi ce rapt d'enfant ? "Dès le début, Maria-Fernanda avait décidé de ne pas travailler en Belgique, répond Hugues Vandeckerckhove. Elle voulait simplement rentrer dans son pays. Elle pourrait aussi retourner vivre aux Etats-Unis où nous nous sommes rencontrés".

Le papa de Nicole ne ménage pas ses forces pour revoir sa fille chérie. Il a établi des contacts au Mexique. Sur base d'une photo,

il s'est rendu en vain en Italie. Il a même envoyé un cadeau au Mexique en y dissimulant une puce GPS mais le colis n'a pas été accepté. Il a enfin essayé la filière des détectives privés mais cela sentait trop l'arnaque.

Lenteur de la justice

Pour le reste, François Vandeckerckhove, qui vient de perdre un autre enfant en bas âge, garde le contact avec la police et la justice. Leur manque de moyens et leur lenteur l'irritent cependant. Il espère maintenant que la relation de son histoire dans les médias activera la justice. "Après ça, il ne me reste plus que les contacts diplomatiques", conclut-il.

Ce triste récit démontre une fois de plus combien il est inconcevable et inadmissible qu'un enfant devienne l'enjeu  ou l'otage d'un couple qui ne s'entend plus. Tanguy de Ghellinck, correspondant Sudinfo Waterloo (Photos H.V. et B.E.)

0 commentaire Catégories : Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.