Menaces judiciaires contre Sudinfo Waterloo !

Le 24 octobre, informé par un Waterlootois, Sudinfo Waterloo publiait un article sur un spot publicitaire tourné dans la commune

Le jour même, le blog a reçu un e-mail de Latcho Drom, la société de production du film, demandant de retirer l'article en vertu d'un accord de confidentialité avec son client Belgacom. Un deuxième e-mail a suivi, requérant, lui, le retrait du mini scénario. Surprenant.

Censure-blog.jpg

L'auteur de ces lignes a ensuite reçu un appel sur son téléphone portable de la part d'une (prétendue ?) comédienne du film passablement agitée. Prenant bien soin de cacher son numéro, elle demandait avec âpreté le retrait de l'article et, en tout cas, des photos sous peine de poursuites judiciaires ! Ahurissant.

"Je connais des gens à la police"

"Par mon métier, je connais beaucoup de monde, notamment à la police. D'ailleurs, c'est la police de Waterloo qui m'a communiqué votre numéro de GSM (NDLR : ah bon ?)", continuait cette dame sur sa lancée désagréable. "Nous allons aussi prendre contact avec le monsieur  (NDLR : remercié dans l'article) qui vous a envoyé les photos". Abracadabrant.

Réflexions

Ces interventions étonnantes demandent en fait à Sudinfo Waterloo de pratiquer l'autocensure. Elles appellent les réflexions suivantes :

  • prendre des photos du tournage du spot, publier celles-ci et un article n'a jamais été interdit ex ante par la société de production Latcho Drom, que l'on sache
  • en vertu de quoi les riverains et Sudinfo Waterloo devraient-ils se sentir tenus par un éventuel accord de confidentialité entre Latcho Drom et son client Belgacom ?
  • si le scénario du spot publicitaire est décrit dans l'article, c'est clairement parce que quelqu'un de l'équipe de tournage l'a dévoilé
  • la publication de photos de personnes reste une problématique incertaine et imprécise. C'est pourquoi les visages des personnes présentes sur les photos ci-dessous ont été masqués
  • à la place de Latcho Drom, on aurait profité de l'article du 24 octobre de Sudinfo Waterloo pour amorcer un buzz sur la future publicité de Belgacom

Sudinfo Waterloo republie donc son article du 24 octobre 2012. Les visages sur les photos sont masqués. Le nom de notre informateur et le scénario du film publicitaire de Latcho Drom pour Belgacom sont... autocensurés ;-)

 

***** 

 

Un gars, une fille au Chenois

Ce mardi, la rue Jacques Pastur a été le lieu d'un tournage publicitaire pour Belgacom

DSCN7301.jpg

Animation dans le quartier villageois de Waterloo : véhicules de production, bus de la STIB, réalisateur, techniciens, comédiens et figurants étaient réunis tout près de l'arrêt de bus situé à l'angle Pastur-Jassogne. Mission : réaliser un film publicitaire pour Belgacom dont voici le scénarion :

un jeune censuré va rejoindre sa censuré mais rate son bus. Heureusement, grâce à censuré et sa formule censuré partout, il va pouvoir censuré l'horaire de censuré sur son censuré portable.

Oups, quelle tension...!

Au passage, on peut remarquer les rues magnifiquement réasphaltée. Notre petit doigt nous dit que ce n'était pas pour le film.... En attendant de voir le résultat de cette journée à l'écran, voici les photos du tournage dans le quartier. 

DSCN7297.jpg

Interdiction de stationner 

DSCN7299.jpg

Les loges... 

DSCN7302a-Figurants.jpg

Les figurants 

DSCN7307a-Explication au comédien.jpg

Consignes aux acteurs 

DSCN7309.jpg

Une des stars du film 

DSCN7315a-Cameramen.jpg

Les cameramen 

DSCN7319a-Moteur.jpg

Moteur ! 

DSCN7322a-Rue bloquée.jpg

Le premier rôle ?

Merci à censuré du Chenois pour ses photos et ses commentaires. Si vous aussi, vous avez des informations et/ou des photos sur un événement, une activité, un fait divers qui se déroule près de chez vous ou ailleurs dans la commune, n'hésitez pas à les transmettre à Sudinfo Waterloo par e-mail à :

sudpresse-tdg@waterloo.eu

Merci d'avance. Tanguy de Ghellinck, correspondant Sudinfo Waterloo

7 commentaires Catégories : Faits divers, Politique, Vie du blog Imprimer

Commentaires

  • Et les propriétaires des maisons ne se sont pas encore révoltés parce qu'on filmait leur façade ?

  • Philippe De Mets (En réaction à l'article ci-dessus.)
    ‎"James Bond au Chenois!"

    Le 24 octobre dernier se déroulait dans ma rue le tournage d'un spot publicitaire pour une grande compagnie de téléphone, télévision digitale et fournisseur d'Internet belge, en collaboration avec une grande société de transport public, belge également.
    Au passage, je signale que notre rue a été interdite au stationnement toute la journée sans que personne n'en ait été averti au préalable.
    Le tournage a débuté vers les quinze heures et s'est terminé vers les vingt.
    Je reconnais bien volontiers qu'il s'agit d'un bien petit désagrément pour la sympathique effervescence provoquée dans le quartier par cette activité inhabituelle.
    Muni de mon appareil photo, sans me cacher de personne, j'en profite pour immortaliser ce jour.
    Excellent contact avec la production dont un membre pousse la gentillesse jusqu'à m'expliquer en détail le scénario du clip publicitaire tourné.
    Bref, un bon moment passé.
    Je décide donc d'en faire profiter un maximum de personnes et je transmet photos et scénario à Monsieur Tanguy, correspondant local de Sud-presse, qui en fait un joli article qu'il diffuse ensuite sur le blog de ce groupe d'informations locales, sous le titre de: "Un gars, une fille au Chenois".
    Mal lui en a pris...
    Le jour de la parution, Monsieur Tanguy a reçu -via son blog- un e-mail demandant le retrait de l'article, arguant du fait de "conditions de confidentialité" entre la production et son client, suivi presque immédiatement d'un autre e-mail, exigeant lui, le retrait du fabuleux scénario top secret de ce clip!
    Enfin, cerise sur le gâteau, ces e-mails ont été suivis d'un appel téléphonique -avec numéro masqué- menaçant de poursuites judiciaires!
    Il aurait peut-être été beaucoup plus simple et plus logique de me dire de vive voix: "Pas de photos, s'il-vous plait!".
    On peut même imaginer -mais cela doit être trop difficile à mettre en oeuvre- que les membres de l'équipe de production -à qui j'ai clairement annoncé que je prenais ces photos pour Sud-presse- me disent simplement que cela ne m'était pas permis...
    Comment aurais-je pu deviner que ce tournage était "top secret"?
    Il est vrai qu'il contient quelques images-chocs: Rendez-vous compte; on y voit un autobus qui part à l'heure! Et des figurants qui déambulent dans la rue...
    "Top-secret", vous dis-je!
    Aux dernières nouvelles, la production va prendre contact avec moi...
    'Me demande bien ce qu'ils vont pouvoir me reprocher, tiens!
    Mais cela, cela m'énerve!

  • Le tournage se tenait dans un lieu public, ouvert à tous, la boite de prod ne peut interdire quiquonque de s'y trouver, d'y faire des photos et de relater la chose.
    La clause de confidentialité ne lie que les parties qui l'on signée, en aucun cas des tiers. S'ils voulaient tout garder secret, il fallait tourner dans un lieu innaccessible au public.
    Les pressions qu'ils tentent d'exercer sont innacceptables et constituent en elles-même un délit, ce sont donc eux qui pourraient être poursuivis!

  • Merci Pascal pour votre commentaire intéressant et avisé.
    Cordialement.

  • Vais changer d'opérateur, moi !!! Peur de faire des photos avec mon smartphone... si jamais "il" l'apprend, que va-t-il m'arriver ...
    Pffff

  • Salman Ruchdie était en Belgique hier, lui on lui à promis la mort parce qu'il à publié les versets sataniques, 12 ans après il n'est pas mort et il tiens bon, Mr Tanguy de Ghellinck, vous jouez le role d'un journaliste, alors ne pliez pas, vous n'ètes pas menacé de mort !!, jamais vous n'auriez du censurer quoi que ce soit.

  • Bonjour Thierry, en fait d'autocensure, à part les visages masqués, je pense que vous pouvez tout comprendre dans l'article. Disons que, par dérision, j'en remets une couche.....
    Merci pour vos encouragements.
    Tanguy de Ghellinck

Les commentaires sont fermés.