Elue au Parlement wallon, Florence Reuter a la volonté de rester active à Waterloo !

Ce mardi, les 75 élus wallons prêteront serment lors de la première session plénière du parlement régional issu des élections du 25 mai 

Florence Reuter 7361246_RedacSel1_ELEC034_jpg_0KKV7ZYR.JPG

Ce sera la première législature qui verra s'appliquer le décret décumul voulu par Ecolo en 2010. Cependant, résultat d'un compromis entre les partis de la précédente majorité wallonne, le décumul ne sera pas total pour tous les élus.

Le décret spécial de la Région wallonne impose en effet un décumul partiel des mandats de député wallon d’une part et de bourgmestre, d’échevin ou de président de CPAS d’autre part.

Un quart de cumulards

Selon le décret, seulement 25% des députés wallons de chaque groupe politique pourront continuer à cumuler. Il s'agira des élus ayant obtenu les meilleurs taux de pénétration (rapport voix de préférence/votes valables) dans leur circonscription aux élections régionales. 

Parlement wallon 9aaff23d01ec825f0e2dcfd60cdbd682_ID2263490_07_parlement_b_065241_00ZEN1_0_JPG.jpg

Pour l'échevine waterlootoise MR Florence Reuter nouvellement élue au parlement wallon, la situation se présente comme suit : les résultats des dernières élections permettent au MR d'envoyer 25 élus au parlement wallon mais uniquement six (25%) d'entre eux pourront cumuler.

Taux de pénétration trop faible

Le 25 mai, Florence Reuter a rassemblé 19 217 voix sur son nom, occupant ainsi la 8e place du hit parade des élus wallons au nombre des votes nominatifs. C'est un résultat appréciable mais malheureusement pour elle, si on prend en compte le taux de pénétration des élus de son parti, elle est classée au-delà des six premiers (voir tableau ci-dessous). 

Elections wallonnes 2014 Capture.JPG

Cliquez pour agrandir

L'ancienne présentatrice du journal télévisé de RTL-TVI est donc, selon la nouvelle règle, confrontée à un choix cornélien : soit elle reste échevine de Waterloo soit elle devient parlementaire wallonne.

Députée oui ! Echevine ?

Répondant à notre question, Florence Reuter a répondu : "Je prêterai serment mardi (NDLR : au Parlement wallon) mais effectivement, je resterai très attentive et active à la commune. Je garde en effet mon bureau à la maison communale pour suivre les dossiers et reste conseillère communale"

Elle opte donc pour la vie de parlementaire et devrait abandonner son mandat de première échevine en charge de l’enseignement communal et artistique, du commerce, des classes moyennes, de l’emploi et des relations internationales.

Imbroglio en vue

Mais, car il y a un mais, la confusion règne : le décret décumul semble à ce point alambiqué que son interprétation et son application posent de multiples questions. Certains annoncent qu'il n'y a pas de sanction prévue pour les cumulards. D'autres affirment que les décisions des bourgmestres ou échevins qui cumulent seraient invalidées par l'autorité de tutelle.

Rappelons qu'aux élections communales de 2012, elle avait récolté 1889 voix de préférence derrière le bourgmestre Serge Kubla et devant l'étonnant Etienne Verdin (lire article ici).

Trois scenarii

La question qui se pose est : à la suite du départ potentiel de Florence Reuter, quelle va être la configuration future du Collège communale ? Trois possibilités existent :

  1. on répartit les compétences de la première échevine entre les autres échevins actuellement en fonction
  2. on nomme un nouvel échevin qui reprend une partie des compétences de la partante, les autres étant attribuées aux échevins en place
  3. un nouvel échevin reprend l'intégralité des tâches de Florence Reuter

Come back ?

Selon certains, le bourgmestre et le Collège pencheraient pour appliquer leur principe habituel qui veut que les échevins sont choisis selon leurs voix de préférence. Si c'est le cas, c'est l'ancien échevin Alain Schlösser, dentiste de son Etat, qui pourrait remplacer Florence Reuter, d'autant que le commerce et les classes moyennes, il connaît. Son score aux dernier scrutin communal ne lui avait pas permis de conserver son poste.

Alain Schlösser 385614_4730281139230_488635361_n.jpg

 Alain Schlösser

Autre point d'interrogation : qui prendra le relais de Serge Kubla à la tête de la cité du Lion ? Son mayorat prend fin en 2018, année où il fêtera ses 71 ans. Pour beaucoup, Florence Reuter avait été parachutée sur la liste MR lors des dernières élections communales pour se préparer à lui succéder. 

Serge Kubla et Florence Reuter avionscp2.jpg

 Florence Reuter et Serge Kubla

2018-2019, années clés

Or, si celle-ci choisit d'être parlementaire wallonne, son mandat de députée ne s'achèvera qu'en 2019 pour autant que le gouvernement de la Wallonie ne tombe pas. Les fins de mandat de Kubla et de Reuter ne correspondent donc pas.

Cela relancera-t-il la lutte pour la conquête du pouvoir suprême de la commune de Waterloo ? Certains échevins, voire l'un ou l'autre conseiller communal de la majorité MR, espèrent peut-être se replacer dans la course... Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo

1 commentaire Catégories : Politique, SCOOP !, WIP - Waterloo's Important Persons Imprimer

Commentaires

  • Cette situation cornélienne est la conséquence que beaucoup de personnalités se présentent aux élections pour récolter un maximum de voix et d'ainsi renforcer leur parti Dès lors faut-il continuer dans cette logique ou ouvrir le jeu avec des personnes moins connues et qui récolteront moins de voix mais qui permettront notamment de prendre des responsabiltés et d'éviter ainsi le cumul actuel

Les commentaires sont fermés.