Fête de la musique et Mouvement Music Festival : pas le succès escompté ! (+ album photo)

Le programme de la fête de la musique le week-end passé à Waterloo, en ce compris le Mouvement Music Festival, était vraisemblablement le plus riche du Brabant wallon 

DSC_1980a.jpg

Le double événement était lancé dès le vendredi soir sur la place Capouillet au Chenois. L'école des arts de la scène Mouvement y avait installé deux superbes scènes pour accueillir d'excellents artistes qui n'en sont plus à leur début : Samuel Bosmans, E411, Stero Grand ou Lubiana Kepaou.

Un programme riche et varié (voir article ici)

Samedi, la fête s'étendait dans la ville : des concerts plutôt classiques et des chorales aux Ecuries, de la variété dans la rue du Couvent, des jam sessions dans la rue Théophile Delbar, des prestations de professeurs à l'académie de musique et même une messe festive dans l'église Saint-Joseph. 

DSC_1906a.jpg 

DSC_2013.JPG

Au même moment, le Mouvement Music Festival continuait, lui, d'animer, par la musique et la danse, le Chenois, avec, en soirée, le clou de l'événement : la prestation rythmée du formidable groupe La Chiva Gantiva.

Succès moyen

Pourtant, "malgré de très belles prestations, une programmation très variée, le monde aux Ecuries, les bons moments dans la rue du Couvent et chez In Vino Veritas, le bilan est mitigé", admet l'échevin de la culture Yves Vander Cruysen. "En outre, le Chenois n'a pas vraiment réagi au Mouvement Music Festival." Il précise aussi qu'il n'y aura pas de fête de la musique en 2015 en raisons des festivités du bicentenaire de la bataille de Waterloo. 

DSC_1760.JPG

Yves Vander Cruysen et Pierre Van Walleghem

De son côté, Pierre Van Walleghem, le directeur de l'école Mouvement qui eu l'admirable idée de créer le Mouvement Music Festival en 2013, estime que 1250 personnes sont passées par la place Capouillet d'après les ventes de consommations et les statistiques.

1/3 des spectateurs attendus

"C'est le tiers de notre objectif", déclare-t-il. "On ne comprend pas bien pourquoi les Waterlootois et les Chenoisiens ne sont pas venus plus nombreux à ce véritable cadeau offert à la population." 

DSC_1717a.jpg

Conséquences : le MMF 2014 enregistre plusieurs milliers d'euros de déficit auxquels s'ajoute  la perte, considérée comme un investissement cependant, de la première édition.

Remerciements des artistes pour le professionnalisme

Face à l'assistance décevante, Pierre Van Walleghem se montre très content et même fier de l'organisation du MMF : "Équipe du tonnerre, bénévoles extra, leçons apprises de l'an passé. Nous avons été au point tant pour la technique que l'accueil des artistes, la sécurité, les bars, la gestion des fournisseurs et la coordination avec la commune. Sur le plan humain, c'est un bonheur total pour toute l'équipe." 

DSC_1813.JPG

 Autre sujet de satisfaction : les artistes qui ont tous envoyé leurs remerciements pour l'accueil chaleureux et professionnel qu'ils rencontrent rarement, même lors d'événements beaucoup plus importants. Ils ont également fort apprécié la scène et la technique. Heureusement ! Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo 

DSC_1786.JPG

 

Regrets

Le Mouvement Music Festival, c'est 2500 heures de travail, dont 1500 heures de bénévolat, et un investissement conséquent de plusieurs milliers d'euros. Pour rappel, ce festival gratuit, soulignons-le, est une initiative privée de l'école Mouvement et de son directeur.  Son budget est bouclé grâce à trois sources de financement : 1/3 provient des subsides publics, 1/3 du sponsoring et 1/3 des ventes de boissons et de snacks au public.

Or, ce dernier n'a pas répondu aux espérances des organisateurs. Pour être en équilibre, le budget exigeait la venue, durant les deux jours, de quatre à cinq mille spectateurs consommateurs de quelques boissons, hot dogs et hamburgers ou acheteurs de l'un ou l'autre sweat et T-shirts griffés au logo du MMF.

Hélas, ce ne fut pas le cas et c'est regrettable ! Les spectateurs furent trois fois moins nombreux que prévu et devaient avoir oublié ou perdu leur portefeuille. On se demande bien pourquoi : la météo était favorable; les Diables rouges ne jouaient pas et le programme était alléchant. A moins que la barrière de la ligne de chemin de fer soit à ce point infranchissable...

Alors oui, on a le droit d'être déçu devant le trop faible succès populaire de l'événement quand on connaît l'importance de l'investissement humain, financier, artistique et culturel de l'école Mouvement.

Quid en 2015 ? La trop faible assistance et les recettes insuffisantes des stands du Mouvement Music Festival de cette année mettent son existence en danger. Les membres de l'équipe vont devoir mener une solide réflexion pour savoir s'ils vont rééditer cette magnifique initiative. Ah, c'est malin !

Faut-il tout arrêter, déserter le Chenois, instaurer une entrée payante ? Telles sont quelques unes des interrogations des organisateurs. On comprendrait qu'ils soient désenchantés.

En attendant, on a envie de hurler ces mots : dépit, rogne mais... espoir ! TdG

L'album photo de la fête de la musique et du Mouvement Music Festival est ici ou dans la colonne de droite du blog.

4 commentaires Catégories : Culture et histoire, Evénements, Loisirs et temps libre Imprimer

Commentaires

  • Peut-être est-ce trop éloigné du centre ville pour attirer les habitants des autres quartiers?
    Mais c'est, pour ma part et pour d'autres personnes , un manque de publicité en amont.

  • Bonjour,

    le programme était parfait...d'ailleurs il y a eu du monde le vendredi.
    Mais de ce qu'il s'est dit, beaucoup de personnes se sont plaintes du prix des boissons. exemple: 4€ pour une bière (même de Silly!) ou un soft! 6€ l'hamburger. c'était cher par rapport aux prix que proposaient les cafés du centre...

  • Pourtant, au niveau des affiches, je n'ai jamais vu une tel déploiement.
    A la Maison du Tourisme, il y avait encore un stock d'affiches et de flyers énorme, la veille du concert.

    Soutien de la part des média?

  • Comme beaucoup d'autres je suis aussi déçu du peu de monde au ChenoisIl est difficile de tirer un avis sur ce fait mais je lance une hypothèse en faisant une comparaison entre la Flandre et la Wallonie Beaucoup de flamands ne connaissent pas la culture wallonne et vice-versa De même les waterlootois qui n'habitent pas au Chenois ne connaissent pas ce quartier dû au fait sans doute d'un manque de commerces (il n'y a même pas de banque) peut-être aussi un dédain pour ceux qui habitent dans de plus beaux quartiers et n'ont pas envie de traverser la ligne 124 (ce n'est pas une ligne de démarcation mais celle du chemin de fer)
    Solution possible : attirer des investisseurs et pourquoi pas s'occuper de l'ancien parking fiat situé non loin de Bella Vita

Les commentaires sont fermés.