Inouï : en 1914, l'armée allemande baratinait les Belges en souvenir "des glorieux jours de Waterloo" !

Il y a 100 ans exactement, l'Allemagne attaquait la Belgique, violant outrageusement la neutralité de notre pays consacrée par les traités 

14-18 luik_aie.png

Le 2 août 1914 à 19 heures, alors que son pays vient d'envahir le Grand-Duché de Luxembourg, l'ambassadeur allemand soumet un ultimatum au ministre belge des Affaires étrangères : l'Allemagne demande à la Belgique de "prendre une attitude de neutralité bienveillante" à son égard. Elle considérera "la Belgique en ennemie si elle fait des difficultés à la marche en avant des troupes allemandes". 

14-18 Ultimatum Capture.JPG

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

L'attaque du 4 août 1914

14-18 albert-i-om03l.jpgLe matin du 3 août, la Belgique rejette l'ultimatum allemand. Le 4 août à 8 heures, l'armée impériale allemande franchit la frontière belge avant de donner l'assaut à Liège et ses forts. La bataille de Liège est d'ailleurs considérée comme la première de la guerre 1914-1918.

Le roi Albert Ier prononce ce jour-là un bref discours au Parlement, déclarant : "Un seul devoir s'impose à nos volontés : une résistance opiniâtre, le courage et l'union (...). Si l'étranger viole notre territoire, il trouvera tous les Belges groupés autour de leur souverain (...). Un pays qui se défend s'impose au respect de tous et ne périt pas." 

14-18 Albert Capture.JPG

Référence à la bataille de Waterloo !

Mais, pour Waterloo et ses habitants, le plus étonnant reste à venir : le jour-même de l'invasion de la Belgique, le général Otto von Emmich, qui commande l'armée allemande de la Meuse, fait diffuser une affiche en français et en flamand dans nos villages. 14-18 DSC_0855a[1].jpg

14-18 DSC_0858a[1].jpg

Il tente d'enjôler les Belges par ces mots : "Souvenez-vous des glorieux jours de Waterloo où c'étaient les armées allemandes qui ont contribué à fonder et à établir l'indépendance et la prospérité de votre Patrie". But du général : inciter nos compatriotes à lui laisser "le chemin libre pour attaquer". Et puis quoi encore ? Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo

1 commentaire Catégories : Bataille de Waterloo, Culture et histoire Imprimer

Commentaires

  • Vraiment OK. Voir en complément la petite (tout-à-fait petite) expo à la bibliothèque "Les bons livres"

Les commentaires sont fermés.