Défi mobilité : voici comment deux familles de Waterloo l'ont réalisé !

Du 15 au 19 septembre, deux familles de Waterloo se sont inscrites au défi mobilité lancé par l'échevinat de la mobilité 

Mobilité WP_000257.jpg

Au cours de la semaine de la mobilité coordonnée par le Service public de Wallonie, les familles candidates s'engageaient à utiliser le plus possible les modes de transport alternatifs à la voiture, en premier lieu sur les chemins du travail et de l'école.

Pendant la semaine de la mobilité, la famille Budak a choisi de délaisser sa voiture pour effectuer les trajets courts (2 km) à pied ou en Proxibus, ce qui est nouveau pour le papa et les deux enfants. Madame Budak, elle, n'a pas changé pas ses habitudes de transport et a continué à utiliser le Proxibus de Waterloo et le train pour aller travailler à Bruxelles.

A pied vers l'école

Pour que les enfants arrivent à l'heure à l'école située à un km, il faut partir un peu plus tôt de la maison. En chemin, Awguine (8 ans) se plaint qu'il est fatigué. Pas grave, la petite famille prend le temps qu'il faut. Dans sa poussette, Sarah (18 mois) se plait à observer ce qui l'entoure. 

Mobilité WP_000725.jpg

En longeant le parc communal, les Budak ramassent des marrons et s'efforcent de reconnaître les arbres. "La marche a ceci d'avantageux, constate Mme Budak, qu'on évite les embouteillages et qu'il ne faut pas chercher un parking près de l'école."

Marche = exercice et transition

La famille fait aussi ses courses à pied, ce qui n'est pas dérangeant car les supermarchés sont à moins de 500 m du domicile. Dans l'ensemble, elle prend l'air plus souvent et se sent moins stressé. Toute la famille bouge plus souvent.

Mobilité WP_000258.jpg

"Pour ma part, indique Mme Budak, j'utilise plus souvent le Proxibus (gratuit) pour me rendre à la gare ou en revenir, d'autant qu'il y en a deux maintenant. Le soir, si je rate le Proxibus à cause d'un retard de train, je marche deux km pour rentrer à la maison. Même si on est fatigué après une longue journée de travail, je vois le côté positif : la marche me fait faire de l'exercice et permet une transition entre le travail et la maison. J'ai découvert quantité de chemins différents et parfois inaccessibles aux voitures pour aller à la gare. Pas de doute, nous avons une belle commune !"

Plusieurs alternatives 

Mobilité WP_000254.jpg

Depuis sept ans que la famille habite Waterloo, Mme Budak, qui ne conduit pas, découvre de plus en plus d'alternatives à la voiture : le train, les bus et Proxibus, les pistes cyclables plus nombreuses, le covoiturage et surtout la marche (avec de bonnes chaussures). Seuls les transports en commun sont insuffisants.

Mme Budak trouve que les VAP-Voitures A Plusieurs méritent d'être connus des automobilistes. Quand elle attend à un arrêt en montrant le panneau VAP, aucune voiture ne s'arrête. Or, les VAP sont réellement complémentaires aux bus et aux trains.

C'est possible

En conclusion, Mme Budak estime qu' "il est tout à fait possible d'utiliser des alternatives de transport, même avec des enfants. Il faut s'organiser et s'équiper en fonction du temps. Il faut aussi continuer à conscientiser les jeunes sur les méfaits du réchauffement de la planète et des impacts de tous leurs gestes au quotidien."

En vélo vers le travail

L'autre famille waterlootoise qui s'est portée volontaire pour adopter d'autres modes de transport que la voiture est celle de Roger et Bénédicte Van Poucke et de leurs deux filles. 

DSC_2307a.jpg

Quatre jour sur cinq, Roger a effectué, en sept-huit minutes, le trajet de 2 km vers la pharmacie Guisset à Joli-Bois en vélo. Un jour, il a fait du covoiturage avec sa femme. Celle-ci, quand elle travaillait à Bruxelles, marchait 1,5 km vers la gare de Braine-l'Alleud avant de prendre le train jusqu'à la gare de Bruxelles-Central. De là, il lui restait encore un km à pied jusqu'à son lieu de travail.

Des enfants polymobiles

Par contre, pour aller travailler à Mons, la solution optimale restait la voiture car il fallait deux heures en train. Leurs deux filles se sont rendues au collège Cardinal Mercier à pied ou en covoiturage. Elles ont utilisé le vélo pour aller suivre leurs cours à l'académie de Braine-l'Alleud. 

DSC_2312a.jpg

Cadeaux

Chapeau à ces deux familles pour leur défi mobilité en espérant qu'elles poursuivront dans cette voie et surtout qu'elles convaincront leur entourage d'en faire de même. Elles recevront des mains de l'échevin de la mobilité Cédric Tumelaire un iPad mini et un GPS tirés au sort. Tanguy de Ghellinck, Sudinfo Waterloo

0 commentaire Catégories : Politique, Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.