En primeur : premier bilan du Festival du film historique de Waterloo !

Quel est le bilan de la deuxième édition du Festival international du film historique de Waterloo qui s'est tenu en octobre ?

DSC_2995a.jpg

Cédric Monnoye, directeur du festival du film historique de Waterloo

Pour avoir la réponse, nous avons interrogé Cédric Monnoye, directeur du festival et organisateur de nombre d'événements, notamment en Brabant wallon : citons l'opéra La Bohème à Bois-Seigneur-Isaac, la Nuit de feux à Hélécine, les Nuits du cirque à Villers-la-Ville, le festival Sables Moovants à Mont-Saint-Guibert sans oublier la Boîte de jazz de Jacques et Stéphane Mercier qui s'installera en décembre à Waterloo.

FIFHW Affiche Capture.JPG

Sudinfo Waterloo : Combien de spectateurs, notamment payants, ont assisté au festival en octobre 2014 ?

Cédric Monnoye : Au total, 4500 personnes ont participé au festival. Parmi elles, on compte 500 invites aux soirées de gala, 1000 élèves et professeurs, 300 spectateurs à la salle Jules Bastin, 500 places distribuées gratuitement auxquelles s'ajoutent 2200 spectateurs payants.

SW : Quel est le résultat de fréquentation par rapport à 2013 ?
 
CM : Le festival a doublé ses chiffres de l'année passée.
 
SW : Quels sont les aspects positifs de cette deuxième édition ?

CM : On a progressé sur plusieurs points, principalement la program-mation, l'organisation et la fréquentation. 

Rayonner en francophonie 

SW : Des points à améliorer, des couacs éventuels ?
 
CM : Comme le festival grandit, il va falloir suivre le respect des horaires et la logistique avec plus de rigueur et de vigilance. Ensuite, on va devoir se fixer le défi de rayonner sur toute la Fédération Wallonie-Bruxelles et dépasser le stade de l'event local.
 
SW : Qu'ont pensé les membres des jurys du festival et de l'accueil  qui leur a été réservé par Waterloo ?
 
CM : Ils ont été tout simplement éblouis !
 
SW : Pourquoi les jurés n'ont-ils pas vraiment fait la fête pendant leur séjour ?
 
CM : Le jury était plus féminin cette année, ce qui n'a pas empêché ambiance d'être riche en rencontres et en débats d'idées Les jurés ont aussi été plus sérieux face à leurs responsabilités par rapport aux huit films en compétition.
 
DSC_2999a.jpg
 
SW : Alors que beaucoup les attendaient comme annoncé, pourquoi les jurés ne sont-ils pas revenus au cocktail de clôture aux Cinés Wellington après le film Walesa ?
 
CM : En fait, ils sont sortis du restaurant vers une heure du matin et quand ils sont revenus au Cinés, il n'y avait plus personne.
 
SW : Quelques anecdotes croustillantes ?
 
CM : On retiendra les danses du ventre au restaurant Al Madaloun par Valérie Mairesse, Maud Jurez et Pauline Brisy.
 
SW : Une troisième édition aura-t-elle lieu en 2015 ? Quand le saura-t-on ?
 
CM : Nous espérons bien sûr encore organiser l'événement en 2015 mais cela dépend de la volonté des partenaires financiers. La commune de Waterloo et la province du Brabant wallon détiennent la clé d'une troisième édition du festival.

SW : As-tu d'autres commentaires ?

CM : Merci a toi pour le suivi médiatique.

Cette année, nous avons eu la chance d'assister à la projection de quatre bons, voire excellents, films pendant le festival. Espérons donc que celui-ci s'installe dans l'agenda culturel et cinématographique. La balle est en grande partie dans le camp de la province du Brabant wallon. Que le député provincial en charge de la culture, Tanguy Stuckens, soit waterlootois aidera peut-être à pérenniser l'événement. Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo

0 commentaire Catégories : Culture et histoire, Evénements Imprimer

Les commentaires sont fermés.