Libérateur de la Belgique, un Waterlootois d'origine anglaise a fêté ses 100 ans !

Né le 31 décembre 1914 près de Delhi en Inde, Noël Both a combattu sur de nombreux théâtres d'opérations pendant la deuxième guerre mondiale 

Noël Both.jpg

Issu d'une famille d'ingénieurs et de militaires anglais actifs dans les Indes, Noël Both, Waterlootois depuis 1994, a eu une enfance asiatique. Il a étudié dans un pensionnat situé dans l'Himalaya, qu'on rejoignait en plusieurs jours à dos d'âne.

Noël Both a vu le jour sans la présence de son père, mobilisé dès le début de la Grande Guerre durant laquelle il fut blessé en Belgique. Après avoir terminé ses études en 1932, Noël est rentré en Angleterre pour s'engager dans l'armée britannique. La grande muette le muta successivement à Malte, en Egypte, en Irak, en Jordanie, en Israël et en Iran.

Dès la déclaration de guerre

En 1939, il est envoyé en France puis en Belgique. Après la déclaration de guerre en mai 1940, il  a combattu en Belgique, en Hollande et en France avant d'être évacué par bateau de la poche de Dunkerque. Ce fut son moment le plus dur. "Je n'ai jamais eu vraiment peur, déclare-t-il, mais tout le temps peur."

Noël Both se battra ensuite en Afrique du Nord avant d'effectuer le débarquement en Sicile en 1943 et de faire toute la campagne d'Italie, y compris la dure et meurtrière bataille de Monte Cassino.

Débarquement en Normandie

Après un court retour en Angleterre, il a connu un autre moment fort de sa vie : le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. Intégrée dans la vague d'assaut de 9h30, sa péniche de débarquement transportait, outre les soldats, un char vers Juno Beach, la deuxième plage la plus fortifiée par les Allemands après la sanglante Omaha Beach.

Il a pris part à la campagne de France et à la libération de la Belgique et de Bruxelles. C'est dans la capitale belge qu'il a rencontré une résistante, Denise Pitot, qui allait devenir sa femme.  A Berlin, il a assisté aux pillages opérés par des Soviétiques revanchards.

Sauvé par les bombes atomiques

Il aurait dû prêter main forte aux Américains dans le Pacifique mais la capitulation japonaise en décida autrement. "J'ai été sauvé par Hiroshima et Nagasaki", constate-t-il.

Au cours de toutes ces campagnes militaires, Noël Both a été blessé deux fois : au tibia lors d'un match de football et à la tête par un coup de crosse lors d'un match de hockey...

Ingratitude

Mariés en juin 1946, Noël et Denise ont vécu une dizaine d'années en Angleterre. Mais déçus de constater que rien n'était prévu pour donner du travail à ceux  qui avaient risqué leur vie pour leur pays, ils sont venus s'installer définitivement en Belgique en 1956.

Respect ! 

Noël Both IMG_3398.jpg

Habitant  le sud de Waterloo depuis 1994, Noël Both a connu une destinée exceptionnelle : il a été le témoin mais surtout l'acteur d'événements historiques et militaires marquants  du 20e siècle. Au nom de la commune, l'officier d'Etat civil Yves Vander Cruysen est venu officiellement honorer le Waterlootois à l'occasion de son 100e anniversaire ce 31 décembre 2014. Il lui a remis les cadeaux d'usage.

On doit respect et reconnaissance à ce combattant pour la liberté qui a délivré la Belgique et l'Europe du joug de l'occupant. Merci, Monsieur Both ! Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo

0 commentaire Catégories : Culture et histoire, WIP - Waterloo's Important Persons Imprimer

Les commentaires sont fermés.