Un nouvel hôtel à Waterloo !

Samedi passé, les Waterlootois étaient invités à achever la construction d'un nouvel hôtel dans le bois des Bruyères 

DSC_8311.JPG

L'échevin de l'environnement Cédric Tumelaire avait en effet mis sur pied une double activité : découvrir le Ry Patiau, un des très rares cours d'eau coulant à Waterloo, et parachever un hôtel... à insectes.

Un trentaine de personnes se sont rendues au rendez-vous au chemin des Postes pour participer à la balade en écoutant les explications fort intéressantes du guide nature Eddy Steinert. D'emblée, il a fait découvrir au groupe une variété de géranium assez rare et propre au site. 

DSC_8280.JPG

Des périodes tropicales et glaciaires

Le Ry Patiau traverse le bois des Bruyères. Il y a des (dizaines de) millions d'années, ce dernier a été couvert de mers tropicales et a connu des périodes glaciaires. Son sol gelé et la neige fondant au printemps, un torrent a créé la petite vallée qu'on connaît aujourd'hui.

Ses terres étant trop pauvres, les huit hectares du bois, qui appartenait à la forêt de Soignes, n'ont jamais été défrichés contrairement aux surfaces boisées environnantes plantées de betteraves sucrières pour la sucrerie de Waterloo.

Un ru chenoisien 

DSC_8332.JPG

Le Ry Patiau est cité sous diverses appellations (Limesanrieu, Limsanry, ...) depuis 1623. Sa source était située sous le pont du chemin de fer de l'avenue des Pâquerettes. Il descendait ensuite le bois des Bruyères, où on peut encore clairement voir son lit fossile, traversait le jardin de la maison de repos du Chenois et longeait le chemin des Postes. 

DSC_8295.JPG

L'ancien lit du Ry Patiau dans le bois des Bruyères

Aujourd'hui, on peut apercevoir le Ry Patiau dans le fond du Chenois et le long de la rue des Piles vers Mont-Saint-Pont où il se jette dans le Hain près du supermarché Delhaize. Le Hain est lui-même un affluent de la Senne qui serpente vers Bruxelles.

Des petites bébêtes fort utiles

DSC_8327.JPG

La deuxième activité de la matinée consistait à terminer la construction d'un hôtel à insectes au bord du bassin d'orage. L'objectif est de sensibiliser la population sur la protection de l'environnement. Les insectes (coccinelles, libellules, sauterelles, guêpes,...) sont en effet des véritables alliés du jardinier. Auxiliaires ou prédateurs, ils préviennent ou limitent naturellement les dégâts causés par les ravageurs contrairement aux produits chimiques nocifs qui brisent l'équilibre de la nature.

Chacun des membres du groupe a comblé les espaces de la structure de l'hôtel, qui avec une brique, qui avec de la paille, qui avec de la pierre de lave, ... 

DSC_8300.JPG DSC_8304.JPGDSC_8306.JPG

Des hôtels en kits

Un hôtel à insectes offre des abris différenciés à tous ces insectes et à leurs larves pour se protéger des conditions météorologiques mauvaises ou hivernales et pour se reproduire au printemps. On trouve dans le commerce d'esthétiques hôtels à insectes en kits faciles à monter dans son jardin et à divers prix. 

DSC_8330.JPG

Réalisées par l'échevinat de l'environnement et le service éco-conseil de Waterloo, trois brochures sur le bois des Bruyères, le Ry Patiau et les hôtel à insectes sont disponibles à l'accueil de la maison communale pour ceux que ça intéresse. Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo

0 commentaire Catégories : Dans les quartiers, Politique, Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.