Festival du film historique de Waterloo : du lourd cette année !

Le Festival international du film historique de Waterloo bat son plein depuis jeudi 

DSC_0316.JPG

Le gala d'ouverture aux Cinés Wellington et le cocktail qui a suivi au musée Wellington ont attiré beaucoup de monde jeudi soir. Mais le jury n'a pas attendu la fête pour commencer à visionner les films de la compétition officielle des films.

On a d'ailleurs entendu inopinément le juré français Bernard Menez dire que les deux premiers films qu'il avait vus étaient "impressionnants et durs". Du côté de la compétition documentaires, des spectateurs ont trouvé "magnifique" Shoah, les oubliés de l'histoire.

Echange réalisateur-spectateurs 

DSC_0360.JPG

A g., le réalisateur Jérémy Banster

La rencontre avec le réalisateur Jérémy Banster après la projection de son film La vie pure (expédition d'un explorateur français en Amazonie en 1949) a suscité l'intérêt et les questions des dizaines de spectateurs présents.

Votre serviteur a, quant à lui, eu le plaisir de voir trois films : l'excellent Pawn Sacrifice (Le prodige) qui décrit le championnat du monde d'échecs historique, et ses prémices, entre le froid Soviétique Spassky et le génial mais incontrôlable Américain Fischer. Cela se passait en 1972 en pleine guerre froide.

Colette raconte une histoire d'amour, ultra difficile vu les circonstances, à Auschwitz. Emouvant, dur et instructif car on n'avait encore jamais vu au cinéma une telle description de la terrible vie quotidienne dans les camps de concentration.

Un candidat au Clion ? 

Freistatt 7626179,3JgGF6DbKV_vzgzrliGIEJZA8pe2Y3VZa5MvsELUyVlo5zyoKHdJ59PC6faKwieJtGWUd8QCtIOht79FW5J+CQ==.jpg

Last but not least, Sanctuary (Freistatt) montre la sévérité d'une maison d'éducation allemande dans les sixties. Wolfgang, un ado rebelle de 14 ans, y expérimente les méthodes d'éducation brutales et les conditions de travail pénibles dans un milieu fermé violent. On ne sait si ce film remportera le Clion du meilleur film, du meilleur comédien et/ou le prix des jurys jeune et européen mais, à notre humble et subjectif avis, il devrait repartir avec une ou plusieurs récompenses. 

DSC_0281.JPG

Des organisateurs et partenaires, oui...

La 3e édition du Festival international du film historique de Waterloo a mobilisé et mobilise énormément d'énergie et d'équipes : l'échevinat de la culture, l'organisateur d'événement C'est tout com, les Cinés Wellington, la province du Brabant wallon, les bénévoles et élèves de la commune sans compter les soutiens financiers et/ou logistiques de nombreux partenaires locaux ou institutionnels.

... des spectateurs aussi ! 

DSC_0319.JPG

Mais pour pérenniser cette organisation qui met Waterloo à l'honneur et à la Une, il est essentiel que le festival recueille un succès populaire spontané et prononcé. Ce dimanche après-midi, c'est le sprint final du FIFHW 2015 et aussi l'occasion ou jamais pour les habitants de Waterloo et des environs de montrer qu'ils apprécient l'événement.

Un dimanche après-midi aux Cinés

Pour ce faire, des films fort intéressants seront projetés aux Cinés Wellington :

A partir de 18 heures, l'apéritif est offert à la Boîte à images posée sur le parking Wellington derrière l'ancien Delhaize. C'est donc un après-midi dominical avec des activités cinématographiques en veux-tu en voilà qui s'annonce. Profitez-en ! Tanguy de Ghellinck, blog Sudinfo Waterloo

1 commentaire Catégories : Agenda sympa, Culture et histoire, Evénements, Loisirs et temps libre Imprimer

Commentaires

  • J'ai eu l'occasion de voir le film "SECRETS OF WAR" passé un peu inaperçu puisqu'il ne faisait pas partie de la sélection . Film particulièrement prenant et fait exceptionnel la salle a applaudi à la fin
    On pourrait résumer le film par l'amitié de 2 enfants mise en péril par les drames de l'occupation nazie avec un parent résistant et l'autre collaborateur
    Il permet aussi de comprendre ce qui se passe aujourd'hui avec les milliers de réfugiés aux portes de l'Europe

Les commentaires sont fermés.