Accidents de la route : Waterloo, 3e plus mauvaise commune dans sa catégorie !

L'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) a publié une étude sur l'évolution des accidents de la route dans les communes de Wallonie

Se basant sur les chiffres absolus des accidents de la route avec dommages corporels survenus dans les communes wallonnes entre 2010 et 2015, l'étude a établi l'augmentation ou la diminution des accidents dans chaque localité.

Pour rester le plus objectif possible, l'IBSR a créé trois catégories : les communes de moins de 10.000 habitants, celles qui comptent entre 10.000 et 25.000 habitants et celles de plus de 25.000 habitants. Il faut en effet relativiser les évolutions entre une petite commune où on compte trois accidents avec dommages corporels par an et une plus grande où 100 accidents se sont produits.

Résultats

La Capitale Brabant wallon a présenté les résultats de l'étude de l'IBSR sous forme de tableaux :

Accidents Woo 1 Capture.JPG

Accidents Woo 2 Capture.JPGAccidents Woo 3 Capture.JPGAccidents Woo 4 Capturea.jpg

Waterloo parmi les cancres

Dans le dernier tableau, on peut voir que Waterloo est classée troisième parmi les commune de plus de 25 000 habitants où la progression des accidents routiers avec dommages corporels a été la plus importante entre 2010 et 2015.

Benoît Godard 778153850_B971523865Z_1_20131202103809_000_GFK1JJ9MA_1-0.jpgCe n'est guère brillant même si, comme le dit Benoît Godard, porte-parole de l'IBSR, "vous pouvez avoir une commune très dynamique en termes de sécurité routière mais qui est traversée par des routes dangereuses. C’est le cas de Waterloo".

Responsabiliser les usagers de la route

Quoi qu'il en soit, le renforcement de la sécurité sur la route est un combat permanent à mener par la commune mais aussi par la Wallonie puisque la chaussée de Bruxelles, la chaussée Bara et le ring Est p. ex. sont de la compétence de cette dernière.

Mais à côté des pouvoirs publics qu'il un peu facile d'accabler, ce sont essentiellement les automobilistes qui doivent se prendre en main et adopter une conduite moins dangereuse et moins distraite. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

4 commentaires Catégories : Faits divers, Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Commentaires

  • Bonjour,

    L'augmentation des accidents à Waterloo est également due à la "quasi"non application des plans de circulation successifs de 1991 et de 2007 ( ce dernier publié en 2009). l'augmentation constante de nouveaux lotissements contenants des Blocs d'appartements , voir des shoppings, accroit de manière importante le trafic année après années depuis 35 ans!
    Aucun aménagement important de voiries ni d'investissements important dans la mobilité douce n'est réellement entrepris ( à l'exception du Proxibus gratuit souvent bloqué dans les embouteillages). Voir l'état des pistes cyclables qui restent dégradé et non réaménagé depuis des dizaines d'année!
    Les solutions pour une meilleure sécurité et une meilleure qualité de vie sont en partie dans le plan de mobilité de 2009 : Lien: http://www.waterloo.be/sites/default/files/PCM_final.pdf.
    Mais il devra être revu du fait de la non prise en compte de nombreux lotissements accordés ou prévus depuis!!!
    Waterloo manque aussi d'un Schéma de structure ,d'un Règlement communal d'urbanisme qui sont des outils légaux d' urbanisme et d'aménagement du territoire; Ces outils bien appliqués protègent la qualité de vie des résidents actuels, peuvent améliorer la mobilité " en sécurité" et diminue la spéculation immobilière.
    Avec Tous les citoyens concernés de TOUS les partis, avec les différentes autorités compétentes et les comités de quartiers ( via l'association Interquartiers de Waterloo . AIQW), nous travaillons pour améliorer la qualité de vie et la mobilité.
    Un des axes de travail est le contournement Nord de Waterloo qui diminuerait de plus de 50% le trafic dans le centre de Waterloo.
    De plus d'autres idées sont en développement concernant la mobilité vers Bruxelles et les jonctions cyclables intra et intercommunales .
    Vous souhaitez participez?
    Vous pouvez rejoindre votre comité de quartier et/ou L'AIQW : investissez vous pour votre cadre de vie et la mobilité!
    contact : Bernard Catala tel : 0475511482

  • Cette situation ne m'étonne pas quand on sait que le nombre de voitures à Waterloo est proportionnellement plus élevé par rapport au nombre d'habitants avec une chaussée de Bruxelles fort utilisée
    Finalement la mobilité intelligente c'est de se poser la question : aujourd'hui en fonction de ce que je vais faire quel moyen de transport vais-je utiliser ? La grande majorité ignore cette question et utilise la voiture pour faire ses courses dans le centre alors qu'elle pourrait utiliser le proxibus avec un caddie proxibus qui a des fréquences régulières En cela c'est d'abord le comportement des automobilistes à tout crin qui doit changer avant de mettre en cause la Commune qui se trouve avec un problème non négligeable

  • Bonjour,
    Des statistiques aussi lacunaires ne servent strictement à rien. Sauf qu’on peut leur faire dire vraiment n’importe quoi.
    En ce qui concerne la ligne mise en exergue pour Waterloo, elle indique qu’il n’y a eu aucun accident mortel, ni même grave, ou en tout cas pas plus qu’au cours d’une période de référence que l’article ne précise même pas. Et une comparaison selon le nombre d’habitants de la commune est vraiment inadéquate.
    S’il y a eu 8 accidents de plus ( ?) avec blessures légères et qu’il s’agit d’une augmentation de 7%, cela signifie qu’il s’en serait produit 122 sur tout le territoire de la commune en 2015, au lieu de 114 en 2010. Combien de voitures circulaient-elles en 2010 et en 2015, localement ou en transit ? Sur quelles routes et à quel endroit, dans quelles conditions climatiques, à quel moment de la journée, combien y a-t-il eu d’accidents pendant le bicentenaire de la bataille de Waterloo, combien de conducteurs étrangers (à la commune, à la province, à la région, au pays ?) ont-ils été impliqués ? Quelles sont les causes réelles de ces accidents ? Les blessés sont-ils des automobilistes, des piétons, des cyclistes, des camionneurs, des motocyclistes ? A un carrefour, dans un rond-point, dans une chicane, dans un clos, dans des travaux, sur la N5, sur le Ring 0, sur la chaussée Bara, … ?
    J’ai suivi la suggestion de Monsieur Catala et je me suis replongé dans les dédales du plan de circulation et de mobilité de 2009 « à l’horizon RER 2020 ». Je n’y ai trouvé aucun réconfort. Waterloo n’est pas une île déserte, ni un oued au milieu du Sahara, contrairement à ce que laissent supposer les descriptions idylliques de ce « plan ». En ce qui concerne le sujet de l’article, il déplace certaines sources de problèmes, dans l’espace et dans le temps, mais… refiler les soucis aux communes voisines me semble à tout le moins inutile et déraisonnable.
    Excusez-moi, mais on ne part pas faire ses courses à 8h du matin pour en revenir à 16h avec le Proxibus. Donc, j'ai le choix entre le taxi et la voiture pour rentrer chargé comme un baudet. Et si j'ai la chance d'avoir un travail à Woluwé, j'ai juste le droit de démarrer ma voiture à 6h45-7h pour faire le trajet en vingt minutes, s'il n'y a aucune goutte de pluie, aucun flocon de neige ni aucun accident sur Hoeilaert, Boitsfort, Auderghem, Overijse, ou des travaux pour rendre plus aisé le passage des grenouilles et petits lapins sous le Ring... car après 7h-7h15 c'est la galère ! En train ou en bus, faut pas rêver... Quant au bon air de la Forêt de Soignes sur la gadoue "cyclable" qui longe le Ring jusqu'à Groenendael, je le laisse aux vrais sportifs amateurs de VTT ! Vous pensez toujours "qu'on a le choix" ?

  • Avant de faire un commentaire sur le proxibus allez consulter son horaire et vous verrez que vous ne rentrerez pas à 16 h si vous partez à 8 h

Les commentaires sont fermés.