Projet Capouillet-Spechim : attentif, le comité Chenois fait le point !

Depuis des mois, le quartier du Chenois s'agite autour du double projet de revitalisation de la place Capouillet et de la construction d'appartements à la place du bâtiment de Spechim

Nous avons déjà consacré plusieurs articles à ce sujet : article 1, article 2 et article 3 entre autres. Aujourd'hui, le Comité Chenois estime qu'il est temps de faire le point de la situation et des actions prises.

A titre d'information, nous reproduisons ci-dessous les extraits longs et détaillés de la dernière newsletter du Comité Chenois qui concernent les faits et activités qui se sont déroulés à partir de fin mai 2016 :

"(...) Le 23 mai, nous rédigeons, au nom du Comité Chenois, une lettre à l’attention de la Bourgmestre.  Dans cette lettre, nous lui demandons, poliment et respectueusement, de nous accorder un rendez-vous de travail pour parler, avec elle personnellement, des projets Capouillet et Spechim, et ce, « dans un but de transparence et de collaboration constructive ». Le jeudi 26 mai 2016 à 9h00 du matin, cette lettre a été remise, sous pli fermé et en mains propres, à la secrétaire de la Bourgmestre, qui nous a assurés de la transmettre sans faute à Mme Reuter… 

A ce jour (15.08.2016), nous n’avons reçu aucune réponse à notre courrier !  

Cette absence de réaction doit-elle être comprise comme un refus de dialogue ? Cette attitude est d’autant plus étonnante que notre Bourgmestre, Mme Florence Reuter, affirme régulièrement, lors des réunions publiques et dans le Waterloo Info, qu’elle veut être et rester « ouverte au dialogue » et « à l’écoute des citoyens »…  

Le 30 mai, au Conseil Communal, lors des questions orales, le Conseiller Communal Bernard Catala (MVW) interroge la Bourgmestre au sujet des projets Capouillet et Spechim (Propinvest) : « Quelle est la situation actuelle ?  Quelle sera la suite ?  Y aura-t-il consultation des Comités de quartier ?  Y aura-t-il des ateliers de travail avec les habitants ? » Mme Florence Reuter répond : Place Capouillet : « La Commune attend la réponse de la RW et son accord pour les subsides. » Projet Spechim : « Je n’ai toujours pas reçu de [nouvelle] demande officielle de permis d’urbanisme de la part du promoteur. »  

Or, dans le compte-rendu de ce Conseil Communal, paru dans le Waterloo Info du 9 juin, sous le titre « Les points importants du Conseil communal du lundi 30 mai 2016 », nous constatons que tous les points soulevés lors des questions orales sont repris...  Sauf celui traitant des projets Capouillet et Spechim.  Ce sujet est-il mis à l'index ?  Subit-il une quelconque forme de censure ?

Fin mai, les riverains immédiats du bâtiment Spechim reçoivent, dans leurs boîtes aux lettres, une invitation de la part de Mr. Diego Smets (Propinvest), les invitant à une réunion d’information privée. Le 13 juin, cette réunion a lieu dans une salle du bâtiment Spechim, où le promoteur Diego Smets, l’architecte Baudouin Courtens, et deux de leurs collaborateurs nous accueillent avec le sourire et des boissons.  Une trentaine de personnes étaient présentes. 

Diego Smets présente leur projet, que nous connaissons déjà, mais cette fois, avec plans et vues 3D : Immeuble moderne, blanc et carré (rez + 2 étages + toit plat), 31 appartements (une, deux et trois chambres), 45 places de parking en sous-sol, etc. (cf. ci-dessus). Le promoteur « croit » et « espère » que les habitants de ses appartements auront moins de voitures, et que les 45 places de parking seront suffisantes…  L’architecte s’en dit convaincu…  

Beaucoup de questions, remarques et critiques sont formulées par l’auditoire.  Les réponses données par Diego Smets et Baudouin Courtens sont parfois assez floues et évasives… Suite à nos critiques concernant la trop forte densité de logements et le style architectural non adapté au quartier, les promoteurs nous répondent que, à ce stade, ils ne souhaitent pas modifier leur projet.  Ils refusent poliment nos propositions de collaboration constructive… Peut-être feront-ils preuve de plus d’ouverture si leur projet actuel est rejeté par la Commune suite à de très nombreuses lettres de réclamation lors de l’enquête publique ? 

A une question concernant le type de logements envisagés, et plus particulièrement sur la présence ou non de studios, afin de donner accès à des candidats aux moyens plus modestes (p.ex. de jeunes Waterlootois qui quittent la maison parentale), les promoteurs nous répondent que leur projet initial prévoyait bien un certain nombre de studios, mais que l'Echevinat de l'Urbanisme s'était opposé à cette initiative.  Si cette information s’avère exacte, le Comité Chenois ne peut que marquer sa désapprobation quant à cette prise de position de la Commune. 

A notre question concernant la suite des événements, les promoteurs nous répondent, de manière très vague, qu’ils vont probablement re-déposer leur dossier à l’Administration Communale vers la fin juin, et que l’enquête publique pourrait peut-être avoir lieu début septembre… (?)

Le 20 juin, se tient, à la Maison Communale, la réunion publique pour le quartier du Chenois, organisée par l’Administration Communale.  La salle Jules Bastin est archi-comble.  Environ 300 personnes se sont déplacées, ce soir-là, pour participer à cette réunion qui doit permettre à chacun d’exprimer ses demandes, remarques et doléances au sujet de notre quartier du Chenois. 

La Bourgmestre Florence Reuter ouvre la séance en affirmant : « Nous ne parlerons pas de la place Capouillet ce soir !  Nous organiserons une nouvelle réunion pour cela, plus tard. »  NDLR : Silence radio concernant le projet privé Spechim (Propinvest)… 

Nous estimons qu’il s’agit là d’un parti pris inopportun et très regrettable !  Il semblerait ainsi que la Bourgmestre essaie d’évacuer (provisoirement) un problème qui l’encombre et la gène…   La salle n’a pas réagi à ce choix arbitraire, et il n’a plus été question des projets Capouillet et Spechim pendant le reste de cette réunion publique. 

La plupart des interventions des Chenoisiens concernent les problèmes de mobilité, trafic de transit, sécurité routière, parking, bruit, vitesse des véhicules, etc. …  Il est bien évident que plus on augmente la densité de logements, plus le nombre de véhicules en circulation augmente…  Et donc, plus les problèmes susmentionnés s’aggravent. Tout cela est implicitement reconnu par notre Bourgmestre lorsqu’elle affirme : « Notre volonté est de limiter l’accroissement de la population.  La Commune est déjà suffisamment peuplée.  Il n’est pas question de saturer la Commune. »  Mais concrètement, que fait-elle, que va-t-elle faire pour tenir ces belles promesses ?

Conclusion provisoire 

Une fois de plus, les citoyens sont confrontés à la même situation, au même problème : Un promoteur immobilier prépare son projet « tout seul, dans son coin », ou bien, comme cela semble être le cas ici, en relation avec les services communaux…  Mais sans aucune consultation, ni collaboration préliminaires de la population et de ses comités de quartier… Ensuite, lorsque son dossier est complètement finalisé, le promoteur le dépose à l’Administration Communale, en vue d’obtenir un permis d’urbanisme.  La Commune démarre alors la procédure administrative habituelle…  Et les habitants – pour peu qu’ils soient attentifs – découvrent quelques affiches jaunes leur annonçant une enquête publique qui ne dure que 15 jours ! 

Dans ce cas-ci, il est heureux que, grâce à notre présence attentive au Conseil Communal du 21 mars 2016, le Comité Chenois ait pu lancer l’alerte très rapidement, et que de nombreux Chenoisiens aient réagi en interpellant notre Bourgmestre et son Administration.  C’est grâce à cette prompte activité citoyenne (et médiatique), que le promoteur privé a retiré provisoirement sa demande, et qu’une certaine communication (un peu improvisée, floue et chaotique) a été organisée par la Commune et le promoteur. 

Ne serait-ce pas plus simple, plus démocratique et plus efficace, si l’Administration Communale conseillait aux promoteurs, dès le premier contact, de prévenir et consulter d’abord la population et ses comités de quartier ?  Cela permettrait qu’un dialogue sincère et une collaboration constructive s’établissent entre le promoteur, la Commune et la population. Ce processus a été mis en place, dès le départ, pour le projet « Cœur de ville ».  Cela a permis, non seulement d’un peu apaiser les inquiétudes des riverains, mais aussi de déboucher sur une relativement bonne collaboration…  A condition que le promoteur et la Commune tiennent vraiment compte des remarques citoyennes exprimées…  Ce qui reste encore à vérifier dans ce cas-ci… 

Les procédures démocratiques ne doivent pas être de simples ornements de façade !

Appel à la vigilance 

Etant donné que l’enquête publique concernant le projet « Spechim – Propinvest » peut démarrer à tout instant, nous invitons, de manière pressante, les Chenoisiens à rester vigilants, et, en particulier, à observer attentivement les abords directs du bâtiment Spechim, ainsi que les valves de la Maison Communale (entrée service population) car ce sont les endroits où les avis d’enquête publique seront affichés.

Nous vous rappelons que les citoyens qui souhaitent formuler des remarques ou des réclamations concernant une demande de permis d'urbanisme ne disposent que des 15 jours de l’enquête publique pour le faire !

Les lettres de réclamation devront être envoyées à l’adresse suivante : Collège des Bourgmestre et Echevins Administration Communale de Waterloo 28 rue François Libert   -   1410 Waterloo

Le Comité Chenois

http://www.comite-chenois.be/ "

4021114393_2.jpg

On le voit, il y a encore du pain sur la planche tant pour les promoteurs que pour les riverains et la commune. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

3 commentaires Catégories : Dans les quartiers, Politique Imprimer

Commentaires

  • Je suis triste et désespérée face à toutes ces constructions d’appartements qui ne font qu’amplifier la densité déjà énorme de la population de Waterloo.
    J’ai 38 ans, je suis née à Waterloo et commence à regretter d’avoir tout fait il y a 7 ans pour trouver une maison et pouvoir ainsi continuer à y vivre avec mon époux et mes enfants. Cette ville est saturée de toute part et on continue à construire des immeubles pour pouvoir y caser le plus de monde possible et ainsi obtenir gagner plus d’argent.
    Que cherchent notre bourgmestre et son collège ? Notre bien-être ou celui de leurs portefeuilles ?

  • je suis bien d accord avec vous.une politique de sur urbanisation qui a deja comencé avec Kubla , mais on sait maintenant bien pourquoi.......
    trop is te veel
    deja le projet bella vita, les voieries qui ne s y pretent pas et le retrecissement des voies automobiles sur la chee de Waterloo, bruxelles se meurt mais Waterloo ne desengorge pas...une cotradiction tout de meme

  • Solidaire ,
    Les ex. communes vertes = futures communes béton
    Waterloo/Embourg = mise à sac de l'espace , constructions pharaonesques
    Même majorité ?
    Urbanisme : pire que hier et bien mieux que demain !!!!

Les commentaires sont fermés.