Véridique : le Lion de Waterloo a été peint en blanc par un sportif bien connu ! Témoignage

Nous sommes en septembre 1985, fin de la période de sinistre mémoire où les tueurs fous du Brabant sévissaient

Jacky, un jeune homme de 28 ans, sportif de haut niveau, va bientôt se marier. Après une première expérience sur le Manneken-Pis avec un autre membre de leur groupe d'amis, ces derniers ont une folle et drôle idée pour son brûlage de culotte. A une autre échelle...

"Fin septembre 1985, j'ai accompli une action d'étudiant qui aurait pu me valoir de sérieux ennuis. J'en rigole aujourd'hui mais je n'en ai aucune fierté parce que ce sont des frasques qui coûtent fort cher à la société", nous confie-t-il.

"A l'époque, nous organisions des enterrements de vie de garçon assez mouvementés. Avant moi, un copain avait dû peindre les c... de Mannequin Pis. Le suivant, c'était moi, devait peindre les c... du Lion de Waterloo !"

Echelle nécessaire

L'expédition a été très chahutée. Jugez plutôt : "Ce soir-là, par je ne sais quel miracle, les lumières de la butte du Lion étaient éteintes à cause du brouillard. A notre première tentative, nous nous sommes rendus compte que le socle qui supporte le Lion était trop haut. Nous avons donc été chercher une échelle de 12 mètres à Bruxelles. En retournant à Waterloo, nous avons embarqué un auto-stoppeur qu'on ne connaissait pas et qui nous a accompagné. Plus loin sur la route, trois filles faisaient du stop. On leur a dit qu'elles pouvaient monter dans la camionnette mais quand elles ont vu les cinq personnes couchées à l'arrière en train de tenir l'échelle, elles se sont encourues."

Ce n'est pas tout : "Les flics nous ont aussi arrêtés mais comme par chance le conducteur était à jeun, nous les avons engueulés parce qu'ils s'occupaient de nous et pas des tueurs du Brabant ! On rigolait comme des baleines", poursuit notre célèbre interlocuteur.

Un Lion sans bijoux de famille !

"Au sommet de la butte, comme l'échelle glissait sur la pierre bleue, mes camarades l'ont bien tenue et nous sommes montés à deux. Et là, stupéfaction : le Lion n'a pas de c...! Nous avons donc décidé de le peindre entièrement en blanc malgré un incroyable. Cela a mis plus de 35 minutes à deux. Le conducteur, resté dans la camionnette avec l'auto-stoppeur, paniquait parce que nos cris s'entendaient de façon incroyable dans le brouillard et que l'opération durait vraiment longtemps."

DSC03321ab.jpg

Poussant sa blague jusqu'au bout, la bande de potes est retournée le lendemain sur les lieux du crime et a même enguirlandé le gardien parce qu'il n'avait pas pu empêcher cette audacieuse mais humoristique action commando. Il paraît qu'on voyait encore les traces du rouleau de peinture sur la pelouse de la butte du Lion.

Un gendarme furieux d'être réveillé à six heures

Autre anecdote racontée par cette personnalité bien connue des sportifs et amateurs de sport  : "Le gendarme qui a constaté les faits était le frère d'Anne-Marie Pira, ancienne championne belge du saut en hauteur, qui a refusé de dévoiler nos noms. Il racontait à sa soeur qu'on l'avait levé à six heures du matin pour aller constater les faits et que cela l'avait mis en rage. Ce fut une soirée inoubliable !" Ah oui, le Lion de Waterloo est resté blanc pendant au moins trois semaines...

Un champion faiseur de champions

Le futur marié condamné à enterrer sa vie de garçon de la manière décrite ci-dessus était un sprinter belge spécialisé dans les 100, 200 et 400 mètres. Entre 1977 et 1984, il a remporté huit titres de champion de Belgique et une médaille d'argent aux championnats d'Europe d'athlétisme en salle de 1983 à Athènes.

Vous ne devinez pas ? Autres indices : cet homme entraîne avec succès quatre de ses enfants : les jumeaux Kevin et Jonathan, leur frère Dylan et leur soeur Olivia, tous sprinteurs de niveau mondial. Il est aussi le coach de l'équipe belge du relais 4 x 400 mètres.

Borlée 1659282878_701491e8621a2a6f4a090791d62ad0da_1298085027_B978137881Z.1_20160317074809_000_G9N6DJEGL.2-0.jpgBorlée 488869072_B971001736Z.1_20130909102912_000_G6U17M95K.1-0.jpg

Vous donnez votre langue au chat ? Il s'agit de Jacques, dit Jacky, Borlée. On aimerait bien savoir ce que pensent ses enfants de l'expédition léonine de leur papa réalisée il y a 31 ans... Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

NB : si vous avez des photos du Lion repeint en blanc en 1985, transmettez-les à notre adresse : sudpresse-tdg@waterloo.eu avec le copyright à mentionner pour leur publication sur le blog.

3 commentaires Catégories : Bataille de Waterloo, Faits divers Imprimer

Commentaires

  • Sans doute, Photoshop est passé par là (une photo tout au moins)
    Régis Saison

  • La photo du lion peint en blanc se trouve au bas de la page suivante:

    http://www.wiki-braine-lalleud.be/index.php5?title=Le_Lion

  • Et puisqu'il y a prescription , je peux vous dire de source sure de la part d'un des joyeux lurons...
    qu'ils étaient 7 façade claschers en haut de la butte pour le meilleur et pour le rire.

Les commentaires sont fermés.