Donner des étrennes aux éboueurs : oui ou non ?

Chaque année en décembre, les habitants se demandent s'il convient de donner des étrennes aux éboueurs

C’est une tradition à l’approche des fêtes de Noël et du nouvel an : le personnel chargé de la collecte des déchets frappe aux portes des habitations afin de solliciter des étrennes. 

A Waterloo ou à Braine-l'Alleud, comme dans la plupart des communes des 27 communes de la province, c'est l'intercommunale du Brabant wallon (IBW) qui gère les collectes des ordures ménagères, des PMC et des papiers/cartons.

Demandes d'étrennes interdites pendant le service

Le directeur général de l'IBW, Baudouin le Hardÿ de Beaulieu, et son directeur du département déchets, Etienne Offergeld, tiennent à mettre les points sur les i à propos de la sollicitation d'étrennes par les éboueurs.

"La pratique des étrennes n’est pas autorisée durant les heures de service, affirment-ils. Cependant, en dehors de celles-ci (soirées, week-ends, temps libres), il ne nous appartient pas de réglementer l’emploi du temps des éboueurs. Nous ne pouvons ni cautionner ni interdire cette pratique quand elle est exercée dans un cadre privé. Par conséquent, accéder ou non à la demande d'étrennes par les éboueurs est laissé à l’appréciation du citoyen."

Service de qualité, étrennes ou pas

Les deux directeurs de l'IBW s'empressent de compléter leur mise au point : "Nous souhaitons toutefois rassurer les habitants : le service sera rendu de la même façon à tous et partout, avec ou sans étrennes ! Octroyer ou non des étrennes n’affectera en aucun cas la qualité du service. Celui-ci est en effet compris dans la taxe communale forfaitaire dont tout citoyen doit s’acquitter chaque année."

Eboueurs image008.jpgPersonne ne mettra en cause le fait que le ramassage des déchets est un travail éprouvant car le nombre de tournées a augmenté avec la mise en place des collectes sélectives. Les collecteurs travaillent par tous les temps, parcourent des kilomètres souvent en courant et soulèvent des charges importantes.

"Ce travail mérite reconnaissance et respect, admettent Baudouin le Hardÿ et Etienne Offergeld, mais cela doit s’exprimer tout au long de l’année et pas uniquement pendant la période des fêtes de fin d'année." Voilà qui est dit. A chacun maintenant d'adopter l'attitude de son choix à l'égard des éboueurs. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

3 commentaires Catégories : Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Commentaires

  • En ce qui concerne Waterloo: c'était gratuit, il y avait deux collectes de déchets ménagers par semaine, plusieurs collectes gratuites d'encombrants, et moins d'habitants que maintenant. Je ne comprends pas bien l'arithmétique des directeurs de l'IBW. Mais sans doute, dans le temps, n'y avait-il pas d'IBW ? De toute façon, si cela continue, la question des étrennes des éboueurs ne se posera plus: ce sont tous les habitants qui seront éboueurs...

  • Il est malgré tout très surprenant de constater que la tournée des étrennes se fait avec les éboueurs en tenue "civile" et avec les camions de ramassage... Y compris au mépris des règles de respect de la vie privée, en venant sonner et en insistant lourdement à notre porte un dimanche matin à ... 8:00 !!! Nous habitons à Braine l'Alleud

  • Je suis tout à fait d'accord de donner des étrennes à ces éboueurs qui font un super travail ardu et sûrement pas trop payé et qui est très utile à la communauté ! Donne qui veut... En ce qui me concerne, je voudrais que cette tradition continue, particulièrement importante en ce qui concerne la collecte des déchets verts ! Etant assez âgée et ne disposant que d'un tout petit véhicule, je me vois mal porter tout cela à la déchetterie et mes revenus ne me permettent pas d'engager un jardinier. Merci encore aux éboueurs et à leur courage !

Les commentaires sont fermés.