Mieux Vivre à Waterloo : "L'humain au coeur des enjeux de la mobilité, l'urbanisme et la gouvernance" !

Jeudi soir, la formation d'opposition Mieux Vivre à Waterloo recevait ses sympathisants à l'occasion des voeux pour la nouvelle année

Une quarantaine de personnes, dont l'ancien conseiller waterlootois Etienne Fabri et le conseiller brainois Olivier Vanham, se sont réunies dans une salle de la maison communale de Waterloo pour les voeux 2017 du MVW. A cette occasion, le président et les mandataires de MVW ont présenté le bilan de leur action et les perspectives pour 2017.

Après l'apéritif, le président de Mieux Vivre à Waterloo Jean-Michel Cassiers a pris la parole : "En 2016, nos mandataires, dont la nouvelle conseillère communale Valentine Percy, n'ont pas ménagé leurs efforts pour interpeller, proposer et insuffler nos valeurs dans les projets et enjeux importants pour notre commune : mobilité, urbanisme et aide sociale. Venez assister au conseil communal mensuel pour vous rendre compte de ce travail."

Il a aussi promu la lettre d’information et le site internet qui relaient les initiatives, actions et interventions du MVW tout en remerciant ceux qui rédigent les articles et rubriques.

Trois défis

Jean-Michel Cassiers DSC_0378.jpg"En 2017 vous pourrez à nouveau compter sur notre groupe pour veiller à inscrire l’humain au coeur des défis et enjeux pour notre commune, poursuit le président. La mobilité tout d’abord : nous réclamons une vison globale à long terme et des moyens à la hauteur de l’enjeu, pas des réponses partielles. Deuxième défi : l’urbanisme pour lequel nous demandons plus de concertation et de transparence. La façon dont le projet immobilier qui va impacter le bois des Bruyères a été géré par la majorité est inadmissible. De nombreuses actions émergent pour défendre la qualité de vie de nos quartiers (projets de la place Capouillet, du plateau de l’Ange). Troisième défi : la gouvernance.  Au vu de la manière peu sérieuse dont certains dossiers sont gérés et contrôlés (p. ex. le marché d’entretien des espaces verts : 360 000 euros pour six mois), nous réclamons des vrais actes de gestion et de contrôle, pas de vagues promesses."

Contrôle et propositions

Jean-Michel Cassiers conclut en disant : "Ces défis et enjeux seront pour MVW une source inépuisable de motivation et de fierté à défendre les intérêts de tous les Waterlootois au travers de notre engagement humaniste. MVW est une force d’opposition incontournable sur laquelle les Waterlootois peuvent compter en 2017 pour assurer ce rôle essentiel de contrôle démocratique mais aussi de force de propositions. Belle année 2017 remplie de joie de vivre !"

Beatrix Marchand-Alaerts DSC_0385.jpgCe fut ensuite le tour de Beatrix Marchand-Alaerts, membre du conseil de l'action sociale (CPAS) de prendre la parole. Elle constate que les 30 places Fedasil à Waterloo connaissent un grand turnover car les réfugiés n'y restent pas, partant en direction de La Panne ou d'Eupen avec l'espoir de passer en Grande-Bretagne ou en Allemagne pour trouver du travail.

Elle s'inquiète pour les MENA (Mineurs étrangers non accompagnés) devenus majeurs et les petits enfants des familles en séjour illégal. "Que deviennent ces jeunes qui commencent à apprendre le français mais qui doivent quitter Waterloo ?" s'inquiète-t-elle. Beatrix Marchand-Alaerts a aussi souligné le travail impeccable des assistantes sociales du CPAS.

Paupérisation de la population waterlootoise

"Je constate un phénomène de paupérisation de la population waterlootoise, quel que soit le quartier, explique-t-elle. Il manque aussi des logements accessibles à la moyenne des revenus des gens. Il y a vraiment des questions à se poser sur l'évolution de notre société actuelle."

Penser globalement, agir localement

Bernard Catala DSC_0386.jpgBernard Catala, conseiller communal Mieux Vivre à Waterloo "On vit une époque avec des inventions formidables mais pour que notre société en profite et aille mieux, il faut agir au niveau local au travers d'associations : Mains tendues, Waterloo en transition, Gracq, Oxfam, ... Think global, act local. Au MVW, nous sommes des porteurs d'idées en espérant être des moteurs de changements. A Waterloo, nous considérons qu'il faut mieux isoler la maison communale et l'académie, protéger le bois des Bruyères et étudier le contournement nors de la commune."

La jeune conseillère communale Valentine Percy fut la dernière à s'exprimer : "Conseillère communale depuis mai 2016, j'ai la joie de découvrir la politique de notre commune. Première conclusion : trop de jeunes quittent la commune qui est devenue la plus âgée du Brabant wallon."

Pourquoi les jeunes quittent la commune ?

Valentine Percy DSC_0392.jpgElle a présenté ses réflexions à ce sujet : une offre de logements trop peu diversifiée et hors budget pour les jeunes. La mobilité verte est trop peu présente à Waterloo (ex.: pas de piste cyclable sur le tronçon refait de la chaussée de Bruxelles). Enfin, les nouveaux projets immobiliers, trop peu concertés avec les habitants, réduisent les espaces verts.

Valentine Percy a néanmoins salué "le dynamisme de la commune pour l'organisation d'événements culturels (WAHFF, spectacles du centre culturel, expositions aux Ecuries). Nous apprécions aussi l'investissement communal dans le sport."

Soutenir les petites entreprises

Une autre thématique qui l'intéresse est l'entreprenariat : "Il est important qu'une commune encourage les petites entreprises. Les pouvoirs publics pourraient aider les indépendants en mettant à leur disposition des infrastructures et en réduisant les trop lourdes charges administratives." A ce sujet et après une première édition réussie en 2016, elle a annoncé qu'elle organisait à nouveau un Speed Dating Entreprendre en avril.

DSC_0396.JPG

La soirée s'est achevée par des discussions tous azimuts entre les sympathisants et la dégustation d'amuse-gueules et de jus de raisin fermenté avec ou sans bulles. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

1 commentaire Catégories : Politique Imprimer

Commentaires

  • Pour mieux vivre et éviter la paupérisation d'une grande majorité de la population il serait utile de taxer les fonctionnaires européens (aucune taxation effective à ce jour non seulement ils bénéficient de traitements faramineux mais en plus tous les avantages qu'on ne dit pas voiture de société etc)

Les commentaires sont fermés.