Comment et pourquoi la commune de Waterloo a acheté deux bois pour 68 000 euros ?

L'achat de deux parcelles de bois le long de la chaussée de Tervueren a été voté lors du conseil communal de Waterloo lundi

Les deux bois en question sont situés à front de la voirie de part et d'autre du rond-point du Berlaymont. L'un des deux étant en zone d'exploitation forestière, le propriétaire voulait en abattre les arbres.

Tout a commencé au premier semestre 2016 quand des riverains ont observé que des arbres du bois étaient marqués. Leur propriétaire, l'indivision de Meeûs d'Argenteuil, souhaitait procéder à leur abattage.

Premiers contacts en 2016

La commune de Waterloo étant intéressée par le bois qui fait écran avec le ring est, la bourgmestre Florence Reuter et le directeur général Fernand Flabat ont rencontré le 26 mai 2016 Baudouin de Villenfagne et Anne de Meeûs d'Argenteuil représentant l'indivision de Meeûs d'Argenteuil.

Le 20 octobre 2016, Florence Reuter et Fernand Flabat ont remis  à Baudouin de Villenfagne une offre d'achat "pour cause d'utilité publique" des parcelles de bois cadastrées 3e Division Section M-N° 625M (+/- 1,6 hectare) et 625G (+/- 1,4 hectare). La parcelle 625R, située derrière les deux bois acquis, appartient au promoteur immobilier Codic et n'est pas à vendre pour l'instant.

Bois3 Capture.JPG

2,50 euros/m²

Le montant de la transaction, auquel il faut ajouter les frais notariaux, s'élève à 68 000 euros  : 50 000 euros pour le fonds des deux parcelles, 15 000 euros pour la valeur des hêtres de la parcelle 625M (dont le relief du sol doit être remis en état par le propriétaire) et 3000 euros pour la valeur de peupliers sur la parcelle 625G.

Rappelant qu'une des parcelles est en très mauvais état à cause des ravins, des bosses et du tassement du sol dûs à la pratique du VTT, la bourgmestre a communiqué que les bois seront entretenus gratuitement par le département de la Nature et des Forêts (DNA) du Service public Wallonie (SPW).

Bois Capture.JPG

"Si on pouvait faire la même chose pour le bois des Bruyères"

Le conseiller communal de Mieux Vivre à Waterloo (cdH) Bernard Catala a demandé s'il était possible de conserver une ou deux pistes de VTT balisées pour éviter sa pratique sauvage. "Bravo à la commune pour le rachat des bois au prix très intéressant de 2,50 euros/m². Si on pouvait faire la même opération avec le bois des Bruyères..." a-t-il conclu avec un petit sourire. L'achat des deux parcelles de bois a été voté à l'unanimité du conseil communal.

Une implantation différente des Sacrés-Coeurs

Dans les questions d'actualité, la jeune conseillère communale de Mieux Vivre à Waterloo Valentine Percy a demandé à la bourgmestre ce qu'elle pensait de l'implantation différente de l'institut des Sacrés-Coeurs du côté du bois des Bruyères et de l'ancien parking Fiat telle que proposée par le comité de quartier du Chenois.

"Oui, j'ai bien reçu cette proposition, a répondu Florence Reuter. Le problème est que le terrain en question est privé et en zone rouge et qu'on doit donc respecter un certain nombre de contraintes. Dans ce dossier, on doit préserver la commune de tout recours du propriétaire et des indemnités importantes qu'il pourrait demander si on impose une zone verte à cet endroit. Mais il n'y a pas encore de demande de permis ni d'étude d'incidences. Cette dernière pourrait éventuellement permettre de changer certaines choses."

Prendre en compte le bois des Bruères et la mobilité

A voir la mobilisation et les commentaires sur Facebook à propos des projets immobiliers dans l'espace Bruyères-parking Fiat à l'ouest de Waterloo, on observe que les deux aspects qui préoccupent essentiellement les riverains sont la préservation intégrale du bois des Bruyères et la mobilité dans le quartier liée à l'arrivée d'une école de 1200 élèves et de nouveaux habitants. Le dossier semble loin d'être bouclé. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

5 commentaires Catégories : Dans les quartiers, Politique Imprimer

Commentaires

  • Voilà une nouvelle qui me donne le sourire ! Quand Waterloo est engloutie par le béton et que chaque semaine de nouveaux projets immobiliers sont lancés, c’est presque émouvant d'apprendre que les arbres et la nature seront préservés (au moins à cet endroit). Il faut continuer comme cela. Pourquoi d’ailleurs ne pas créer un fond commun pour l’achat de telles parcelles par les citoyens désireux de conserver ce qui reste de vert dans leur belle commune ?

  • Tout à fait d accord.....

  • commentaire realiste, bravo

  • Un article qui résume bien la situation . Merci Tanguy de ton regard objectif
    N'oublions pas que les arbres sont les meilleurs filtres contre la pollution. Préservons les et replantons en lorsqu'il faut en couper... ( exemple: il en manque déjà beaucoup chaussée de Tervuren!)
    En sachant que Waterloo est parmi les villes Européennes ou le taux de déplacement est le plus élevé en Voiture ( + de 70% des déplacements, cfr les embouteillages pléthoriques dans la commune et autour!) et que de plus c'est la commune la plus dense du Brabant Wallon ( 1400 habitants au Km² versus 400 pour le BW), l'équation bonne qualité de l'air est problématique!
    Tonton pourquoi tu tousses?

  • Bravo, pour l'intervention de Meele Percy et pour la décision à lunanimité ( enfin) du conseil communal.

Les commentaires sont fermés.