Château de la Rose à Waterloo : 170 logements projetés dans les pâtures contiguës !

Près de 70 personnes ont rejoint mardi soir la salle paroissiale Notre-Dame au Chenois pour assister à la séance d'information sur le projet

Engagé par le promoteur Bouygues Immobilier, c'est le bureau CityTools, spécialisé dans le conseil stratégique en développement urbain durable, qui a assuré la présentation comme annoncé dans l'article ici.

P1000822.JPG

Selon CityTools, le projet immobilier s'inscrit dans un processus participatif : site internet dédié et enquête en ligne, réunion d'information du 19 mars et ateliers thématiques planifiés le 4 avril prochain.

Le concept général du projet immobilier consiste à aménager un parc habité avec une typologie variée de logements connectés au quartier du Chenois. Le château de la Rose, son jardin et sa couronne arborée seront préservés.

P1000830.JPG

P1000832.JPG

 

Environnement, loisirs et mobilité

L'enquête en ligne a recueilli 100 réponses à ce jour. Les répondants accordent de l'importance à l'environnement et à l'accès à la culture et aux loisirs. Comme il se doit à Waterloo, la mobilité n'a pas été oubliée : les répondants indiquent qu'il faut faciliter les différents modes de transport (37%), améliorer la fluidité automobile (31%) et les transports publics (11%). Enfin, 72 répondants aimeraient habiter sur le site tandis que 28 ne sont pas intéressés. 

Des habitants sont intervenus pour dire que l'enquête en ligne était fort orientée et biaisée avec pour conséquence que des répondants l'ont abandonnée. Le conseiller communal MR Jad Touimi a exprimé son avis : "Vous présentez ce projet comme s'il était fait mais, en tant que proche voisin et conseiller communal, je suis contre !"

170 logements

Le projet envisage la construction de 170 logements (20 000 m2 de surface bâtie) sur le terrain à bâtir de trois hectares contigu au jardin du château. Les immeubles se situeront pour l'essentiel sur la chaussée Bara, avec des commerces au rez-de-chaussée, et le long de la ligne de chemin de fer. La densité sera plus contrôlée le long de la rue Émile Dury, avec des bâtiments du gabarit des maisons existantes, et sur l'ensemble du site. Quelques petits immeubles seraient construits dans la rue Ma Campagne. Au total, la densité sera de 45 logements par hectare.

P1000816.JPG

P1000808.JPG

Outre les commerces précités, le site comprendra un parc de 30 ares et une plaine de jeux centraux, une crèche, des espaces de co-working et pour professions libérales. Le château pourrait devenir un lieu culturel, associatif ou accueillir un établissement horeca.

P1000837.JPG

Recours au Conseil d'État en vue ?

A la fin de la présentation est venu le temps des questions-réponses. Répondant à à une nouvelle intervention de Jad Touimi, un représentant du promoteur Bouygues Immobilier a indiqué : "Je trouve regrettable que la commune ne s'inscrive pas dans le dialogue pour le bien de tous à propos du projet. Si la commune s'y oppose, nous irons en recours au Conseil d'État. En tant qu'élu de Waterloo, vous ne représentez pas tous les habitants ni tous leurs avis."

P1000839.JPG

Dans l'assistance, parmi laquelle on comptait une demi-douzaine d'élus du MR, d'Écolo et de Mieux vivre à Waterloo, une dame du public a surenchéri vis à vis du conseiller communal libéral : "Vous êtes contre le projet mais au fond, quelle est la position du MR par rapport à la propriété privée ?"

Les organisateurs de la réunion ont compilé les autres questions auxquelles ils répondront sur le site internet ou lors des ateliers d'avril. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

6 commentaires Catégories : Dans les quartiers, Entreprendre - Immobilier Imprimer

Commentaires

  • Le paysage est bien et il ne faut le changer la rue ma campagne est déjà une autoroute le matin alors il faut arrêter de construire à Waterloo madame la bourgmestres semble favorable à cette politique

  • AIQW ( association Interquartiers de Waterloo)s’étonne que ce type d'enquête et de projet soient d’actualité alors que les Plan Communal de Mobilité ( PCM ) et le Schéma de Développement Communal (SDC) ont été votés en 2018 et qu’ ils ne sont pas finalisés ; ils devraient être en cours de réalisation actuellement et sans doute mis en application en 2020!

    En ce qui concerne l’état d’avancement du SDC et du PCM , AIQW s’étonne que ni les conseillers communaux ni des membres de la CCATM , ni les Waterlootois ; ne soient informés par le collège communal ! Ni les conseillers communaux , ni les membres de la CCATM ne sont consultés sur ce projet et la population n’est pas tenue au courant des échéances !
    Quand ces plans seront ils finalisés ?
    Qui est en charge de ce travail au niveau de la commune ?
    Quand les conseillers communaux et les membres de la CCATM seront-ils informés et consultés d e même que la population ?

    AIQW demande que des projets de l’importance du lotissement tel que celui des 3 hectares de pâtures du château de la rose , soient gelés tant que le PCM et le SDC qui doivent fixer notamment les normes de densité , de hauteur et de type d’immeuble dans les quartiers ainsi que les aménagements des mobilités pour accueillir de nouveaux habitants ne soient finalisés et mis en forme de règlements communaux .

  • Tout à fait d'accord avec toi Michel

  • City Tools avait promis de mettre en ligne les "slides" de sa présentation du 19 mars.
    Ce n'est pas encore fait.
    Ce qui s'y trouve bien, c'est leur enquête. Mais impossible de "passer" une réponse pour une question biaisée par exemple, si bien que pas mal de personnes intéressées, comme moi, finissent par renoncer.
    Il reconnaître que si tous les lotissements de Waterloo avaient fait l'objet d'une analyse urbanistique correcte, Waterloo aurait meilleur visage aujourd’hui. (Meilleure occupation du sol - Mobilité douce...)

  • City Tools a mis en ligne leur présentation et un PV de la réunion.

  • Un simulacre d'approche participative!
    Même si nous devons apprécier que beaucoup d'information soit fournie sur le projet, on ne peut pas parler de co-création, comme on a voulu nous le faire croire.
    Déjà l'enquête est dirigée et plusieurs réponses sont probablement fausses (quand beaucoup de questions proposent un 5 si on approuve, il est très probable que plusieurs ont répondu aussi 5 pour la "plus haute priorité" dans les questions de classement alors que d'autres auront mis 1 pour le premier choix)
    Durant la soirée, on nous a, petit à petit, présenté un projet déjà bien ficelé, et pas tellement en accord avec les nombreuses réponses "ouvertes" au questionnaire (plus d'espace vert naturel, moins de constructions, éviter la croissance du trafic... assez contradictoire avec 170 nouveau logements). Sans parler d'arguments tendancieux (il y aurait peu de biodiversité dans les champs et pâtures, le bruit sera diminué). On rajoute des commerces et Horeca, au risque de tuer ce qui existe déjà dans le quartier, mais on ne parle plus beaucoup de potager communautaire, compost, verger, maison de jeunes, espaces citoyens,...pourtant annoncés dans l'enquête et sans lesquels il n'est pas possible d'envisager un renforcement de la vie communautaire et de l'économie circulaire (intentions du projet)
    Et on nous a fait clairement comprendre que si nous n'étions pas d'accord, il y aurait recours au conseil d'état pour imposer le projet.
    Petite erreur dans l'article ci-dessus "Enfin, 72 répondants aimeraient habiter sur le site tandis que 28 ne sont pas intéressés." ; c'est en fait le contraire!
    Mais la porte reste ouverte pour plus de discussion et d'ateliers: espérons que cela permettra une réelle prise en compte des souhaits de la population et des besoins environnementaux.

Les commentaires sont fermés.