Élections 2019 à Waterloo : informations pas si anecdotiques que ça...

La triple élection du 26 mai est passée avec des résultats qui fait de la Belgique un imbroglio invraisemblable et un pays (très) difficilement gouvernable

À côté des grandes tendances qui se sont dessinées aux niveaux fédéral, régional et européen, les élections ont généré quelques conséquences à Waterloo.

En premier lieu, il y a le fait que le Vlaams Belang, un des gagnants des élections fédérale et flamande, avait déposé pour la première fois des listes dans toutes les circonscriptions wallonnes. 

18 077 Wallons ont voté pour le Vlaams Belang dont 2097 en Brabant wallon (0,8%) et 74 à (0,8%) à Waterloo. Un vote de Wallons convaincus ou de "migrants" flamands accueillis avec bienveillance en Wallonie ?

Concernant la popularité des candidats waterlootois à Waterloo, on observe que la bourgmestre Florence Reuter (MR) réalise un beau score à l'élection fédérale en Brabant wallon (20 859 voix) en perdant toutefois 2049 électeurs waterlootois (3642 voix) par rapport à l'élection communale 2018 où elle avait cartonné avec 5691 voix.

On remarque aussi que le député provincial waterlootois Tanguy Stuckens (MR) gagne 412 voix waterlootoises, passant de 1168 à la dernière élection communale à 1580 à l'élection régionale 2019 (+ 35%).

D'aucuns rétorqueront qu'on ne compare pas des élections différentes ou que c'est un phénomène normal pour des élections à des niveaux de pouvoir différents. Peut-être mais cela reste intéressant.

Un Waterlootois vice-président des Listes Destexhe

Du côté des Listes Destexhe, leur initiateur Alain Destexhe a annoncé le lendemain des élections : "Je vais mettre une équipe en place et assurer la transition vers ce parti qui ne portera pas mon nom et que je ne présiderai pas."

C'est donc Claude Moniquet qui assure provisoirement la présidence des Listes Destexhe. Le Waterlootois Pierre Vierendeel (118 voix waterlootoises à l'élection fédérale) devient un des trois vice-présidents du mouvement et entre dans son comité de direction.

Pierre Vierendeel B9719122612Z.1_20190402212157_000+GL1DAF70V.1-0.jpg"J'ai accepté la fonction de vice-président afin d'apporter mon expérience et mes convictions à une direction qui doit refléter les différents courants de pensée de celui-ci, déclare Pierre Vierendeel. Nous avons veillé à trouver des équilibres de genre, d'âge , de compétences et de sensibilité. Il s'agit d'une direction provisoire chargée de la mise en place des structures et de l'organisation et qui restera en place jusqu'à notre congrès prévu en octobre. Dans l'intervalle, nous nous repartirons les tâches et les compétences selon un canevas qui sera défini la semaine prochaine. Nous resterons très attentifs à l'évolution de la conjoncture politique particulièrement instable et imprévisible que nous connaissons actuellement et nous nous déterminerons également en fonction de celle-ci."

Un élu waterlootois interdit d'accès au Parlement

Carlos Puigdemont B9718849803Z.1_20190310170208_000+G4OD55956.1-0.jpgLast but not least, un célèbre Waterlootois élu au Parlement européen s'est vu interdire l'accès à l'hémicycle bruxellois. La raison : le code électoral espagnol exige que tous les députés espagnols, y compris européens, prêtent serment devant devant la commission électorale centrale en Espagne.

Or, cet élu waterlootois est poursuivi pour sédition et serait certainement arrêté s'il se rendait dans son pays. Nous parlons ici du Catalan Carlos Puigdemont qui habite Waterloo. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

1 commentaire Catégories : Élections, Politique Imprimer

Commentaires

  • " ... l'espion qui venait du chaud ... " ;-)

    Y aurait du "catalan & C°" ds les votes nva ?

Les commentaires sont fermés.