Nouvelle extension de la Chapelle musicale Reine Elisabeth à Waterloo ! (+ images)

Le lancement du MuCH Waterloo Festival et du 80e anniversaire de la Chapelle musicale mercredi passé a été l'occasion de révéler un projet de taille

Devant près de 120 invités, son président exécutif et Chief Executive Officer Bernard de Launoit a commencé par rappeler les milestones de l'histoire de la Chapelle musicale logée dans la verdure du quartier d'Argenteuil à Waterloo.

Conçue par l'architecte Yvan Renchon et inaugurée le 12 juillet 1939 par la Reine Elisabeth, la Chapelle musicale se destine à la formation musicale de haut niveau de jeunes artistes. Le bâtiment a été rénové dans les années 1980 avant d'être classé en 1994.

Première extension en 2015

Au début du troisième millénaire, l'institution (se) renouvelle et élargit son projet artistique, notamment par la présence de maîtres en résidence. Une gestion professionnalisée et une aura internationale grandissante conduisent à la construction en 2015 d'une première extension : la très réussie aile de Launoit consacrée à la résidence, l'accueil et le travail.

Une nouvelle mission sociale

"La Chapelle musicale est maintenant un opérateur culturel reconnu par les pouvoirs publics, déclare Bernard de Launoit. Aujourd'hui, elle a aussi une mission sociale par sa présence dans les centres pour migrants et dans les prisons. C'est une expérience enrichissante pour les artistes."

P1010338.JPG

De g. à dr.: A. Dumay, S. Cruyt, B. de Launoit, F. Reuter et J.-C. Vanden Eynden

Professeur à la Chapelle, le pianiste Jean-Claude Vanden Eynden y est entré à l'âge de 15 ans pour trois années. A 16 ans, il était lauréat du Concours Reine Elisabeth. "Je suis heureux d'avoir connu cette époque et de voir le développement de la Chapelle."

"Un lieu de brassage, de diffusion et d'excellence"

Maître en résidence, le violoniste Augustin Dumay s'est enthousiasmé : "Quel beau chemin parcouru depuis mon arrivée en 2004 ! J'exprime ma gratitude aux parties prenantes : la Monnaie, Bozar, Flagey et le concours Reine Elisabeth. La musique classique s'ouvre au monde : au Japon, on vend 5 fois plus d'albums de musique classique qu'en Europe. L'engouement pour le violon en Corée du Sud est impressionnant. Face à cette globalisation, il est nécessaire de conserver la tradition et de protéger les oeuvres. La Chapelle musicale est un lieu de brassage, de diffusion et d'excellence grâce à son équipe et à son président de premier plan."

Après avoir évoqué le 3e MuCH Waterloo Festival, la 5e MuCH Music Season et le 10e Music Chapel Festival (cette année, i lrend hommage à Eugène Ysaÿe), Bernard de Launoit a annoncé deux projets complémentaires, l'un piloté par la commune de Waterloo, l'autre par la Chapelle.

Grande salle et académie de musique à Argenteuil

La bourgmestre de Waterloo Florence Reuter a présenté le projet communal (que nous avions révélé dans l'article ici) : "Depuis quelques années, ce lieu secret s'est ouvert et la Chapelle est un joyau qui donne une visibilité internationale à Waterloo. De son côté, la commune veut préserver le plateau d'Argenteuil et en faire un campus dédié à l'art, l'enseignement et le sport. Dans la commune, il y a le studio de la Chapelle avec ses 250 places et la salle Jules Bastin qui en compte 280. Or, la demande est là pour une plus grande salle. C'est pourquoi l'intercommunale in BW a acquis un terrain de 7 hectares au sud du centre scolaire de Berlaymont. L'idée est d'y construire la salle de spectacle en question ainsi que l'académie de musique de Waterloo aujourd'hui répartie dans deux bâtiments en ville. Cela nécessitera un travail sur l'aménagement du territoire et la mobilité."

C'est Sébastien Cruyt, un des deux architectes de l'aile de Launoit, qui s'est chargé d'exposer le nouveau projet de la Chapelle musicale Reine Elisabeth dont l'objectif est d'intensifier les fonctions de campus, de lieu de résidence et de répétition.

Cette extension des lieux de résidence et de répétition est à l'ordre du jour vu le succès du programme artistique, la multiplication des projets et la volonté de la Chapelle de pouvoir accueillir des ensembles plus importants.

Chapelle futur 3467-AR-Vue-Salle-190604.jpg

Nouvelle extension sous forme de pavillons

Sur un terrain de 1,3 hectare seront donc construits, d'une part, trois pavillons pouvant héberger chacun 4 à 8 musiciens en résidence et, d'autre part, une grande salle de répétition en mesure de recevoir un grand orchestre symphonique ou la production d'opéras.

Chapelle futur dessin.JPG

"Tournés vers la Chapelle, les trois pavillons seront intégrés dans la nature grâce à des palissades boisées et à un nouveau verger qui formeront un puits de carbone, explique Sébastien Cruyt. Chaque pavillon possède quatre chambres équipées d'un piano, un living room et un studio de répétition dont le toit se soulève pour augmenter son volume et obtenir une qualité acoustique supérieure."

Chapelle futur 3467-AR-VueTerasse-190604.jpg

P1010358.JPGOuverture dans 2 à 4 ans

Concluant cette première partie de soirée avant le concert de prestige, le président exécutif de l'institution a s'est montré optimiste : "Notre projet pavillonnaire étant bien accueilli par les pouvoirs publics, nous allons entreprendre notre campagne de financement. L'extension pourrait être achevée dans un délai de 2 à 4 ans, idéalement en 2021 si toutes les procédures avancent rapidement."

Depuis une quinzaine d'années, la Chapelle musicale Reine Elisabeth a opéré un virage à 180°. Institution plutôt élitiste et fermée sur elle-même, elle a brisé le mur invisible qui l'encerclait pour s'ouvrir délibérément au grand public.

Une gestion professionnelle

Cette stratégie innovante a pu être concrétisée par la professionnalisation du management, la créativité en matière de projets et de productions propres, l'internationalisation de ses activités et une communication multi-canaux de qualité et performante. La Chapelle est désormais gérée comme une véritable entreprise culturelle dont le budget annuel s'élève à 3,6 millions d'euros . Celui-ci est alimenté par des subsides, les apports des sponsors et des mécènes et les recettes propres.

Motivation dans le travail

Mais l'argent, s'il est essentiel dans la transmission artistique et la diffusion de la culture, ne peut pas tout. La direction prise par la Chapelle musicale exige une organisation efficace et génère une (très) grosse masse de travail. Rien de ce qui précède ne serait possible sans la motivation, l'enthousiasme et l'investissement considérables de sa vingtaine de collaborateurs dont les rémunérations sont celles pratiquées dans le secteur culturel. 

En majorité féminine et jeune, l'équipe est pilotée par un patron omniprésent, toujours à l'affût de projets diversifiés, en recherche permanente de nouveaux partenariats et qui ne rechigne pas à mettre la main à la pâte comme on peut le voir ci-dessous en train de ranger les chaises à la clôture du récent MuCH Waterloo Festival.

DSC_0306.JPG

Découvrez !

Si vous ne connaissez pas encore cette belle institution logée à Waterloo dans un superbe immeuble au croisement de l'art déco et du modernisme ou si vous n'êtes pas un adepte de la musique classique, faites connaissance en visitant le site internet de la Chapelle musicale ou, mieux, allez sur place. Contrairement au passé, la grille d'entrée est toujours ouverte. Vous ne risquez qu'une chose : être conquis. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

DSC_0006.JPG

0 commentaire Catégories : Culture et histoire, Dans les quartiers, Entreprendre - Immobilier, SCOOP ! Imprimer

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel