Champ de bataille de Waterloo : c'est NIET aux Scottish Days 2019 !

En trois éditions depuis 2016, les Scottish Days commençaient à s'installer dans le programme des activités se déroulant sur le champ de bataille de Waterloo

Ce temps est révolu puisque l'organisateur Cédric Monnoye de l'ASBL Les Rendez-vous de l'Histoire n'a pas reçu l'autorisation de la société française Kléber Rossillon, nouvel opérateur touristique et commercial du site, pour mettre en place son activité initialement prévue les 17 et 18 août.

En 2018, les Scottish Days avaient attiré entre 12 000 et 15 000 visiteurs dans la ferme historique d'Hougoumont sise à Braine-l'Alleud (voir articles ici et ). En trois ans, c'était devenu l'événement de référence de la culture écossaise en Belgique, bénéficiant d'un budget promotionnel de 300 000 euros.

Scottish 904443170.JPG

Scottish Days versus naissance de Napoléon

Déception et incompréhension étaient perceptibles chez Cédric Monnoye quand il a révélé ce vendredi au restaurant Le Bivouac de l'empereur  (exploité par... Kléber Rossillon) la réponse de la directrice générale du Mémorial 1815 Catherine Coste. Le 23 mai, celle-ci a indiqué "tardivement"  que la nouvelle direction du site ne souhaitait pas accueillir l'événement, notamment parce que Kléber Rossillon avait déjà prévu de commémorer, durant le week-end des 17 et 18 août 2019, le 250e anniversaire de la naissance de Napoléon.

"La revanche de Napoléon"

Cédric Monnoye DSC_2521a.jpg"Depuis le 23 mai, nous avons tenté sans relâche de trouver une solution à cette situation par respect pour nos partenaires qui se mobilisent depuis trois ans pour mettre en valeur la culture écossaise, explique Cédric Monnoye. C'est une triste défaite écossaise à Waterloo que nous inflige le nouvel opérateur du champ de bataille. La revanche de Napoléon aurait-elle sonné ? Nous n'avons donc d'autre choix que d'abdiquer en 2019. Peut-être pour mieux revenir en 2020."

Assurant que les 1000 personnes ayant déjà acheté des tickets et les 50 candidats au mariage clandestin seront bien sûr remboursés, il conclut : "Arrêter les Scottish Days, c'est ma deuxième défaite à Waterloo après mon départ du Waterloo Historical Film Festival.

Scottish 715178951.jpg

En passant, on relève que Cédric Monnoye considère son départ du WaHFF comme une défaite. Etonnant : il semblait pourtant que c'était sa propre décision comme il l'affirmait dans notre article du 1er février 2019. Cette contradiction dans sa communication nous fait humer comme une odeur d'anguille sous roche...

Pour le reste, il a annoncé que l'affiche de 20 humoristes pour le nouveau festival du rire Zygomaticomaca en 2020 est finalisée. Il va aussi commencer à écrire le texte de La Boîte à chanson française qui s'arrêtera entre autres  à Waterloo.

Pas dans le projet culturel de Kléber Rossillon

Fort occupé par les derniers préparatifs de la reconstitution de la bataille de Waterloo de ce week-end des 22 et 23 juin, Jacques Galland, secrétaire général de l'opérateur touristique Kléber Rossillon, a néanmoins pris le temps de nous communiquer sa réaction : "Nous avons commencé à gérer le site en avril 2019 qui est donc une année spéciale pour nous. Depuis plusieurs mois, nous n'étions pas favorables aux Scottish Days car nous avions déjà programmé les 17 et 18 août des activités en lien avec le 250e anniversaire de la naissance de Napoléon. Notre projet culturel pour le site est primordial à nos yeux et les Scottish Days n'y entre pas vraiment. J'ajoute qu'à notre arrivée, ni la Région wallonne ni la province du Brabant wallon ni l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815 ne nous ont demandé d'accueillir l'événement. On ne s'est jamais engagé mais on ne barre pas le chemin pour l'avenir."

Le chemin des Vertes Bornes bétonné

Contrarié par certaines entraves à la concrétisation du projet de Kléber Rossillon, Jacques Galland montre du doigt au propre comme au figuré le chemin des Vertes Bornes qui longe la butte du Lion en direction de la ferme d'Hougoumont : "Vous avez vu comment la commune de Braine-l'Alleud a bétonné le chemin ? Avec un bon béton bien d'aujourd'hui qui ne rappelle en rien un chemin à l'ancienne ! La calèche tirée par un cheval que nous avons mise en place pour transporter les visiteurs entre le Mémorial et la ferme d'Hougoumont n'avait pourtant aucune difficulté à progresser sur l'ancien chemin de terre et de pierrailles."

DSC_0315.JPG

Dites "Mémorial Waterloo 1815"

A l'intérieur du Mémorial, on peut observer que les panneaux et la documentation destinés au public mentionnent désormais Mémorial Waterloo 1815, comme sur le site internet. Or, les autorités communales de Braine-l'Alleud et son bourgmestre Vincent Scourneau n'ont de cesse de rappeler que la plus grande partie du champ de la bataille de Waterloo et des monuments se situent sur le territoire brainois. A l'époque, ils avaient aussi insisté pour que le nouveau bâtiment soit baptisé Mémorial 1815 sans référence au nom de Waterloo. Ou quand les petites histoires d'aujourd'hui s'imbriquent dans la grand Histoire du passé...

Week-end de reconstitution de la bataille de 1815

On le sens, l'ambiance est plutôt combative sur le champ de bataille. Ceci dit, n'oublions pas l'essentiel : la reconstitution de la bataille de Waterloo qui se déroulera les samedi 23 et dimanche 24 juin 2019.

Préparé pour la première fois par Kléber Rossillon, le programme des animations est riche et convient aux familles. Son point d'orgue sera la reconstitution de l'attaque de le ferme d'Hougoumont à Braine-l'Alleud le dimanche 23 juin à 10h30.

On souhaite évidemment que le week-end remportera le succès public qu'il mérite, ce qui constituerait un bel encouragement à l'équipe de Kléber Rossillon. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

6 commentaires Catégories : Culture et histoire, Evénements, Loisirs et temps libre Imprimer

Commentaires

  • Quand les communes qui devraient être concernées n'arrivent pas à s'entendre, il est logique que de plus compétents (ou, en tout cas, plus malins) reprennent le flambeau.
    Il faut dire que, jusqu'ici, nous nous sommes montrés experts en démolition d'activités "touristiques"...

  • Je suis fort déçue. J'avais participé pour la première fois aux Scottish days l'année dernière et j'attendais avec impatience les festivités de 2019. La journée avait été magnifique, je me suis soûlée de cornemuses. J'ai acheté une petite jupe écossaise pour ma petite-fille ! Cela a aussi été l'occasion de voir des chiens bergers au travail et d'admirer les lévriers écossais. Enfin vous l'avez compris j'aime l'Ecosse.
    Je ne comprends pas les raisons obscures du refus en dernière minute des français. Nous ne sommes donc plus maître chez nous ?

  • Vous avez raison : nous ne sommes plus maîtres chez nous
    Même notre bourgmestre est française !

  • @ JP DUBOIS
    écrire des bêtises peut être condamnable.

  • Vraiment déçue. N'est-il pas possible de faire l'évènement écossais ailleurs ou à une date ultérieure ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel