Des soldats en souffrance à la recherche des ossements de leurs prédécesseurs !

Depuis 2015, une remarquable association humanitaire britannique s’active chaque année sur le champ de bataille de Waterloo

Waterloo Uncovered combine un projet archéologique de haut niveau sur le champ de bataille de Waterloo et un programme de rétablissement pour des anciens combattants.

Les fondateurs Mark Evans et Charlie Foinette ont étudié ensemble l’archéologie à Londres avant de s’engager comme officiers dans l’armée britannique. Ils ont tous deux opté pour les Coldstreams Guards, un régiment qui a joué un rôle important dans la victoire alliée à Waterloo en juin 1815.

Waterloo Uncovered 2019 Mark-Evans-400.jpgAprès une opération en Afghanistan, Mark a été atteint du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), raison pour laquelle les deux amis ont créé Waterloo Uncovered. Collaborant avec des grandes universités européennes, dont celle de Gand, et composée d’archéologues et de militaires vétérans et actifs, elle vise à comprendre la guerre et son impact sur la population ainsi qu’à sensibiliser le public.

Un objectif très humain

Mais l’action prioritaire et admirable de Waterloo Uncovered consiste à intégrer ces soldats souffrant du SSPT dans les équipes qui procèdent aux fouilles en vue de les aider à retrouver la santé mentale et la confiance en soi, à acquérir de nouvelles compétences, à découvrir de nouveaux centres d’intérêts, à rencontrer des personnes d’horizons divers et à assurer leur transition vers la vie civile (voir articles ici et ).

Waterloo Uncovered 2019 7Capture.JPG

Fouilles dans l'hôpital britannique en 1815

Encadrés par des archéologues professionnels, des militaires britanniques et néerlandais vont donc effectuer des fouilles du 9 au 19 juillet sur le site de la ferme de Mont-Saint-Jean à Waterloo. Celle-ci fit office d’hôpital britannique pendant la bataille du 18 juin 1815. On estime à 6000 les blessés qui y furent soignés et amputés. Nombre d’entre eux y ont laissé la vie.

Waterloo Uncovered 2019 6Capture.JPG"Mont-Saint-Jean fut un lieu de souffrance et d’endurance, déclare Tony Pollard, professeur spécialisé en archéologie des conflits à l'université de Glasgow et archéologue en chef du projet. Le site n’a jamais été fouillé auparavant. Pour un archéologue, c’est une occasion unique de rechercher des preuves de la bataille menée pour sauver des vies."

Mark Evans, directeur général de Waterloo Uncovered : "Certains membres de notre équipe ont reçu eux-mêmes les premiers secours sur un champ de bataille. À leur retour, de nombreux survivants de 1815 ont été confrontés à un avenir incertain en raison de leurs blessures. Aujourd’hui,  Waterloo Uncovered contribue aux rétablissement des militaires en souffrance en les soutenant pendant mois."

C’est Anthony R. Martin, le propriétaire de la ferme de Mont-Saint-Jean dans la rénovation et le développement de laquelle il ne cesse d’investir, qui a pris l’initiative d’inviter officiellement Waterloo Uncovered dans le bâtiment historique.

P1010554a.jpg

Recherche d'ossements

Anthony Martin P1010268.jpg"Nous nous connaissons depuis le bicentenaire et j’ai été personnellement invité à plusieurs événements au Royaume-Uni, révèle-t-il. Les fouilles auront lieu dans le verger entre les arbres qui seront protégés, dans la grande cour et principalement dans son ancienne fosse à purin, dans les tunnels et dans les caves. Waterloo Uncovered recherchera les membres des amputés et d’éventuels charniers, même s’il y a peu de chance d’en trouver car les ossements ont été vendus par les fermiers après la bataille de Waterloo pour servir d’engrais en Angleterre."

Si vous êtes dans les environs la ferme de Mont-Saint-Jean entre le 9 et le 19 juillet, allez bien sûr découvrir le remarquable musée médical des champs de bataille, la brasserie de la bière Waterloo, la distillerie du gin Waterloo et la boutique. Mais n'oubliez pas de faire un tour du côté des fouilles menées par Waterloo Uncovered et d’entamer le dialogue avec les militaires et archéologues présents. D'expérience, c'est non seulement intéressant mais ça leur fait vraiment plaisir. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

Plus d'infos : http://www.waterloouncovered.com/

1 commentaire Catégories : Bataille de Waterloo, Culture et histoire, Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Commentaires

  • Franchement, quel temps perdu à rechercher des ossements ! Que reposent en paix les reliques de tous les combattants, c'est une bonne chose qu'ils soient mélangés, et qu'on les laisse en paix là où ils sont tombés ! Personnellement, je n'aimerais pas qu'on "chipote" dans les ossements de ¨mes ancêtres ! Et dire qu'on dévoile que certains ont été "vendus" pour servir d'engrais !
    Vraiment, l'argent n'a pas d'odeur ……...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel