Saga Cultura à Waterloo (2/3) : les explications et arguments de Redevco, propriétaire du site Place Richelle !

Après l'avis négatif de la commune sur l'arrivée de Cultura à Waterloo, c'est au tour de Redevco, propriétaire des sites Bix et Place Richelle, de s'exprimer

Dans notre article d'hier, nous avons relaté le "non" clairement exprimé par la bourgmestre Florence Reuter par rapport à l'implantation de la chaîne française Cultura sur le site Place Richelle.

Aujourd'hui, nous donnons la parole à Gilles Bourgoignie, Head of Development chez Redevco. Il éclaire le dossier par des informations et des arguments qui défendent l'implantation de Cultura à Waterloo.

Sudinfo Waterloo : Gilles Bourgoignie, la bourgmestre de Waterloo a confirmé l'opposition ferme de la commune à l'arrivée de Cultura sur le site Place Richelle. Quelle est votre réaction ?

Gilles Bourgoignie : Tout d’abord, il faut rappeler que le commerce a toujours été une matière en perpétuelle évolution et l’explosion notamment du commerce on-line ces dernières années amplifie encore ce processus. Cela implique inévitablement qu’un certain nombre de commerçants adaptent leur stratégie d’implantation de magasins, parfois dans un délai très court. Cette composante évolutive du commerce est, de manière générale, très complexe à gérer dans des projets ambitieux de redéveloppement de sites commerciaux qui s’étalent parfois sur une dizaine d’années.

Dans le cas du site Place Richelle (NDLR : comprenant notamment Carrefour Market, Lunch Garden, Quick, Pizza Hut, Brico, …) actuellement en rénovation, la chaîne de matériel de puériculture Orchestra a obtenu il y a deux ans un permis autorisant l’ouverture d’une surface commerciale de 2800 m². Elle souhaite bien évidemment toujours s’implanter sur le site, mais sur une surface plus réduite.

Dès lors, en octobre 2018, Redevco a proposé à la commune de Waterloo l’enseigne Cultura, candidate pour reprendre cette unité commerciale désormais vacante. La présentation de ce nouvel opérateur français actif dans le secteur de la culture et des loisirs s’est faite en totale transparence et en parfaite concertation avec les autorités communales au cours de plusieurs réunions jusqu'en mai 2019. Elles ont chaque fois débouché sur une acceptation de la commune. Nos relations avec la commune de Waterloo ont toujours été excellentes et nous procédons d’ailleurs toujours de la sorte pour chaque décision importante concernant le futur du site afin de trouver le meilleur compromis.

A l’époque, la candidature de Cultura a été jugée crédible, complémentaire et dynamisante pour l’ensemble du noyau commercial waterlootois. A la suite à cet accord de principe de la commune, Redevco et Cultura ont signé un bail. Cultura a même commencé à nouer des partenariats avec toute une série d’acteurs locaux. Le permis demandant la modification du mix commercial a été introduit auprès du fonctionnaire wallon des implantations commerciales qui l'a refusé.

S.W. : Pourquoi le fonctionnaire wallon des implantations a-t-il rejeté le remplacement d'Orchestra par Cultura ?

G.B. : La décision négative du fonctionnaire des implantations commerciales est assez compliquée à comprendre pour nous dans la mesure où tous les indicateurs devant l’aider à prendre sa décision étaient au vert :

- le site fait bien officiellement partie du noyau commercial du centre-ville et l’enseigne Cultura est typiquement un magasin de centre-ville

- l’accord de principe de Waterloo a été confirmé officiellement dans le cadre de la procédure

- les communes limitrophes n’ont pas émis d’objection

- l’enquête publique n’a débouché sur aucune remarque négative

- l’avis de l’Observatoire du commerce est tout à fait positif

- les études n’ont démontré aucun souci de mobilité ou autre impact environnemental négatif

- enfin, le logiciel LOGIC (NDLR : LOGIC est une base de données spatiale de l’offre commerciale contenant plus de 30 000 points de vente répartis sur tout le territoire wallon) a également rendu une conclusion favorable

Je rappelle également que notre demande portait uniquement sur une modification du mix commercial déjà validé par un permis global délivré pour l’ensemble du site.

SW : Après l'avis négatif de la commune et le refus de permis du fonctionnaire des implantations commerciales, Redevco va-t-il introduire un recours ? Avec quels arguments ?

G.B. : Oui car nous restons persuadés que cette enseigne sera bénéfique pour Waterloo, ses habitants et ses 350 commerces. Ce n’est pas par hasard si Cultura a été élue 3è enseigne préférée des consommateurs français l’année passée. Son attractivité commerciale rejaillira sur tout le noyau commercial du centre-ville et le renforcera, y compris les quelques commerces existants dans le même segment. Ces derniers resteront toujours complémentaires et plus spécialisés qu’une chaîne généraliste. A titre de comparaison, l’arrivée de H&M et Zara il y a une dizaine d’années a-t-elle globalement renforcé ou affaibli le pôle commercial waterlootois et ses acteurs en textile ? La réponse est claire selon moi.

S.W. : N'êtes-vous pas étonné de l'opposition du Collège communal à la venue de Cultura après les concertations menées par les deux parties ?

G.B. : Comme expliqué ci-dessus, nos relations avec les autorités communales sont excellentes depuis le début du projet. Nous avons toujours répondu positivement à toutes les demandes spécifiques formulées par la commune et continuerons à le faire. Même si ces demandes sont parfois contraignantes au premier abord, nous les avons toujours estimées légitimes au vu de la qualité du cadre bâti et du cadre de vie exceptionnel de Waterloo. Redevco est un propriétaire avec une vision d’investisseur à long terme. Nous ne sommes pas un promoteur qui développe son projet, encaisse sa marge et s’enfuit rapidement en laissant un désert derrière lui. Notre objectif est de rester à Waterloo et de contribuer à la bonne santé de la commune. Un bon exemple pour illustrer cette approche est l’investissement colossal que Redevco réalise sur le site Place Richelle pour les parkings. Ceux-ci sont volontairement surdimensionnés de manière à permettre à chacun de s’y garer gratuitement, de commencer son shopping sur notre site évidemment mais aussi dans les autres noyaux du centre-ville où les places font défaut.

Redevco thumbnail_lowresP1799_A_2018.11.07.jpg

Même si, pour la première fois, nos points de vue divergent sur le point précis de Cultura, nous voulons rester des partenaires privilégiés des autorités communales. Nos intérêts sont identiques : un pôle commercial waterlootois dynamique et attractif qui conserve son caractère unique. A ce titre, notre adversaire numéro un aujourd’hui est identique à celui de tous les commerçants waterlootois :  internet et les ventes de biens on-line qui tuent le commerce physique. A l’inverse, l’arrivée de sang neuf venant d’une grande enseigne qui ouvre son premier magasin en Belgique ne peut que contribuer à relancer le dynamisme commercial du centre-ville.

S.W. : Quelles ont été les demandes spécifiques de la commune que vous avez réalisées ?

G.B. : Outre le surdimensionnement et l’aménagement paysager des parkings, nous avons pris la charge financière de la réalisation du rond-point du Bix, la suppression de la station-essence située au milieu du parking actuel de Place Richelle, l’utilisation de matériaux nobles pour l’architecture des deux sites, la sauvegarde du bosquet situé à l’angle de la chaussée de Bruxelles et de la drève Richelle, la démolition/reconstruction des restaurants Pizza Hut et Quick, la diminution des gabarits constructibles, le choix, en étroite concertation, des enseignes présentes sur les sites Bix et Place Richelle, entre autres.

S.W. : Quelles enseignes sont confirmées à Place Richelle ?

G.B. : Sur ce point-là, il n’y a pas de secrets non plus. En concertation avec les autorités communales, la surface du projet global a été réduite par rapport au permis obtenu il y a deux ans et le mix commercial définitif adapté à la baisse.

La phase 1, quasi terminée, comprend Carrefour Market, Brico, Lunch Garden, Watsec, Tip Top couture, Maisons du Monde (ouverture en septembre 2019) et, espérons-le, Cultura.

La phase 2 doit encore être construite à la place de l’ancien Brico. Y prendront place : Orchestra, AS Adventure (qui déménage du complexe 115 au centre pour cause d’agrandissement impossible), chaussures Delcambe, ING, Medimarket (qui déménage du boulevard Henri Rolin), l’agence de voyage TUI et deux magasins de textile de 1100 m² encore à commercialiser.

Entre les deux phases et à la demande de la commune, nous démolissons et reconstruisons les pavillons du Quick et de Pizza Hut de manière à les intégrer parfaitement dans le nouveau concept architectural du site.

S.W. : Selon vous, qu'est-ce qui a fait changer d'avis la commune à propos de Cultura ?

G.B. : Probablement la pression de quelques commerçants sentant, à tort, leurs activités menacées. Mais je n’ai à ce jour toujours pas reçu d’argumentation rationnelle ou chiffrée expliquant ce revirement de position et en démontrant la pertinence. A contrario, plusieurs exemples positifs pour le commerce existant dans le même secteur d’activité ont été fournis par Cultura, par exemple à La Rochelle et Saint-Malo.

S.W. Quels commerces alternatifs envisagez-vous si Cultura ne peut pas la louer la vaste surface de 2800 m² ?

G.B. : J’ose espérer que le bon sens prévaudra. Mais il est clair que, si le refus de Cultura était confirmé, nous aurions un gros souci pour le remplacer et il y aurait dès lors un risque majeur pour la poursuite de tout le projet. Ce qui ne serait favorable ni pour Redevco et Cultura ni pour la commune.

En conclusion, Gilles Bourgoignie déclare que Redevco ne veut certainement pas entrer dans un conflit stérile avec la commune de Waterloo. Au contraire, le propriétaire-investisseur veut poursuivre le partenariat avec celle-ci pour aboutir à une issue win-win pour Waterloo et ses commerçants.

Bientôt le troisième volet du dossier Cultura sur cette page. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

Le point de vue de Cultura est ici.

15 commentaires Catégories : Dans les quartiers, Entreprendre - Immobilier, Loisirs et temps libre Imprimer

Commentaires

  • Un Quick et un Pizza hut ! deux temples de la malbouffe. Il n'y avait pas plus sain à installer là ? Il y avait déjà le lunch garden. Quand on ne veut pas voir augmenter le trafic de passage on ne laisse pas ce type de commerce se réinstaller. Et dire qu'ILS ont refusé un LIDL bien plus utile à la population que les commerces de malbouffe.

  • Vous êtes totalement contradictoire dans cotre commentaire. Quick et Pizza Hut existent déjà et le trafic n’augmentera donc pas avec leur maintien à cet endroit. Par contre, LIDL aurait indéniablement créé une circulation supplémentaire très importante. Il serait bon de cesser de s’opposer à chaque décision de la commune dans le seul but de critiquer. Si Waterloo vous dérange tant, DEMENAGEZ !!!!

  • Commentaire agressif que le votre tenu par quelqu’un qui doit sûrement vivre dans’ un clos fermé à l’abris de toute nuisance sonore n’est ce pas? J’habites depuis 5 ans le quartier Versailles devenu un déversoir à véhicules de toutes sortes qui veulent éviter la chaussée ou gagner 2 min sur leur trajet alors des zoning commercial en plein centre aimant à véhicule non merci. Je vis à Waterloo depuis 1989 et il est grand temps de mettre un frein la.

  • Bien vu Monsieur ! J’habite en effet un clos paisible que j’ai choisi précisément pour sa quiétude et pour le fait qu’un clos restera toujours un clos, préservé donc du trafic de transit et autre. Peut-être ai-je été plus regardante que d’autres au moment d’acheter ma maison et surtout plus prévoyante. Je trouve un peu léger d’acheter dans des rues à fort passage ou qui pourraient le devenir et se plaindre ensuite. Le clos est la meilleure garantie de n’être jamais confronté à ce problème, alors pourquoi ceux qui se plaignent aujourd’hui n’ont-ils pas fait ce choix ?

  • @ miss olivia ne ricanez pas trop vite "très chère", rien n'est définitif.
    Il suffit qu'un promoteur passe par là, achète 2-3 propriétés voisines et vous voilà entourée d'immeubles à appartements, avec pleine vue sur votre jardin et vous faisant bénéficier d'un ombrage continu. Adieu veaux vaches cochons ….

    Depuis qques années, à Waterloo, rien est acquis "très chère moi je" .

    Nous avons construit ds un lotissement paisible "excepté circulation locale" , sans danger pour les enfants, très agréable à vivre et au calme.

    Quand patatra … la folie s'est emparée des élus locaux .
    Détournement de la circulation vers les lotissements, survols intempestifs d'avions à basse altitude, de plus en plus de logements familiaux sont transformés et rehaussés en cubes noirs (voisin désormais à l'ombre) … etc … etc...

    Votre tour viendra … faudra pas venir râler, personne ne vous soutiendra "chère moi je "

  • @ olivia …. pour faire bref , descendez d'un étage svp .

  • @ cn : Aie j’ai touché un point sensible. Très peu de probabilités que ce dont vous parlez puisse arriver. J’habite un quartier totalement résidentiel avec uniquement des villas. Aucun immeuble ne pourra être érigé. Ou alors, je partirai.

    Quelle erreur d’avoir acheté dans un endroit « excepté circulation locale » ! Ce sont là précisément les rues qui connaissent le plus de passage et c’est pour cette raison qu’on installe ce type de panneaux ; pour tenter d’y diminuer le trafic mais souvent en vain. Donneur de leçon pas très malin le cn !!!

  • Personne ne soulève le problème du trafic et de circulation avec ces nouvelles enseignes.Seraient ils tous aveubles.
    Rien non plus de la part de la commune sur ce sujet.Vraiment bizarre .Vous avez dit B I Z A R R E.......

  • Ben!! Voilà une bonne idée , déménageons tous .

  • Voici le courrier "prémonitoire" qui avait été envoyé au collège communal en 2016 lors de l'enquête publique; pratiquement aucune des objections ou suggestions, même celles formulés par la bureau d'étude payé par Redevco n'ont été retenues pour améliorer la situation; seul le bulding à appartements qui devrait être érigé au coin de la chaussée de Tervuren et de la drève Richelle n'a pas encore été accepté à ce jour, malgré 2 tentatives de Redevco... ce qui préserve "de facto " quelques beaux arbres pour quelques temps!


    Waterloo le 14/10/2016 A l’attention du Collège Communal de Waterloo
    Rue François Libert 28
    1410 Waterloo

    Mesdames, Messieurs,

    Concerne : Demande de permis intégré introduit par Redevco, ayant trait à un terrain chaussée de Bruxelles 299 à Waterloo pour l’agrandissement et la rénovation du centre commercial Richelle :

    Suite à l’enquête publique en cours, aux réunions et explications des représentants de Redevco je vous communique les réflexions et remarques suivantes pour le Centre commercial Richelle :
    Les 950 places de parking prévues au lieu des 670 aujourd’hui créeront un trafic supplémentaire dans Waterloo : Les plans communaux de mobilité de 1991 et 2009 n’ont pas prévus ces accroissements et encore moins les gestions de la fluidité.
    Avant d’accepter autant de véhicules en plus, il faudrait d’une part actualiser le plan de circulation de 2009 qui n’a pas tenu compte de nombreux nouveaux lotissements en cours notamment chaussée de Tervuren ; plus de 200 logements nouveaux sont en cours de réalisation actuellement chaussée de Tervuren et sur la N5 et d’autre part, réaliser des investissements de voiries importants pour fluidifier le trafic déjà bloqué plusieurs fois par jour dans ce quartier !
    Il faudrait aussi proposer des alternatives en mobilité douce en site propre (Bus, trottoir, piste cyclable en bon état) ce qui n’est pas le cas pour accéder à ce projet et dans le quartier environnant.
    Le déboisement massif et l’abatage d’arbres remarquables diminuera l’aspect magnifique actuel de la chaussée historique de Tervuren ou l’intégration actuelle dans les quartiers résidentiels voisins.
    Renouveler le centre commercial lui-même est positif ; mais la Mezzanine qui s’étend vers l’EST est nettement trop surélevée, jusqu’à 13 mètres à certain endroit, au lieu de 8 à 9m actuellement ! De ce fait le bâtiment surplombera les villas au Sud, avenue des Eglantines, et à L’EST, Chaussée de Tervuren. Il y aura un effet massif car le terrain de Redevco est une zone de crête par rapport au quartier situé au Sud et surtout l’Est. Le bâtiment allongé par rapport à l’implantation actuelle fera 298 M de long et mesurera en moyenne 4 à 5m en plus en Hauteur qu’actuellement du côté EST, compte tenu qu’il est en ligne de crête par rapport aux quartiers résidentiels adjacents.
    Le fait de construire un Bâtiment commercial à côté du Quick et du carrefour de la N5 et de la drève Richelle empêchera tous aménagements concomitants ou futurs pour améliorer la mobilité dans ce carrefour complètement saturé plusieurs fois par jour à l’heure actuelle, il ne doit donc pas être accepté !
    Nous relevons aussi le fait que les sorties et entrées du centre commercial sont inchangées par rapport à la situation actuelle. Les tournes à gauche qui bloquent déjà maintenant fréquemment, la fluidité du trafic et qui sont accidentogènes restent inchangés. Ceci est inacceptable alors que le nombre de places de parking augmente de 300 unités et que l’attractivité des commerces supplémentaires attirera plus de voitures ; 5 à 12% de trafic en plus sera généré par le projet lui-même sans compter les 200 (400 voitures) nouveaux appartements déjà en cours de construction Chaussée de Tervuren et sur la N5 voisine !
    Le bureau d’ingénieurs en mobilité CSD ingénieurs conseils SA de Namur, qui a réalisé l’étude d’incidence et sur l’environnement pour Redevco, en page 40 de son rapport, constate lui-même qu’il faudra revoir l’organisation et la gestion des accès au centre commercial ; Il constate que l’augmentation du flux de véhicules amènera une congestion plus importante de la mobilité et des temps de parcours allongés.
    Les ronds points ont été envisagés et schématisés par CSD, mais pas retenus par Redevco. Nous pouvons tous comprendre que c’est l’investissement financier à réaliser par Redevco qui a été la principale raison de ne RIEN faire pour améliorer la mobilité!
    Pour rappel voici les améliorations de mobilité proposées dès janvier 2016 à Redevco : ces propositions amélioreraient les sorties du centre commercial et du building situées juste à côté et l’ensemble de la circulation Chaussée de Tervuren, drève Richelle et sur la N5:
    a) La création d’un rond point au carrefour de la chaussée de Bruxelles (n5) et drève Richelle avec des bandes de tournes à droite indépendantes du carrefour, donc avec une légère emprise sur le centre commercial et de l’autre côté sur le site de la sucrerie.
    b) La création d’un rond point au croisement de la drève Richelle avec l’avenue d’Austerlitz, avec emprise sur le parking du centre commercial. Ce rond point permettrait d’entrer et de sortir du centre commercial sans effectuer de tourne à gauche.
    c) La création des bandes de tourne à droite au rond point de la chaussée de Tervuren et de la drève Richelle ; cela nécessiterait une prise de terrain sur le sol de la sucrerie et du site Redevco
    Nous vous demandons donc refuser le projet Redevco- Richelle si les aménagements des trois ronds points dont question ci-dessus ne sont pas exécutés ou créés et prévus d’être opérationnels d’ici la fin des travaux de rénovation-agrandissement du centre commercial Richelle.
    Bien cordialement
    Bernard Catala tel : 0475511482
    Avenue des Lilas 10
    1410 Waterloo
    Conseiller communal à Waterloo
    Membre de la CCATM et de la commission de mobilité de Waterloo

  • Monsieur Catala,
    Ne faisiez-vous donc pas partie du Conseil communal en 2016 ? C'est auprès de ce Conseil communal que vous deviez argumenter, mais il ployait sans doute déjà sous l'avalanche de vos remarques personnelles quelque peu dépassées... Redevco, très logiquement, n'allait pas multiplier les interlocuteurs et vos prises d'opposition personnelle me semblent un tant soit peu lacunaires.
    Yaka, Yavèka, Yavèkapa sont des expression qui ne mènent à rien, sauf à l'incohérence.
    Tiens, accessoirement, un p'tit tourne-à-droite au carrefour Richelle-Tervueren implique l'abattage des arbres si remarquables dont les racines s'élèvent un bon mètre au-dessus de la chaussée...
    Dans les vingt années à venir, TOUS les métiers vont évoluer et chacun aura changé au moins trois fois de qualification - ou restera en rade. Aujourd'hui, rien n'est fait pour nous épargner une telle faillite de Société. Et même si l'enseignement changeait son fusil d'épaule pour que nos jeunes puissent affronter ces réalités, les premiers résultats ne se feraient sentir que dans - au mieux - une bonne trentaine d'années. Vous ne voulez pas le voir? Vous avez constaté le "bain de sang" des petites agences automobiles (un peu partout en Belgique) qui n'ont pas les moyens (financiers et humains) de s'adapter aux versatilités politiques qui accélèrent et compliquent encore la situation générale?
    TOUT est dans TOUT, et sans le tout, nous ne sommes RIEN...

  • Je ne comprend pas l'attitude de la commune, ils autorisent la rénovation de ce site avec possibilité d'y installer des grande enseigne, mais refuse que de grande enseignent s'y installent. quelque soit le type d'enseigne qui s'installe, il y aura toujours un problème de mobilité et de concurrence.

  • Tout à fait d'accord avec vous JM

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel