Une famille pakistanaise en séjour illégal risque d'être expulsée d'un logement à Waterloo !

Le juge de paix de Braine-l'Alleud a ordonné l'expulsion d'une famille pakistanaise occupant un logement géré par le CPAS de Waterloo

Rashid et Imrana sont arrivés en Belgique il y a une dizaine d'années parce qu'épileptique, elle était battue par son entourage et brûlée au fer à repasser. Au Pakistan, la croyance veut en effet qu'une personne épileptique est possédée par le démon.

Entre-temps, le couple a eu une fille, née en Belgique et aujourd'hui âgée de huit ans, qui est inscrite et suit les cours à l'institut des Sacrés-Coeurs au centre de Waterloo.

En dépit de ses démarches et recours pour régulariser sa situation en Belgique, la famille n'a pas été suivie par la justice et demeure donc en séjour illégal. Elle survit au quotidien grâce à l'aide de l'Espace Convivialité / Épicerie sociale et à la solidarité de certains, la situation administrative et la maladie empêchant les parents de trouver un travail.

Expulsée peut-être mais pas à la rue

Réclamant plus de 40 000 euros d'arriérés de loyer, le CPAS de Waterloo a été suivi par le juge de paix de Braine-l'Alleud. Le 22 novembre 2018, ce dernier a ordonné l'expulsion de la famille pakistanaise du logement du CPAS pour le 30 juin 2019 au plus tard.

Le CPAS de Waterloo a décidé d'attendre le 31 juillet 2019 pour appliquer le jugement, "après nous être naturellement assuré que la famille sera accueillie ailleurs, en l'occurence dans un centre Fedasil (Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile), précise le président du CPAS Etienne Verdin. Cette famille n'est donc ni à la rue ni expulsée du territoire belge."

Pétition contre l'expulsion

Fondatrice de l'Espace Convivialité/Épicerie sociale (à côté de la gare de Waterloo) qui approvisionne en vivres à bas prix les Waterlootois en difficulté pécuniaire, Wivine Mayaya a décidé d'agir "sur le plan social et humain uniquement" : elle a lancé il y a deux jours une pétition sur le site change.org pour empêcher l'expulsion du trio. Au moment d'écrire ces lignes, la pétition a réuni 200 signatures.

Sur le plan juridique, c'est l'ancien député fédéral Écolo Vincent Decroly, aujourd'hui juriste salarié de la maison médicale Free Clinic, qui défend le droit de la famille pakistanaise à recevoir un logement et une aide financière.

"Obtenir qu'Imrana ne soit pas éloignable"

Pakistanais 10308306_644153935651519_6849440940884769694_n.jpg"Il est important de savoir qu'il existe plusieurs formes d'épilepsie, explique Decroly. Imrana subit des crises généralisées trois à quatre fois par mois pendant quelques minutes mais surtout elle connaît l'état de mal épileptique qui se produit deux fois par an et nécessite une hospitalisation urgente car sa vie est alors en jeu. Lors de l'audience du 10 septembre 2019 du tribunal du travail de Nivelles (compétent pour le droit à l'aide sociale), je vais essayer d'obtenir qu'à cause de sa santé, Imrana ne soit pas éloignable selon l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme qui interdit les traitements cruels, inhumains et dégradants. Ensuite, le tribunal statuera en octobre sur le maintien de la famille dans son logement et l'octroi d'une aide financière."

Il ajoute : "Si le tribunal du travail de Nivelles juge qu'effectivement Imrana n'est pas éloignable, l'avocat qui s'occupe du séjour de la famille en Belgique pourra alors avancer cet argument et demander à l'Office des étrangers de régulariser le séjour de la famille pakistanaise en Belgique pour motif médical."

Vincent Decroly se demande aussi si, dans un centre Fedasil, Imrana pourra recevoir des soins médicaux adéquats et si sa fille pourra y poursuivre sa scolarité.

Respect du secret professionnel oblige

Dans cette affaire délicate, le Centre public d'aide sociale de Waterloo a réagi par communiqué :

"Le secret professionnel auquel le CPAS est soumis nous empêche de répondre et de communiquer de façon précise sur la situation de cette famille.

Cependant il faut savoir que le CPAS est attentif à chaque situation qui lui est soumise. Il prend les décisions après un examen minutieux, mais souvent en conséquence de décisions d'un autre niveau de pouvoir et sur lesquelles il n'a aucune prise.

Le CPAS n'est par exemple pas compétent quant au droit de séjour. Il ne peut qu'appliquer les décisions des administrations compétentes et des décisions de justice.

Conformément à ce que prévoit la Loi, le CPAS met tout en place pour que toute personne nécessitant une aide puisse avoir accès à celle-ci de même qu'à toutes les autres aides auxquelles la personne a droit.

En cas de besoin, des solutions alternatives de logement sont toujours proposées par le CPAS dans des cas difficiles comme celui-ci."

Comme souvent dans les démocraties occidentales, en matière de migration, la société est inconfortablement prise entre la pratique des droits de l'homme et le respect de la loi, entre l'esprit et la lettre de la loi. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

7 commentaires Catégories : SCOOP !, Société - Mobilité - Humanitaire Imprimer

Commentaires

  • Bonjour,
    Ne pourrais-je pas héberger cette famille ou d'autres compatriotes, tel le Libraire au coin chaussée de Waterloo, en face de l'Ecole du Mont-Saint-Jean?
    Le Monsieur as-t'il trouvé du travail? Il y a pas mal de maisons sur Waterloo qui nécessiterait une rénovation? Ne pourrait-on pas envisager, la main- d'oeuvre gratuite de Monsieur contre leur logement en ce lieu qui deviendrait une habitation sociale pour plusieurs personnes?
    En tout état de cause, je peux comprendre le CPAS au niveau des arriérés dont ils sont redevables, mais de là à les expulser...

  • Voici mon numéro de téléphone et nous pouvons prendre RV pour en discuter de vive voix, merci Wivine

  • Les jours où votre locataire vous devra 40.000 e vous ne
    Sortirez pas des bêtises pareilles madame la bienfaitrice !!....
    Lui donner du travail ?! Vous pensez vraiment qu’il est capable ou a envie de bosser ?? Ça fait 10 ans qu il profite de la vie et s occupe de sa fille dans son appartement gratuit Madame. Bonne idée accueillez toute la famille chez vous et faite vous un beau jardin ...

  • 40.000 eur de loyer en retard, cela fait disons à raison de +-400-500 eur par mois, 8 ANS de non paiement....Chercher l'erreur !!!!
    Ils pensent quoi ces gens ? que Waterloo c'est le paradis ou les riches sois disant paient pour les pauvres et que tout est gratuit...?!
    Désolé il y a sûrement un "local" tout aussi dans le besoin qui a besoin de ce logement et qui sera prêt à payer...
    Les assistés sociaux BYE BYE et ras le Bol.
    Tu paies pas tu t'en vas...
    Votre pétition ne servira à rien Mme MAYAYA

  • Ecoeurée par cette situation abusive comme il y en a tant au détriment des nécessiteux "locaux" qui sont sur liste d'attente pour un logement social depuis des années et qui ne trouvent pas écho ni aide même s'ils sont handicapés ET épileptique aussi. 40.000 euros de retard de payement de loyers, une école de standing, la femme malade à vie, et le mari qui fait quoi pour assumer sa famille ? Et l'autre qui fait des pétitions ! Non mais où va-t-on ? Et puis on s'étonne que les gens soient énervés et crient à l'injustice. On va vraiment finir par croire qu'une carte d'électeur ne facilite pas la prise en charge par ici !

  • J’ai failli avoir la visite d’un huissier car j’avais oublié de payer ma taxe de circulation de 400 € !!! Et ici on parle de 40.000 € d’arriérés et c’est seulement maintenant qu’on décide d’agir ??!! Que fait Monsieur de ses journées pour subvenir aux besoins de sa famille ?! Ah oui j’oubliais, il n’y a que les pigeons comme nous qui travaillent pour vivre. Les autres, comme cette famille, profitent du système bien trop compatissant. HONTE à l’initiateur de la pétition et à ceux qui l’ont signée. Que ces gens payent les dettes de ces personnes et les accueillent chez eux plutôt qu’obliger la société (nous) à les prendre en charge !!!

  • Marrant de voir comment les différents appels à la pétition et au soutien occultent savamment le fait que ces personnes doivent près de 50.000€ au CPAS, donc à la collectivité. Et utilisent erronément (de façon délibérée?) les termes "centre fermé Fedasil" (heureusement, cet article-ci a corrigé). Aucune surprise non plus de voir un Écolo défendre cette cause. Apparemment en Belgique, n'importe qui peut donc venir, multiplier les recours pour avoir l'Etat à l'usure (pour que nos juges bien "progressistes" aient rejeté les divers recours de cette famille faut pourtant qu'il y ait de bonnes raisons), faire un/des gamins entre-temps, ne rien apporter à la collectivité et coûter en soins, scolarité, aide sociale au contribuable qui a cotisé toute sa vie. Et on ose nous présenter le fait que la gamine de 8 ans suive sa scolarité en français comme une preuve de bonne intégration. Amen ! Et après on (les mêmes) s'indignent que des gens se noient régulièrement dans la Méditerranée pour tenter de rejoindre cet eldorado... Bah oui, on en demande si peu et on donne tant. Et c'est une immigrée extra-européennes de première génération, sœur d'une personne épileptique qui vous l'écrit.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel