Autotransfert de Fiorella Iezzi de DéFI au MR : les réactions fusent !

A Waterloo, le passage de Fiorella Iezzi de DéFI vers le MR le 6 septembre dernier a suscité nombre de réactions

Si les termes passage, défection ou désertion sont habituels dans ce genre de manoeuvre politique (voir article ici), celui de (auto)transfert semble ici plus indiqué, en référence au passé de footballeur au Sporting Charleroi d'Antonio Iezzi, père de Fiorella.

Porte-parole de DéFI, Jean-François Lauwens fut logiquement le premier à réagir : "Nous prenons acte de la démission de madame Iezzi et notons que tous ceux qui, dans le passé, ont quitté le parti l'ont regretté parce qu'ils ont fini par être toujours oubliés par la suite."

"Un vrai hold-up"

Jonathan Martin, vice-président de DéFI et président de DéFI Wallonie, a publié ceci sur son profil Facebook :

Fiorella Martin_38865-2.jpg"Fiorella Iezzi, conseillère provinciale du Brabant wallon et conseillère communale à Waterloo, a donc décidé de quitter DéFI pour rejoindre les rangs du MR. C'est son choix ! Et chacun doit rester libre de ses choix. Par contre, le fait d'embarquer dans son nouveau cartable bleu ses deux mandats relève d'un vrai hold-up. Non seulement parce que l'intéressée n'a pas été élue sur ses voix de préférence mais bien sur celle de DéFI, mais aussi et surtout parce qu'elle s'était engagée par écrit à remettre ses mandats au parti en cas de démission. A noter que ce départ ne nous surprend nullement. Sa complaisance à l'égard du MR de Florence Reuter lors des votes en Conseil communal, sa voix dissonante lors du dernier comité provincial DéFI ou encore ses propos caricaturaux lors de la rentrée des classes annonçaient clairement sa réorientation politique. Pourtant, c'est bien sur un projet DéFI, pour lequel elle s'est également engagée (articles 1 et 3), qu'elle s'est faite élire. Qu'on se le dise, DéFI n'est ni un MR ni un PS bis ! Ceux qui font mine de le découvrir font preuve d'un malhonnêteté sans nom. DéFI est DéFI !"

Il appuie ses propos en rendant public la charte d'éthique et de déontologie de DéFI signée par Fiorella Iezzi avant les élections communales et provinciales d'octobre 2018 (cliquez sur le texte pour l'agrandir). Le point 22 est intéressant.

Iezzi 1.jpgIezzi 2.jpgIezzi 3.jpg

"Ethique et déontologie imposent de remettre vos mandats à DéFI"

Le Wavrien Luc D'Hondt, chef de groupe DéFI au Conseil provincial du Brabant wallon a adressé une lettre ouverte à la Waterlootoise subitement devenue libérale :

"Madame Iezzi,

J’ai pris acte de votre choix de quitter notre parti et d’apporter votre soutien au MR, dans votre commune de Waterloo et dans notre belle province du Brabant wallon. Je vous crois suffisamment honnête pour reconnaître que vous n’avez pas été élue sur vos voix de préférence.

Fiorella Dhondt-Luc-e1534767883267.jpgC’est grâce aux votes en tête de liste que, comme première de celle-ci, vous avez été désignée par les électeurs de DéFI pour les représenter. Vous avez choisi de ne plus honorer l’engagement que vous avez pris dans le cadre de votre campagne électorale. Il serait particulièrement malhonnête que vous vous revendiquiez de leurs votes pour les représenter au sein d’un autre groupe quelqu’il soit. Que vous décidiez, alors, de vous déclarer indépendante ne serait aussi que duperie.

Je ne peux pas comprendre que les instances du parti qui vous accueille accepte, dans son groupe, une représentante qui aurait été élue grâce aux voix que les électeurs ont accordé à une autre formation que la leur. L’éthique en politique, la déontologie personnelle vous impose de remettre vos mandats de conseillère au parti qui, initialement, vous avait fait confiance. Vos suppléants ne méritent pas le vol de mandats, mandats qui leur reviendraient si votre conscience et votre honnêteté allait de pair avec vos actes posés.

Pour finir, vous avez signé, avant les dernières élections communales et provinciales, une charte qui évoque l’application de ce dont je viens de parler ci-dessus. Votre code d’honneur vous impose de respecter votre parole. Et je pense que vous êtes une femme de parole. Je vous souhaite bonne chance et bonne conscience dans vos challenges à venir."

"C'est tromper les électeurs de quitter le parti en gardant les mandats obtenus"

Dans un communiqué de presse de sa présidente Maryline Leherte, DéFI Brabant wallon en appelle à la conscience de madame Iezzi :

Fiorella Leherte_58295-e1538993596111.jpg"Le comité provincial de DéFI Brabant wallon prend  bien note de la démission de madame Iezzi. Nous sommes profondément déçu de l'avoir appris par la presse. Madame Iezzi a rejoint le parti en mai 2016 et a pu profiter d'un soutien médiatique, humain et financier du parti. DéFI lui a donné toute sa confiance  en la positionnant comme tête de liste aux communales, aux provinciales et aux fédérales. Forte de deux mandats de conseillère communale et provinciale, elle a donc bénéficié du soutien enthousiaste des électeurs de DéFI.

La question que nous nous posons est : si chacun est en effet libre de son propre choix, qu'en est-il de l'éthique et de la loyauté d'un politicien qui sont les deux valeurs essentielles vis à vis des électeurs? Si les électeurs ont choisi DéFI comme alternative positive aux partis traditionnels, c'est tromper ceux-ci que de quitter le parti en gardant les mandats obtenus grâce à eux. C'est à Madame Iezzi de faire son examen de conscience.

Il est important de rappeler que madame Iezzi a signé la charte de déontologie du parti dans laquelle elle s'engage à remettre ses mandats au parti en cas de démission et de changement de formation politique. Madame Iezzi a déclaré à la presse qu'elle ne se sentait plus en phase avec le programme du parti. Il est dommage qu'elle s'en aperçoive plusieurs mois après les élections... L'attitude de Madame Iezzi a démontré clairement que son objectif politique était l'écho de son ambition personnelle et non celui des électeurs. Nous lui souhaitons que son nouveau parti soit à la hauteur de celle-ci."

"Je me sens un peu trahi"

Les colistiers de Fiorella Iezzi sur la liste DéFI aux dernières élections communales ont aussi réagi sur sa décision :

Fiorella Metim 57076328_10157041684758480_6000903493945131008_n.jpg"Je suis très surpris par cette décision prise même pas un an après les élections, affirme Metin Tümbas (n° 2 sur la liste) ! DéFI nous a fait confiance et nous avons travaillé ensemble pour le succès du parti à Waterloo afin d'obtenir un ou deux sièges. C'est Fiorella Iezzi qui est devenue conseillère communale et provinciale pour défendre les idées de DéFI. Je me pose cette question : que vont penser tous ceux qui lui ont fait confiance, tous ces électeurs qui ont voté pour les candidats DéFI ? C'est dommage. Pour ma part, amicalement dit, je me sens un peu trahi par une personne que j'estime beaucoup. J'avais fini 2e sur la liste DéFI à Waterloo et je suis prêt à reprendre la mission si nécessaire afin d'être la voix de DéFI dans le Conseil communal de Waterloo où je suis bien connu par mes activités sportives et sociales."

Christophe Vanoerbeeck occupait la dernière place de la liste DéFI. Plus sobre et/ou plus prudent, il déclare : "Je n'ai pas de commentaires à faire. Elle a expliqué ses raisons qui sont d’ordre idéologiques."

Apparentement au groupe MR

Au début du Conseil communal du lundi 9 septembre, après avoir été accueillie dans la majorité MR par la présidente-bourgmestre, Fiorella Iezzi a déclaré qu'elle démissionnait de DéFI, s'apparentait au groupe MR et était également démissionnaire de l'ensemble de ses mandats dérivés.

"Madame Iezzi renie une parole et un engagement écrit et signé"

Coralie Van Bever.jpgLors des questions d'actualité, Ecolo Waterloo, par la voix de sa conseillère communale Coralie Van Bever, a tenu exprimer sa réaction :

"Lors du conseil communal de ce lundi 9 septembre 2019, madame Fiorella Iezzi, élue DéFI, a officialisé son passage vers le MR, emportant avec elle son siège de conseillère communale. 

Ecolo Waterloo a demandé confirmation en séance du conseil communal : ce transfert a bien pour conséquence que DéFI ne sera plus représenté au conseil communal jusqu’aux prochaines élections dans cinq ans. Ni au conseil ni aux commissions qui y sont liées. 

Or, si madame Iezzi a été élue il y a moins d'un an, c'est grâce aux votes en tête de liste DéFI. Avec 250 voix de préférence, nous constatons en outre qu'elle a moins de légitimité que certains candidats non élus du MR qui ont fait plus de voix qu'elle aux élections d'octobre 2018. Nous déplorons que les 1131 citoyens de Waterloo qui ont voté DéFI aux dernières élections communales se retrouvent, après moins d’un an, ainsi privés de toute représentation au conseil communal. 

Même si l’événement est légal, il est total en désaccord avec les principes de bonne gouvernance mis en place par Ecolo et avec l'engagement écrit que madame Iezzi a signé avec DéFI, deux partis qui ont comme point commun que leurs mandataires s’engagent à remettre leurs mandats en cas de changement de parti. C'est une chose de respecter la légalité, c'en est une autre de respecter une éthique en politique. En emportant avec elle son siège de conseillère communale, madame Iezzi renie une parole et un engagement qu'elle a pris par écrit et signé. Nous en prenons bonne note. 

Nous déplorons aussi que la majorité MR en place cautionne ce comportement en accueillant madame Iezzi par des applaudissements, tout en faisant fi du choix des électeurs."

Après le conseil communal, Ecolo Waterloo a ajouté : "En réponse aux déclarations de madame Iezzi post-conseil parues dans la presse (et puisqu'elle n'a pas daigné nous répondre en séance même), nous précisons que les élus Ecolo qui par le passé ont quitté le parti Ecolo pour rejoindre DéFI (à Bruxelles-Ville et Berchem-Sainte-Agathe) ont tous été sommés par Ecolo de rendre leur mandat conformément aux statuts d'Ecolo, ce que certains ont fait d'ailleurs. Justifier son manquement par celui d'autrui est tout à fait hors de propos."

Question politique cocasse : si Fiorella Iezzi quittait la politique, de quelle formation proviendrait son remplaçant au Conseil communal de Waterloo ? On attend une réponse de l'Union des villes et communes de Wallonie et du Service public Wallonie... Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

3 commentaires Catégories : Élections, Politique Imprimer

Commentaires

  • Franchement ce revirement ne me surprend pas du tout. Ayant assisté à plusieurs conseils communaux, depuis la présence de Mme Iezzi, je me demandais ce qu'elle comptait faire dans l'opposition, elle n'intervenait jamais et approuvait tout .
    Je comprends parfaitement que les membres de son parti se sentent "floués". De plus, l'opposition perd une voix (qui n'a du reste jamais existé), mais à présent c'est clair.
    En temps que membre de MVW, j'ai surtout le sentiment que par sa seule présence sur la liste Défi, elle a privé mon parti d'un deuxième siège.

  • C'est comme dans la chanson:
    J'ai vraiment le sentiment d'être cocu .... mais content .... car c'est légal.....

  • j'ai également eu ce sentiment étrange qu'elle était déjà MR avant les élections communales ..

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel