Le Waterlootois Pierre Vierendeel quitte les instances des Libéraux-Démocrates (ex-Listes Destexhe) !

Chef d'entreprise et consultant, le Waterlootois Pierre Vierendeel était candidat des Listes Destexhe à la Chambre aux élections du 26 mai 2019

Il avait recueilli 118 voix à Waterloo et 921 dans la circonscription du Brabant wallon (voir article ici). Les Listes Destexhe n'ayant enregistré aucun élu le 26 mai 2019, ses instances ont rebaptisé le parti en Libéraux Démocrates (LiDem).

LiDem 61056441_1034546046934242_3014631776921321472_o.jpgLes Libéraux Démocrates veulent "construire une droite forte, qui n’a pas peur d’assumer son identité et surtout de la défendre, qui ne tergiverse pas sur les problèmes de notre société, qui ose la vérité pour se donner une chance de reprendre le contrôle".

Alain Destexhe ayant décidé d'arrêter l'aventure, la présidence des Libéraux Démocrates a été reprise par Claude Moniquet, ancien journaliste, espion et CEO de l'European Strategic Intelligence and Security Center. La mission d'ESISC consiste à collecter et analyser des informations dans les domaines de la sécurité, de la géopolitique et de l'économie.

LiDem 2868337652.jpgReprésentant le Brabant wallon, Pierre Vierendeel était devenu un des vice-présidents des Libéraux Démocrates. Il vient de mettre fin à sa courte mais intense carrière politique dans une lettre adressée à son président :

"Claude,

J'ai rejoins en février 2019 les listes Destexhe et ai mené la campagne pour les élections fédérales et régionales pour le Brabant wallon en ralliant plus de 2,5% des électeurs à notre cause.

Les valeurs que nous défendions étaient parfaitement synthétisées dans le triptyque réalisé pour la campagne et qui privilégiait les thèmes économiques, sociaux et environnementaux, tout en abordant le fonctionnement de l'Etat, le contrôle de l'immigration, l'Europe et l'enseignement.

J'ai jusqu'ici loyalement accompagné le changement que le pas de côté du fondateur de notre mouvement, Alain Destexhe, a souhaité opéré après les élections et me suis rallié à la nouvelle direction, tout en ne souhaitant plus assumer la coordination provinciale du Brabant wallon.

J'ai très vite perçu une accentuation de la main mise de la section bruxelloise sur la ligne du parti avec, comme corollaire, une radicalisation sur les thèmes régaliens chers à ton cœur.

Déjà, en soi, le fait que les thèmes de l'immigration, de la sécurité, de la politique étrangère (avec une obsession sur le régime infréquentable de l'Iran, une complaisance vis-à-vis des "alliés" sunnites et un alignement quasi systématique sur le président Trump) soient devenus omniprésents me dérange. Mais lorsque tu as déclaré que les autres thèmes étaient moins stratégiques pour le positionnement du parti, j'ai un problème qui est devenu une première ligne rouge.

Ajoutons-y une tiédeur vis-à-vis de l'idée européenne alors que je considère que le renforcement de l'intégration européenne est la condition sine qua non de notre capacité d'exister à l'échelle mondiale et un climatoscepticisme de plus en plus perceptible alors que, sans sombrer dans l'hystérie de fin du monde programmée, il faut agir pour endiguer le réchauffement climatique au moins partiellement dû à la présence et l'activité humaine mais avec sans froid et en privilégiant les pistes de bon sens et de progrès scientifique plutôt que par des contraintes et des interdits liberticides.

Et si j'avais après ceci encore quelques hésitations à quitter le LiDem, ta démarche qui consiste à vouloir cantonner ceux qui ne partagent pas ta vision des sujets régaliens à des thèmes moins stratégiques à tes yeux, sans leur permettre de s'exprimer sur ces thèmes régaliens, me conforte dans l'idée qu'il faut mieux que je quitte ce parti avant de me réveiller dans le même lit que Trump, Bolsonaro, Orban, Salvini, Lepen et consorts.

Et enfin, un dernier mot, Ria (NDLR : Ria Breyne, responsable Brabant wallon) m'avait demandé de préparer une conférence sur l'économie et les PME, ce que je m'apprêtais à faire.

Je ne renouvellerai donc pas ma cotisation pour 2020 et quitte donc sans regret ce parti comme beaucoup d'autres avant moi mais au moins j'aurais essayé d'y défendre une tendance devenue dissidente.

Cordialement,
Pierre"

Dont acte. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

0 commentaire Catégories : Élections, Politique Imprimer

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel