Sept nouvelles maisons contre le bois des Bruyères : l'Association InterQuartiers alerte !

Il y a quelques semaines, les habitants du Chenois ont vu apparaître des affiches jaunes dans leur quartier

Celles-ci annoncent une enquête publique concernant l'urbanisation par la société Immobel d'un terrain bordant le bois des Bruyères en vue de créer sept lots pour habitations unifamiliales dans la prolongation de l'avenue des Mélèzes.

Mélèzes affiche Capture.JPG

Le conseiller communal de Mieux Vivre à Waterloo (MVW), Jean-Michel Cassiers, a interrogé la députée-bourgmestre-présidente du conseil communal au sujet de ce dossier au cours du conseil communal du 2 juin dernier.

Florence Reuter a répondu en substance : "Je ne ferai pas de commentaire car l'enquête publique est en cours jusqu'au 16 juin. Il s'agit de la construction de sept maisons dans une zone rouge constructible. Notons que la société privée possède une partie du bois des Bruyères que la commune voudrait récupérer. On marche donc sur des oeufs."

 

Mélèzes thumbnail_DSC_0154 (2) plan mélèzes 05 2020.jpg

L'avis négatif de l'Association InterQuartiers de Waterloo

De son côté, l'Association InterQuartiers de Waterloo (AIQW) a fait savoir qu'elle s'oppose au nouveau projet immobilier car tant que le Schéma de développement communal (SDC) et le Plan communal de mobilité (PCM) ne sont pas finalisés, les projets immobiliers proposés hypothèquent la planification et la maîtrise de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, des mobilités et, in fine, la qualité de vie des Waterlootois. C'est pourquoi le lotissement Mélèzes qui détruit la lisière du bois des Bruyères doit être refusé.

Le bois des Bruyères et son écosystème ont besoin d’une clairière. La prairie actuelle, objet du lotissement projeté, sert de zone tampon entre l’habitat et la zone boisée. Il serait normal qu’une commune comme Waterloo préserve cet écosystème. Une avenue bituminée juste à la limite de la forêt est particulièrement nuisible dans cette optique.

Mélèzes image004.png

L’AIQW rappelle aussi que dans les années 1970 à 1990, la plupart des lotissements à Waterloo devaient comporter 10% de zone verte publique. Le lotissement Mélèzes d'Immobel n’en prévoit pas. La préoccupation climatique mondiale et la préservation des espaces verts ne semble pas d’actualité à Waterloo.

Le promoteur Immobel prévoit des chauffages au mazout qui émettront gaz à effet de serre et particules fines sur les quartiers environnants. L'AIQW déplore que Waterloo ne participe pas à l’effort mondial contre les gaz à effet de serre, la pollution et le réchauffement climatique en imposant des panneaux solaires et des systèmes énergétiques plus propres aux nouvelles constructions.

Le promoteur évalue la moyenne des mouvements de voiture à 28 par jour. Mais ses maisons pourront accueillir des professions libérales qui reçoivent plusieurs visiteurs par jour. Pour l'AIQW, ce chiffre est sous-estimé alors que la circulation est déjà saturée à Waterloo.

En conclusion, l’Association InterQuartiers de Waterloo demande aux autorités communales de refuser ce lotissement car il dégrade l’environnement. Le nombre trop élevé d’habitations prévues et la minéralisation d'une grande partie des 60 ares de ce lotissement ne s’intègrent pas dans le tissu urbain  vert, boisé et campagnard de l'environnement actuel. La voirie prévue détruira des dizaines d’arbres et la biodiversité de la clairière.

L'AIQW propose enfin que le futur Schéma de développement communal préserve une zone tampon de 40 mètres non minéralisée contre le bois des Bruyères. L'Association se proposant de  vous assister à rédiger et à envoyer avant le 16 juin 2020 vos remarques et observations sur le projet immobilier en question, vous pouvez adresser un e-mail à :

luc.noullet@gmail.com

interquartierwaterloo@gmail.com

La CCATM émet aussi un avis négatif

Dernière information : se réunissant il y a quelques jours, la Commission consultative d'aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM) a rendu un avis négatif concernant le projet de lotissement d'Immobel mais, comme son nom l'indique, l'avis de la CCATM n'est que consultatif. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

3 commentaires Catégories : Dans les quartiers, Entreprendre - Immobilier Imprimer

Commentaires

  • Je souhaite bonne chance à l'AIQW mais je crains que ce soit un combat du pot de terre contre le pot de fer. Dans le quartier Mont-Saint-Jean, nous nous sommes opposés à la construction de 3 énormes immeubles à front de la chaussée de Louvain par la société UNIBRA. L'opposition était unanime et, nous semble-t-il, légitime, et la commune ne semblait pas favorable non plus. L'affaire est remontée jusqu'à la Région Wallonne où Carlo Di Antonio, ministre en charge à l'époque a donné sont feu vert. L'étape suivante aurait été un recours au Conseil d'Etat, mais la procédure étant fort onéreuse, nous n'avons pas pu aller plus loin. Les bâtiments sont maintenant presque terminés, ce qui tend à démontrer qu'une enquête publique est une vaste blague et n'existe que pour la forme. Merci à la démocratie de tenir autant compte de l'avis des citoyens!

  • Il me semble avoir entendu il y a plusieurs mois( au moment d'une réunion pour le château de la rose) madame Reuter dire qu'il n'y aurait plus de nouvelles constructions à Waterloo !!!
    SANS COMMENTAIRES!

  • ............Mme De Reuter.....vous avez les atouts en main pour refuser cette construction. Personnellement je suis contre ces 7 habitations.... ils y d'autres terrains disponibles.....pourquoi choisir un endroit aussi profitable pour tout le monde, un bois....un rève que l'on va détruire.....Je suis tout à fait d'accord avec les écolos....Faut-il toujours donner raison à la politique Madame ! Respects. Mme van Gils

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel