Lotissement d'Immobel contre le bois des Bruyères : pourquoi Ecolo Waterloo veut l'empêcher !

Le promoteur Immobel projette de bâtir sept maisons d'habitation sur un terrain longeant le bois des Bruyères au Chenois

Après l'opposition de l'Association InterQuartiers de Waterloo (AIQW) (voir article ici), c'est maintenant la formation Ecolo Waterloo qui souhaite empêcher ce nouveau lotissement à la lisière du bois des Bruyères.

Ecolo Waterloo juge en effet que construire à proximité immédiate du bois entraînera immanquablement une dégradation de la biodiversité de celui-ci situé en zone forestière.

La qualité biologique du site

Par rapport à ce qui est écrit dans la notice d’évaluation ("Des coupes y ont été régulièrement pratiquées pour éviter le retour progressif d'un boisement spontané" , "à proximité immédiate de l'habitat, le site n'offre qu'un intérêt biologique relativement faible"), les Verts waterlootois estiment improbable que des coupes aient été pratiquées régulièrement car les lots 5 à 7 du lotissement  contiennent des arbres indigènes dont certains ont plusieurs dizaines d’années. 

Quant au prétendu faible intérêt biologique, Ecolo Waterloo observe que l’écosystème présent, typique d’une lisière de forêt, est riche et peuplé d’essences d’arbres indigènes. Il constitue une zone tampon protégeant le bois et abritant une faune locale fortement mise sous pression par l’urbanisation.

Une voirie trop proche du bois

Concernant la demande de permis, les Verts expriment leurs réclamations sur plusieurs points. En premier lieu, la voirie projetée est beaucoup trop proche de la lisière du bois, ce qui pose les problèmes suivants :

- alors que de grands arbres peuplent le bois, cette proximité créera un danger pour les futurs habitants. A terme, il est probable que des coupes d’arbres dans le bois seront nécessaires pour éviter les chutes de branches sur la voirie et les maisons par grand vent.

- la trop grande proximité de la voirie créera des nuisances pour le bois, sa flore et sa faune (pollution, éclairage public, bruit, atteinte aux racines)

- enfin, il y a les nuisances causées par les constructions envisagées (ombre des construction sur le bois, turbulences du vent

C'est pourquoi Ecolo demande que la voirie soit sensiblement éloignée de la lisière du bois, voire déplacée de l’autre côté du terrain.

Des habitations à déplacer, d'autres à refuser

Immobel 3528229512.jpg

En deuxième lieu, les constructions envisagées font aussi l'objet de remarques des Verts :

- pour les constructions sur les lots 1 à 4, il serait préférable de laisser une zone tampon entre celles-ci et la lisière du bois pour protéger la biodiversité et les racines des arbres. Les constructions doivent respecter les distances des zones de recul et être équipées des modes de production d’énergie respectueux de l’environnement (panneaux solaires, pompes à chaleur,…)

- les constructions sur les lots 5, 6 et 7 doivent être refusées pour protéger la zone boisée du site qui sert de tampon entre la zone déjà urbanisée et le bois situé en zone forestière. 

Si tel n'est pas le cas, Ecolo Waterloo souhaite aussi que l’avis du département Nature et Forêts du SPW (Service public Wallonie) soit sollicité du fait de la proximité immédiate du projet de lotissement d'Immobel avec la zone forestière du bois des Bruyères. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

1 commentaire Catégories : Dans les quartiers, Entreprendre - Immobilier, Politique Imprimer

Commentaires

  • Avec tout ce que le fermier du coin a déversé comme pesticides et herbicides à cet endroit, il y a intérêt à faire de sérieuses analyses de sol…

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel