Coronavirus : les Waterlootois ont-ils utilisé les chèques communaux dans les commerces et restaurants ?

A l'instar d'un certain nombre de communes, Waterloo a décidé de soutenir les petits commerces et les établissements horeca locaux

Ces opérations #RestezChezNous et #RestoChezNous font partie du plan de relance économique de Waterloo concocté par les autorités communales et dont le budget global s'élève à 650 000 euros.

Débutée en mai 2020, l'action #RestezChezNous concernait les petits commerçants et indépendants de la commune : pour 100 euros d'achats cumulés dans les magasins participants, les clients pouvaient recevoir de la commune un chèque d'une valeur de 20 euros (maximum 2 bons par ménage) à dépenser dans les magasins participants.

Sur un principe similaire, la commune a lancé en juillet l'opération #RestoChezNous en faveur des restaurants, bars, cafés, etc.: un bon d'une valeur de 10 euros (maximum 4 bons par ménage) est attribué à chaque client qui cumule 50 euros d'additions dans un ou plusieurs établissements horeca participants.

Opération pour les commerçants : objectifs atteints

Pour l’action #RestezChezNous en faveur des petits commerces, la commune avait décidé d'un budget de 100 000 euros. Résultat : plus de 95% des bons ont été distribués via le Royal syndicat d'initiative ou le webshop.

"On peut donc dire que l’action a très bien fonctionné, conclut l'échevin du commerce Brian Grillmaier. Le retour des commerçants participants est très positifs. Comme pas mal de clients nous ont signalé qu’ils possédaient encore des chèques, nous avons prolongé le délai jusqu'au au 31 août afin que les clients revenant de vacances puissent encore les utiliser dans les commerces."

Bons 118670843_2677849585807253_2788618582180148599_n.jpg

"L'opération horeca ne s'envole pas"

Pour l'opération horeca #RestoChezNous qui se termine le 30 septembre, la commune avait mis sur la table une somme identique de 100 000 euros, soit 10 000 bons.

Brian Grillmaier DSC_0540.jpg"Contrairement à ce qu’on pensait, l’opération ne s'envole pas : moins de 2000 bons ont été distribués, s'étonne Brian Grillmaier. La raison est certainement due aux dernières mesures de sécurité sanitaire. Notre action est néanmoins appréciée par les propriétaires d'établissements horeca et leurs clients dont un certain nombre m'ont fait part de leur satisfaction par e-mail. Si le budget de 100 000 euros en faveur de l'horeca n'est pas épuisé, nous injecterons le solde dans une autre action future."

Une alternative solidaire manquante

Certains habitants et élus de Waterloo regrettent que les deux opérations communales susmentionnées, financées par les impôts de l'ensemble de la population, étaient relativement inéquitables car, d'une part, les bons sont destinés indistinctement à tous les petits commerces et établissements horeca, sans prendre en compte le niveau de dégradation de leur situation économique causée par la crise sanitaire du coronavirus.

D'autre part, les bons sont offerts à tous les habitants, qu'ils soient privilégiés ou défavorisés. D'aucuns estiment que la commune aurait pu prévoir explicitement la possibilité de donner ses bons au CPAS p. ex. qui se serait chargé de les distribuer aux personnes réellement dans le besoin.

C'est un point de vue solidaire tout à fait respectable mais les opérations communales #RestezChezNous et #RestoChezNous ont le mérite d'avoir été mises sur pied. Il n'est pas non plus interdit d'offrir ses chèques à des personnes qui vivent dans la précarité.

Ce qui est sûr, c'est que les Waterlootois qui ont utilisé les bons reçus à la suite de leurs dépenses ont récupéré une partie de leurs impôts locaux consacrés aux deux opérations. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

2 commentaires Catégories : Entreprendre - Immobilier, Loisirs et temps libre, Politique Imprimer

Commentaires

  • Sans smartphone, pas de QR code pour le restocheznous....

  • comme c'est de l'argent public, tout le monde a participé "à cette donation" via l'impôt.
    mais tout le monde n'a pas pu bénéficier de cette action

    what else ?

    - pour le bus communal gratuit.
    le Faubourg à droit à zéro service en journée, mais paie l'impôt malgré tout.

    Pourquoi au bénéfice des uns et pas pour tout le monde ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel