Waterloo Sports : les socialistes chargent le collège communal !

L'affaire des malversations constatées par un audit dans l'ASBL Waterloo Sports n'arrête plus de faire des remous

Après un silence de plomb de plusieurs mois tant des autorités communales que des membres du conseil d'administration de l'ASBL, le collège communal et les formations d'opposition sortent enfin du bois (voir article ici et article là).

L'affaire prend un tour de plus en plus politique puisqu'après Ecolo et Mieux Vivre à Waterloo (MVW), voici que l'Union socialiste communale (USC), qui a perdu son unique conseiller communal Daniel Conrath lors des élections communales de 2018, s'exprime après avoir pris connaissance par les médias de la décision du collège communal de reprendre en main les tâches de gestion et d'exploitation des infrastructures sportives communales assurées par depuis 1977 par Waterloo Sports.

Brian Booth 42161643_10155802807656444_7745843363647062016_n.jpgPar la voix de son président Brian Booth, l'Union socialiste communale juge que cette décision "relève du football-panique dans les rangs de la majorité MR. Elle montre surtout qu'en dépit des statuts de l’ASBL, c’est bien la commune qui prend les décisions stratégiques la concernant. L’ensemble de ce dossier relève de l’intérêt communal et aurait dû faire l’objet d’un large débat public au sein du conseil communal."

"Responsabilité politique du collège communal"

Pour les socialistes waterlootois, "la dissolution de l’ASBL Waterloo Sports montre à suffisance que les autorités communales disposaient des leviers nécessaires pour éviter que s’installe une telle situation. La responsabilité politique du collège communal dans les dysfonctionnements de l'ASBL est donc, à notre sens, engagée."

Demande d'une plainte au pénal

"Si des moyens publics ont été détournés de leur fin ou si des infractions aux lois encadrant l’usage des moyens publics ont été soulevées", l'USC estime "qu'il est urgent que les autorités communales se constituent partie civile dans le cadre d’une plainte au pénal pour défendre les intérêts, d’abord financiers, des Waterlootois dans ce dossier."

Enfin, l'Union socialiste communale note que le collège communal envisage la privatisation de certaines activités jusqu’ici gérées par une entité située dans le périmètre public. "Selon nous, la réponse à des fautes de gestion, voire peut-être à des infractions, du fait d’un contrôle inopérant par la majorité communale ne pourrait se trouver dans le recul des pouvoirs publics ou dans la cession d’activité à des opérateurs privés."

Et la transparence démocratique ?

Soit. Mais, comme les autorités communales et l'opposition Ecolo et MVW, les socialistes parlent aussi de dysfonctionnements, de fautes et d'infractions. Quand donc les Waterlootois auront-ils le droit de savoir de quoi il retourne précisément : quels sont les faits, les fautes, les malversations, les montants en cause ?

Vu le montant de la subvention communale (1,1 million d'euros par an) à l'ASBL Waterloo Sports, la transparence totale devrait être de mise, notamment en publiant l'intégralité du rapport de l'audit de l'ASBL judicieusement demandé par la commune. Tanguy de Ghellinck, blogueur Sudinfo Waterloo

0 commentaire Catégories : Politique, Sport Imprimer

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel